Kill me now [PV]

Page 2 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Sam 24 Mai - 0:57

Elle l’avait entendu bouger mais ne s’était pas retournée. Elle l’avait entendu sortir mais n’avait pas plus bougé car trop inquiète de voir sa réaction… ! Il devait être furieux, exploser qu’elle ose le traiter ainsi… ! Car après tout elle venait de le repousser alors qu’à l’évidence, elle était celle qui avait tant désiré cette pause et ses rapprochements.

Jess avait allumé une cigarette, même dos à lui elle aurait pu le parier. Le bruit du briquet, le bruit si particulier de la fumée qui s’échappe de la bouche et… surtout le fait de le connaitre. Il fumait une fois de plus pour évacuer les frustrations qu’elle lui causait. Comment pouvait-elle l’aimer autant et le faire tant souffrir ? Bien entendu s’était involontaire…totalement. Elle ne voulait que son bonheur maintenant et à tout jamais… !

Adossée à la carrosserie, elle ferma les yeux un moment, comme pour mieux réfléchir à la question. Des pas approchaient….et cette odeur si particulière… elle réouvrit ses prunelles pour les poser sur le jeune homme qui s’avançait désormais vers elle de sa démarche si, mon dieu, pouvait-il être plus sexy ?... Il ne perdit pas de temps pour lui prouver que oui. A la manière d’un dieu il balança sa cigarette après une dernière bouffée, puis s’avança vers elle, passa son bras autour de sa taille avant de l’inciter à se décoller de la voiture au profit de son corps.

Ce simple geste lui avait fait tourner la tête… ! Etre contre lui à nouveau, alors que le feu n’était pas encore éteint en elle… ! Elle réprima un frisson et allait s’excuser d’avoir été aussi cruelle quand il prit la parole à sa place. Il était désolé ??? Elle ne pu retenir la surprise de s’inviter sur son visage. Elle nia tendrement avant de poser une de ses mains sur la joue de son amant


-Jess….de quoi voyons ?

Elle lui sourit avant de fermer à nouveau les yeux.

-Tu n’as rien à te reprocher…j’ai juste…eu beaucoup de mal à…enfin…tu sais…

A lui résister ? Pourquoi avoir honte de le lui dire ?! Oui elle avait eu du mal à se retenir de lui sauter dessus…elle avait eu du mal à ne pas s’emparer de ses lèvres pour ne plus jamais les abandonner…elle avait eu du mal à rassembler ses idées et elle avait surtout eu de mal à trouver la force de le repousser.

Elle reposa ses saphirs directement sur les pupilles de son amant avant de pencher légèrement la tête, un léger sourire aux lèvres.


-Encore une fois j’ai été trop faible, tout est de ma faute… !

Elle se hissa alors lentement à ses lèvres de sorte qu’il pouvait l’en empêcher s’il le voulait… ! Elle embrassa ses lèvres avec application…une façon de lui prouver qu’il n’avait pas à s’en vouloir.

-Mais…ces quelques minutes…c’était juste la plus parfaite des tortures…et à ce prix là, je veux bien me faire torturer jour et nuit…

Naturellement l’humour était de mise… ! Non pas qu’elle ne le pensait pas, mais il était plus facile de le tourner ainsi…de ne pas trop se prendre au sérieux pour éviter de nouvelles déceptions car, elle le savait clairement : Lena était la seule femme à avoir droit à ce genre de droits sur lui. Elle était la seule à avoir un droit sur son corps tant que sur son âme. Elle était la seule qui pouvait le posséder tout entier…la seule à profiter de la plastique de rêve de Jess Mariano.

Embarrassée, elle détourna les yeux avant d’ajouter.


-J’aimerais tant que tout soit plus facile…

Elle aurait aimé elle aussi avoir la chance de Lena…voilà la vérité, celle qu’elle n’osait pas lui avouer….oh et plus après tout…pourquoi ne pas oser ? Ils n’étaient plus à ça prêt…

-J’aurais aimé être…elle… !

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Sam 24 Mai - 2:01

Finalement, la situation n’était peut-être pas si critique qu’il en avait eu l’impression. Ils étaient l’un et l’autre d’un calme déconcertant. De son côté, il n’avait été énervé que par lui-même, et s’il n’avait pas cherché à se calmer avant de la retrouver son énervement aurait fondu sous ses grands yeux bleus comme neige au soleil. Elle était tellement ravissante, tellement adorable… On ne pouvait face à elle qu’avoir une seule envie, la prendre dans ses bras, la cajoler, la couvrir d’amour. Il aurait eu toutes les peines du monde à lui en vouloir, ne serait-ce que deux secondes.
Mais il ne s’attendait pas à ce qu’elle soit, de son côté, tout aussi calme. Il s’attendait à des reproches, au moins à des accusations. Elle aurait été en droit de lui dire qu’elle en avait marre, de lui crier à quel point elle ne supportait plus ce petit jeu, et que s’il n’était pas capable de prendre une décision elle irait voir ailleurs s’il y était. Il l’aurait compris, il aurait pu comprendre qu’elle ait la sensation de se faire mener en bateau, lui-même commençait à avoir la désagréable sensation de les mener toutes deux en bateau. Si bien qu’il ne s’était pas attendu une seule seconde à la voir aussi calme.
Il en fut presque autant surpris qu’elle fut surprise du fait qu’il s’excuse. Il la laissa donc lui expliquer pourquoi il avait tant tort de chercher à se faire pardonner. Selon elle, il n’avait rien à se reprocher mais… Il hocha la tête. Pour comprendre, il comprenait, certainement mieux que quiconque. Il en avait été exactement de même pour lui. Il n’en finir pas sa phrase pour autant, il ne répondit même pas. Ils s’étaient compris, là résidait le principal.
Elle enchaîna alors, s’excusant à son tour. Cette fois, il hocha négativement la tête. Si elle avait été faible, qu’aurait-on dit de lui ? Il n’arrivait jamais à la repousser, alors même qu’il était le seul à ne pas avoir le droit d’aller plus loin. Le jeune homme n’était pas dupe, s’ils s’arrêtaient à chaque fois ce n’était que pour son intérêt particulier, car au final Rory n’avait rien à perdre – et peut-être même tout à gagner – à céder. Lui au contraire avait tout à y perdre, et rien à y gagner dans la mesure où il perdrait du même coup Lena et Rory. Il lui aurait d’ailleurs bien dit qu’elle n’avait rien fait, qu’elle n’était pas du tout fautive, et qu’il avait été le plus faible, le plus lâche des deux… Mais elle venait à nouveau à lui pour l’embrasser, ce qui lui en fit perdre son latin.

Lorsque leurs lèvres se détachèrent après un tendre et court baiser, il n’eut pas plus le temps de parler. Ce qu’elle dit le fit sourire. Le genre de phrase propre à lui remettre en tête des pensées qu’il aurait pourtant préféré oublier, mais avec une douceur qui l’empêchait pourtant d’en être contrarié. L’espace d’un instant il détourna les yeux, mais son sourire parlait à sa place pour trahir à quel point il avait envie d’elle… Et à quel point il aurait pu passer des jours et des nuits à le lui prouver.
La phrase suivante eut le mérite d’instantanément faire revenir les prunelles du jeune homme là où elles étaient en permanence : sur le si doux visage de sa compagne. Doucement il soupira. Lui aussi aurait aimé que les choses soient plus faciles. Qui ne l’aurait pas voulu ?
[HJ : si ce n’est nous, marionnettistes sadiques ? Razz]
Mais il n’eut pas le temps de répondre que son ultime aveu le frappait de plein fouet.

« Oh Rory… »

Il était blessé, clairement. Il était profondément touché qu’elle puisse en souffrir à ce point, au point d’en envier une autre dont la situation, pourtant, n’était pas beaucoup plus confortable. Elle idéalisait bien trop la jeune blonde. Nonobstant tout ce qu’il pouvait lui dire, elle continuait à l’idéaliser. Il aurait pourtant aimé lui faire comprendre à quel point elle n’avait pas à la placer ainsi sur un piédestal mais rien n’y faisait.
Et le pire, dans cette histoire, était peut-être qu’il rêvait lui aussi qu’elle soit à la place de Lena. Il ne pouvait s’empêcher de vouloir qu’elle n’ait d’ailleurs jamais existé, pour qu’il n’ait pas de choix à faire, qu’il puisse vivre tranquillement l’amour qu’il avait toujours voulu. Mais il l’aimait, raison pour laquelle il ne pouvait faire un choix. Malgré qu’il rêvait parfois qu’elle n’ait jamais croisé sa route il ne l’en aimait pas moins… Et savait très bien qu’il n’aurait certainement pas survécu jusqu’à maintenant sans son aide.
Finalement, c’est avec un peu d’humour qu’il tenta de reprendre.


« Tu aurais aimé être l’outsider ? »

Finalement le jeune homme continua avec plus de sérieux, l’humour n’était pas franchement amusant… Et le sujet bien trop sensible. Il devait tenter, une fois de plus, de lui faire comprendre que la place de Lena n’était pas plus enviable que celle des autres.

« Tu aurais aimé que je quitte tes bras tous les matins pour aller en voir une autre ? Tu aurais aimé que je passe mon temps à penser à une autre, même quand je suis avec toi ? »

C’était dit sans animosité aucune, bien qu’il tremble intérieurement d’oser parler ainsi. Il savait à quel point ce n’était pas respectueux pour Lena. Il le savait, et pourtant il ne pouvait faire autrement. Il sentait à quel point il n’avait pas le droit de faire cela à Lena, qu’il n’avait pas le droit de rêver à une autre lorsqu'il était entre ses bras, qu’il n’avait pas le droit de s’enfuir discrètement de chez lui dans le but d’aller retrouver son autre amour… Mais c’était ainsi, et il n’allait certainement pas cacher à Rory ce qui, pourtant, l’écoeurait à lui.
Une nouvelle fois il lâcha un soupir. La vérité était que même si elle lui disait encore qu’elle préférait la place de Lena il comprendrait. Il comprendrait pour avoir tant de fois rêvé d’être Logan.
Doucement, il caressa sa joue.


« Je sais que c’est pas facile. Tu sais comme j’ai envie de plus, moi aussi. Mais être Lena ne changerait rien. Je préfère autant que tu restes toi, celle que Lena envie pour être mon amour de toujours, celle que Lena envie pour ce lien indescriptible entre nous. »


HJ : Je suis désolée, la fin est totalement horrible… Mais il faut vraiment que j’aille me coucher :/

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Sam 24 Mai - 8:16

Hj: tu devais être bien fatiguée pour croire que ta fin ne soit pas parfaite...!!!
______

Elle ferma les yeux au contact de sa main sur sa joue, brûlée immédiatement par ce geste pourtant si doux. Mais si ses yeux se fermèrent ce fut surtout pour cacher le trouble qui était apparu dans ses yeux. Oh elle ne doutait pas que Jess la désire…qu’il ait un peu de sentiments à son égards mais…Il venait de lui dire des mots qui semblaient si durs pour la pauvre Lena….et pourtant…c’était la plus belle des déclarations d’amour, une fois de plus, qu’il lui offrait… ! Tant et si bien que Rory en oublia un instant la promesse qu’elle s’était faite plus tôt…celle d’abandonner pour le bonheur complet de son amant… ! Mais ce ne fût qu’un cours instant… !

Sans rouvrir les yeux, Rory se rapprocha d’un pas pour se réfugier un peu plus contre lui, un triste sourire aux lèvres. Il avait raison, non elle n’aurait pas aimé être celle qu’il quittait tous les jours pour venir la retrouver elle mais…

Un soupire passa ses lèvres avant qu’elle n’avoue dans un murmure.


-Tu as raison, en un sens, mais pourtant...c’est à elle que tu fais l’amour…c’est elle que tu aimes…

Et c’était aussi à elle qu’il disait « je t’aime » sans se poser la moindre question, de façon si naturelle. C’était vers elle qu’il retournait le soir immanquablement et…c’était à elle qu’il restait fidèle quoi qu’il se passe, jour après jour… ! Ainsi, non elle ne pouvait éteindre sa jalousie envers la compagne de Jess car, au final, tout l’amour du jeune homme retournait toujours vers elle.

Mais elle se ressaisit… ce qu’elle venait de dire, cela ne se disait pas. Elle pinça légèrement ses lèvres avant de murmurer une nouvelle fois.


- C'est stupide...je suis stupide, Excuse moi...

Puis elle plongea dans le plus profond des mutismes. Elle n’aurait pas dû. Elle aurait dû, comme le disait le diction, tourner 7 fois sa langue dans sa bouche avant de parler, au lieu de laisser les mots sortir comme ils venaient de le faire. C’était un défaut typique de la famille Gilmore cependant…et elle travaillait à le faire disparaitre mais, de toute évidence, ce n’était pas gagné.

Et pourtant, en un sens…elle n’avait rien dit de mal, elle venait juste de mettre le doigt sur ce qui faisait naitre tant d’envie en elle lorsqu’elle se rappelait que c’était Lena, la femme se sa vie. Rory posa finalement sa tête contre le torse de son ami. Le visage torturé et perdu à la fois par tant de sentiments. De l’amour,…de la jalousie,…du doute,…elle n’avait jamais vécu de journées aussi intenses émotionnellement depuis qu’il avait réintégré sa vie.

Et pourtant force était de constater qu’elle n’aurait échangé cette vie pour rien au monde… ! Même si tout cela était d’une torture sans nom, elle avait pu retrouver l’homme qu’elle avait toujours aimé…elle était en ce moment entre ses bras et, pour cela, elle aurait bien souffert milles morts… !

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Sam 24 Mai - 13:07

Il profita qu’elle se rapproche pour essayer de la réconforter physiquement. Il aurait tant voulu pouvoir lui montrer à quel point il l’aimait. Elle n’arrivait pas à croire, ou à voir, la force des sentiments qu’il éprouvait pour elle. Lui-même venait à peine de commencer à prendre conscience de son ampleur. Il aurait tant aimé qu’elle le sente, car il ne pourrait jamais le lui dire, d’ailleurs, les mots auraient été bien dérisoires pour décrire ce qu’il ressentait.
Au fur et à mesure des paroles de la belle il prenait conscience que Lena n’était que la partie émergée de l’iceberg. Elle doutait de lui, avec de plus en plus de force. Peu à peu il avait le sentiment de perdre sa confiance, peut-être tout simplement parce qu’elle perdait sa confiance en elle et l’espoir de sortir gagnante de cet affrontement.

Les premiers mots de la belle le crispèrent sensiblement. Effectivement, il ne se gênait pas vraiment pour lui faire l’amour… Et c’était bien tout ce qu’il restait à Lena. La jeune femme n’avait plus de contrôle sur rien, il faisait avec elle ce qu’il faisait tout autant avec une autre – la passion en moins – il ne lui restait que cette parcelle d’intimité, il ne restait plus que cela pour différencier la légitime de sa rivale. Il ne pouvait décemment pas le lui enlever. Il avait déjà fait bien trop de dégâts sans en rajouter.
En revanche, pour la suite elle se trompait. Ce n’était pas elle qu’il aimait. Enfin, si, il l’aimait, mais il n’aimait pas qu’elle, loin de là. Il ne pouvait que constater à quel point Rory se fourvoyait. Elle lui prêtait des sentiments qui n’étaient pas siens, et oubliait profondément l’amour intense qu’il ressentait pour elle. Il fallait qu’il réponde, mais il se retrouvait piégé. Il ne pouvait pas la laisser dire des choses comme ce qu’il venait d’en entendre, mais il était bien dur de la contredire alors qu’il avait toutes les difficultés du monde à parler de ses sentiments.
Finalement, elle reprit la parole avant lui, pour s’excuser. Elle, stupide ? Si elle l’était le monde avait du souci à se faire. Elle était la fille la plus brillante et la plus intelligente qu’il connaisse, elle n’avait rien de stupide. Parfois, il lui était arrivé d’agir ou de parler idiotement, mais c’était l’une des prérogatives de l’amour que de nous conduire à faire tout et n’importe quoi. Cependant, en cet instant il n’avait rien entendu d’idiot. Il avait entendu une jeune femme qui avait peur, peur de ne pas être aimée comme elle aspirait à l’être, peur de penser que l’homme qu’elle aimait n’était pas sien. Il avait vu une jeune femme, l’amour de sa vie, douter des sentiments qu’il éprouvait à son égard, douter du bien-fondé de leur relation. Il l’avait vu en envier une autre, une qui n’avait rien d’enviable et qui s’accrochait tant bien que mal à ce que l’homme qu’elle aimait voulait bien lui laisser. Mais d’idiote, point.
Lentement, il caressa ses cheveux. Il devait dire quelque chose, et cela devenait plus urgent de seconde en seconde. Pourtant, il se taisait encore et toujours, jusqu’au moment où il arriva à glisser quelques mots.


« Tu n’es pas stupide, tu es… »

Amoureuse ? Oui, certainement. Mais même cela il ne parvenait pas à le dire. Le regard perdu au loin alors qu’il serrait sa compagne tout contre lui il fronça les sourcils. En lui, tout s’agitait, il aurait aimé pouvoir se secouer car il avait le sentiment qu’il devait parler, qu’il n’avait pas le choix, qu’il la perdrait peut-être, même, s’il n’y arrivait pas… Mais malgré cela il était dans l’incapacité totale d’articuler des phrases complètes. Il y avait des moments où il était particulièrement épuisant de s’appeler Jess Mariano.
Avec difficultés, il essaya donc de reprendre au début… Mais le moindre mot mettait un temps incalculable à sortir de sa bouche. Les mots faisaient une farandole sur sa langue, ils s’amusaient tous certainement bien, au point qu’ils refusaient de sortir et le narguaient en riant.

« Il… Lena n’a plus que ça. Mon corps. Je te donne tout le reste. Je ne peux pas lui enlever. »

Cela sonnait plus comme des excuses qu’une réelle explication. D’un autre côté, il n’y avait pas grand-chose à expliquer. Il ne pouvait pas la tromper, c’était tout. C’était bien au dessus de ses forces et il serait mort de franchir le pas.

« Mais… Je….. »

Il soupira et leva quelques secondes les yeux au ciel devant l’ampleur de la tâche. Il n’y arriverait pas, il n’y arriverait plus. Il lui avait dit bien trop de fois, déjà, qu’il l’aimait. Elle n’avait pas l’air d’en faire grand cas, à présent les mots se faisaient encore plus résistants, ils s’accrochaient de toute leur force pour ne pas sortir.
Quand il pensait qu’il venait à peine de lui dire. Certes, en vérité il n’avait dit que moi aussi. Mais qui connaissait Jess savait ce que cela représentait pour lui. De surcroît il y avait mis tant de force, tant de sentiments, comme dans chacun de ses baisers où il essayait tant bien que mal de lui prouver qu’il l’aimait. Comment pouvait-elle déjà l’avoir oublié ?
Finalement, il fut obligé d’utiliser un subterfuge, pour lui dire qu’il l’aimait sans le lui dire. Il espérait sincèrement qu’elle s’en rendrait compte.


« Tu peux pas dire que c’est elle que j’aime… Elle est plus toute seule depuis longtemps. »

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Sam 24 Mai - 14:21

Rory avait resserré ses bras autour de lui sous le poids des mots qu’il venait de prononcer. Et si Jess regardait le ciel, ses prunelles à elles étaient toujours cachées par ses paupières.

C’était étrange ce qui se passait en elle ses derniers temps….tout avait toujours un lien avec Lena…tantôt elle la jalousait…tantôt elle la plaignait… et en ce moment, elle la plaignait tellement… ! Car Lena avait beau être la femme qui partageait la vie de Jess, en d’autres mots, sa rivale… elle n’en avait pas moi énormément de mérite pour supporter tant de choses… ! Elle n’était certainement pas aveugle… !! Elle avait dû sentir que si les actes étaient présents, les sentiments s’estompaient. Et si elle ne s’en était pas encore rendu compte, elle ne tarderait pas à le faire.

Mais dans quoi s’étaient-ils engagé tous les deux ? Ils brûlaient d’une passion si forte l’une pour l’autre et cet incendie intérieur faisait une victime…une pauvre âme qui n’avait rien demandé…qui était l’amour dans le plus pure des sens du terme et qui n’avait pour défaut que d’aimer profondément un homme…. ! Cet homme…il avait essayé tant de fois de résister à Rory. Il avait commencé par lui dire qu’elle se trompait sur ses sentiments, qu’elle ne l’aimait pas, qu’elle était seulement en manque d’hommes, n’en ayant plus eu dans sa vie depuis Logan…mais tout s’était emballé et…à présent il était là à l’étreindre tout contre lui, à lui faire comprendre en long et en large qu’elle était la femme qu’il aimait…car oui, elle l’avait compris à présent. Il était amoureux d’elle.

Mais cela n’empêchait pas le principal. Lena allait souffrir par sa faute, car Rory avait réussi l’inimaginable il y avait encore quelques jours…Elle avait regagné l’amour de son homme…. ! Et si son cœur s’emballait à cette idée, son esprit se torturait de savoir qu’elle lui ferait tant de mal très bientôt, si ce n’était pas déjà le cas…

Elle soupira avant de se détacher de lui pour enfin rouvrir ses yeux et les plonger dans ceux de son compagnon. Comment aimer quelqu’un pouvait faire autant de mal… ?


-Alors je reviens sur ce que j’ai dit…je ne veux plus être … elle…

Prononcer son nom devenait difficile tant la souffrance qu’elle allait lui infliger la culpabilisait… d’ailleurs, elle allait aussi avoir du mal cette semaine à soutenir le regard de la déesse… ! Mais Rory avait retrouvé un léger sourire malgré tout car Jess, sans le savoir, venait de régler sa plus grande angoisse pour la semaine à venir… ! Désormais, face à toutes ces vérités, à son « moi aussi » et à toutes ces déclarations sous-entendues…Rory n’était plus obligée de s’effacer. Elle pouvait reprendre son rôle de battante. Désormais la seule chose pour laquelle elle devait s’inquiéter, était de pouvoir dissimuler son amour pour Jess face à la pauvre Lena… !

En quelque sorte cette semaine s’annonçait horrible, ils allaient tous deux se jouer de la pauvre blonde lui faisait croire que tout allait bien dans le meilleur des mondes alors que ce n’était définitivement plus le cas… ! Car ils s’aimaient profondément l’un l’autre…s’était officiel, s’était dit et ce ne serait plus repris. Et si ils devaient à présent le cacher, s’était pour que Jess puisse encore garder la femme qui partageais sa vie... ! Rory aurait dû s’en trouver vexer mais, elle ne pouvait pas. Car après tout il l’avait dit lui-même….Lena n’avait plus que ça… !


-Définitivement plus… !

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Sam 24 Mai - 15:09

Je te donne tout le reste… À bien y réfléchir, cela sonnait comme un abandon. Lui ne se battait contre personne, il n’avait plus personne à conquérir depuis bien longtemps… Et pourtant, il abandonnait. Tout simplement, une fois de plus, il désirait se laisser porter par le courant. Il verrait bien où cela l’amènerait, après tout. Il cédait face à sa compagne, il déposait les armes. Il ne voulait plus se battre contre elle, il ne pouvait plus se battre contre l’amour qu’il ressentait pour elle. En un mot, il ne voulait plus se prendre la tête. Il l’aimait, elle l’aimait en retour, et il avait envie de croire que c’était la seule chose qui comptait. Même si une partie de lui continuait à en aimer une autre, même si la situation devenait de jour en jour plus délicate, même si l’heure du jugement dernier se rapprochait sensiblement d’eux à chaque minute.
Il l’aimait, il aurait juré qu’à présent elle l’avait compris. Le plus embêtant, dans cette histoire, c’est qu’elle était par trop manichéenne. Il n’y avait pas de gentil, il n’y avait pas de méchant, mais pourtant il s’affairait à montrer les choses toutes noires ou toutes blanches. Dire que son corps était la seule chose qu’il restait à Lena était à la fois totalement vrai et démesurément faux. Elle conservait son affection, son amour, peut-être bien moins qu’avant, parce qu’il avait dû partager son cœur. Mais elle n’avait plus aucun droit exclusif sur son âme, tout ce qu’il lui disait, tout ce qu’il ressentait, il le disait à d’autre, le ressentait pour d’autre.
Malgré tout, il sentait que Lena, petit à petit, lui échappait. À moins que ce soit plutôt lui échappait de plus en plus à Lena. Le résultat était le même, Rory avait réussi ce que nulle autre n’aurait pu faire, elle avait réussi à les éloigner. Si dans son cœur restait encore la place pour deux jeunes femmes si diamétralement opposées il n’en était pas de même pour son esprit. La force et l’intensité de ses sentiments pour Rory faisaient qu’il ne pouvait penser qu’à elle, qu’il ne voyait qu’elle lorsqu’il fermait les yeux. Elle avait prit pleine possession de son esprit, et commençait à régner en maître sur son cœur. Pourtant, il ne voulait pas déclarer Lena vaincue aussi vite. Il restait une semaine, sept petits jours. Après quoi, pensait-il, il serait bien temps de prendre enfin une décision finale. Il restait donc sept jours pour se rappeler tout ce que Lena avait fait pour lui, et à quel point elle l’aimait, elle aussi.
Il n’en parlerait pas, pas même à Rory. Qu’elle sache à quel point il était résolu à présent à dénouer la situation au plus vite ne pourrait que créer la pagaille dans le poulailler. Elle n’avait pas besoin de savoir, d’attendre, d’espérer, il ne voulait pas qu’elle soit plus anxieuse qu’elle ne l’était déjà. Il préférait que, tout comme Lena, elle ne s’attende pas vraiment à ce qu’il vienne, un jour, lui annoncer le résultat de ses délibérations. Il aurait parié que Lena connaissait aussi bien que Rory son débat intérieur, et pour le coup l’effet de surprise restait son principal allié.

Enfin, il eut une réponse à ses semi-aveux. Elle ne voulait plus être elle. Une fois encore, il avait gagné, il avait réussi à lui montrer ce qu’elle ne voyait pas. Mais parfois il se demandait s’il n’allait pas trop loin… Il voulait tellement lui montrer la situation horrible dans laquelle était Lena qu’il pouvait laisser sous-entendre qu’il ne l’aimait plus, ce qui n’était fondamentalement pas vrai. Il l’aimait moins, mais l’aimait toujours, ce qui voulait dire qu’elle gardait ses chances. Il avait peur, extrêmement, définitivement peur, que la jeune femme qu’il tenait dans ses bras se fassent trop d’idées. La partie n’était pas gagnée, pour personne, et elle ne le serait certainement pas jusqu’à la dernière seconde de la dernière minute de la dernière heure.
Quoi qu’il en soit, mettant ses sentiments négatifs de côté, il lui sourit avec douceur. Il l’avait rassurée et, pour le moment, c’était bien tout ce qui comptait. Elle allait mieux, et il était heureux d’avoir réussi ce petit miracle. Car par dessus-tout il détestait savoir qu’elle souffrait, encore plus lorsque tout était de sa faute.


« Bonne nouvelle. Rory Gilmore m’aurait manqué. »

Cette phrase avait été dite avec humour. Mais le fond n’en était pas moins vrai, Rory lui manquait déjà cruellement lorsqu’elle n’était pas dans la même pièce que lui. Il ne supporterait certainement pas qu’elle disparaisse de sa vie une fois encore.
Avec une tendresse et une douceur infinies il replaça à nouveau ses lèvres sur l’endroit où elles étaient le mieux, sur celles de sa compagne.

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Sam 24 Mai - 15:50

Les tensions s’étaient apaisées à nouveau entre les deux amoureux. Le visage de Jess avait retrouvé toute sa sérénité et, alors qu’il lui souriait, il s’approcha lentement au grand étonnement de Rory. Ici ? En pleine rue ? Il allait l’embrasser ici ? Pourtant l’autre jour, à la librairie, il avait dû s’assurer qu’il n’y avait vraiment plus personne pour lui accorder un peu de douceur…et à présent, il l’embrassait en plein jour ? D’ordinaire il était pourtant si prudent, préférant qu’ils soient cachés aux yeux de tous… ! Et…bon il était vrai que la voiture n’était pas opaque mais ils y étaient tout de même à l’abri alors que là… ! Quoi qu’il s’agissait d’une petite rue pour le moins peu fréquentée…mais cette constatation n’enleva pas la surprise de la jeune femme. Pourtant elle tenta de ne rien lui montrer, et prolongea avec une douce volupté avant de se séparer de lui, baissant la tête sans pour autant le quitter de ses prunelles ensorcelantes.

Il était à présent temps, ils feraient mieux de s’en aller… et ne pas tarder en route, sans quoi ils allaient encore se laisser dépasser par leurs sentiments l’un pour l’autre et ils avaient pu voir comment cela se terminait… !


- Bon…plus de pauses… ?

Dieu qu’elle pouvait l’aimer, ce n’était pas le sujet de conversation actuel mais…c’était la vérité qui s’imposait à elle en cet instant. Il se tenait là devant elle, si beau, si fort, si parfait intérieurement. Il était bourré de qualités et même ses défauts semblaient parfois en être…et puis, pour ne rien gâcher, il embrassait comme un dieu. Ce qui lui donna immédiatement envie d’y gouter à nouveau, l’espace d’une fraction de seconde, avec la plus grande de douceurs.

Ils savaient pertinemment tous deux qu’ils allaient devoir bouger, s’en aller, retrouver la femme qui partageait la vie de Jess…et commencer à jouer la comédie qui s’imposait pour l’occasion. Rory n’espérait qu’une seule chose, qu’elle soit assez forte et bonne menteuse – elle ne l’avait jamais été – pour duper Lena quand son regard se poserait sur le couple et qu’elle les verrait si proche l’un de l’autre… !


- Elle doit nous attendre...

Elle avait dit cela d’une façon si grave qu’elle s’en était surprise elle-même, aussi, pour tenter de le dissimuler, elle enchaîna rapidement avec une touche d’humour.

- …ce n’est pas à toi que j’apprendrai qu’on ne fait pas attendre une Dame ! C’est très malpoli !!

Elle força un léger sourire mais le cœur n’y était pas vraiment. Dans l’histoire, elle allait se retrouver bien seule les jours à venir. Certes il y avait le travail qui reprenait le lendemain et qui pourrait la distraire….et Lorelai lui avait assuré qu’elle pouvait passer tous les soirs à venir à l’appeler si elle en avait besoin…mais cela ne changeait pas les faits. Jess de son côté se comporterait comme le plus attentionné des hommes envers sa Lena bien aimée…et cette dernière comme la plus amoureuse des femmes face à l’homme de sa vie…et elle…elle se retrouverait toute seule. Le point positif ? Elle aurait tout beaucoup de temps pour y penser…beaucoup trop peut-être même car plus elle y pensait et plus elle était persuadée que la chambre que le couple lui prêtait allait devenir son sanctuaire et qu’elle y passerait tout le temps qu’elle ne passerait pas au travail…d’ailleurs à ce propos, elle envisageait même quelques heures supplémentaires afin de bien pouvoir occuper son esprit. En bref, les choses se mettaient en place gentiment…et si elle savait qu’elle allait souffrir, elle espérait que ce serait bref et que la semaine passerait le plus vite possible… !


_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Sam 24 Mai - 18:04

Oui. Ici. En pleine rue. C’était le geste le plus idiot qu’il pouvait faire. Et pourtant, il l’avait fait, sans même y réfléchir, sans même y penser. Cela devenait bien trop naturel, que de l’embrasser, si bien qu’il en oubliait la plus élémentaire des prudences. Il s’était aperçu que c’était une erreur dès qu’il avait posé ses lèvres sur celles, si délicieuses, de sa compagne. Il s’en était voulu de commettre, de la sorte, une erreur de débutant. La dissimulation n’était pas vraiment son fort, force était de le constater. Fichu pour fichu, il n’en continua pas moins son baiser. Il ne restait à présent plus qu’à prier qu’aucune de leur connaissance ne les ait aperçu. Un seul baiser, un seul petit baiser… C’était le premier et le dernier qu’ils se permettaient au vu et au su de tous. New York était la plus grande ville des États-Unis. Mathématiquement, il y avait tout de même peu de probabilités pour qu’ils soient à ce point malchanceux. Mais peu de probabilités ne voulait pas dire aucune. Aussi, bien malgré lui, son premier réflexe après avoir détaché ses lèvres de celles de sa compagne, fut de regarder alentour. À première vue, rien de bien suspect. Il détestait cela, ce sentiment de la cacher, ce sentiment de faire quelque chose de mal… Certes, ils faisaient par définition quelque chose qui n’était pas très moral… Mais il aurait aimé pouvoir l’oublier. Il aurait aimé ne pas à faire peser sur les épaules de Rory le poids de l’interdit. Il ne voulait pas faire d’elle celle que l’on cache, parce que c’était faire d’elle celle dont on a honte. Et s’il y avait bien une personne dont il ne pouvait avoir honte, c’était bien elle. Il souhaitait plus que tout pouvoir, un jour, se balader avec elle, montrer au monde entier qu’il était aimé de la plus sublime, de la plus brillante, de la meilleure des femmes. Il voulait montrer aux yeux du monde sa victoire, sa victoire sur la vie, sa victoire sur l’amour. Mais… Mais si cela devait arriver un jour, ce n’était clairement pas pour tout de suite. Le fait qu’ils soient enlacés de la sorte, le fait qu’ils s’embrassent en pleine rue… Jamais il n’aurait dû le permettre. Il lui devait bien ça, après tout ce qu’il lui avait fait subir, mais c’était bien trop dangereux. Des semaines de précautions pouvaient être réduites à néant en quelques minutes. Des semaines où il avait tout tenté pour épargner Lena. Elle ne comprendrait pas qu’il ne vienne pas lui en parler le premier, elle ne supporterait pas de l’apprendre de la bouche de quelqu’un d’autre, parce qu’elle lui faisait pleinement confiance, et qu’elle n’attendait en retour qu’une franchise extrême. La franchise, un jour, arriverait. En attendant, il mentait, et détestait cela.
Ce fut encore Rory qui le ramena à la réalité de l’instant présent. Il devait repartir, bien qu’il n’en ait pas la moindre envie. Il le fallait. Quant aux pauses… Il aurait toujours aimé avoir le loisir d’en faire des centaines. Mais ils avaient pu apprécier à quel point cela pouvait être dangereux. Une fois encore, il devrait laisser ses envies de côté, pour laisser à sa raison la chance de s’exprimer. Il n’était pas idiot, il savait pertinemment que c’était elle qu’il devait suivre – et Rory, dont la raison s’exprimait bien plus librement – et il tâchait de le faire, sans arrêt, mais avec peu de succès. Il acquiesça donc.

Encore une fois, elle parla. Encore une fois, elle se trompait. Lena ne les attendait pas vraiment, au sens propre du terme. Déjà, parce qu’elle était bien trop occupée pour cela. Elle devait être impatiente, elle devait sauter partout, elle devait être purement invivable en cet instant. Mais elle ne les attendait certainement pas. Au contraire, il aurait été prêt à parier qu’elle priait pour qu’ils arrivent le plus tard possible, le travail n’avançant pas assez vite à son goût. Pourtant, il savait aussi que tout serait prêt, et même archi-prêt, quand ils arriveraient, et ce même s’ils mettaient deux fois moins de temps à rentrer que prévu.
Cependant, il n’eut pas le temps de la contredire qu’elle parlait à nouveau. Pour rajouter une note d’humour à une sentence nettement trop grave. Il lui sourit avec douceur avant de répondre sur le même ton.


« Je n’ai pas reçu une très bonne éducation. »

Et voilà comment en profitait pour critiquer gentiment sa mère. Il est vrai qu’il n’avait pas reçu une éducation parfaite. Mais s’il n’avait appris qu’une chose, c’était bien à quel point on se devait de respecter les femmes et de les traiter de la meilleure façon qu’il soit. C’était bien la seule valeur qu’avait su lui inculquer Liz.
Ce disant, il se penchait un peu plus vers elle, ouvrant la porte de la voiture, et en profitant pour lui voler un court baiser. Il attendit qu’elle monte, avant d’en faire à nouveau le tour et de remonter à sa place. Cependant, il ne démarra pas immédiatement. Il se devait, avant de faire quoi que ce soit, de l’embrasser une ultime fois.


HJ: Ils sont là Wink

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Sam 24 Mai - 19:29

Qu’elle pouvait l’aimer, plus encore lorsqu’il se comportait de la sorte…ces baisers volés…c’était un peu de leur passé amoureux qui ressurgissait. Ils avaient finalement repris place dans le véhicule avant de ce dernier baiser. Elle n’avait que brièvement prolongé, de peur que cela ne dégénère encore… !

Puis ils étaient repartis. Le reste du voyage avait été plus calme, plus serein. Ils avaient essayé de rester sages, s’accordant cependant de douces caresses ça et là, purement innocentes bien entendu. Elles n’étaient là que pour leur prouver à l’un tout comme à l’autre la force de leur amour, sans pour autant utiliser la force…bien au contraire, la tendresse était de mise. De plus il ne fallait pas trop distraire Jess, il conduisait…il conduisait.

Ils avaient passé le temps à parler de tout et de rien. Du passé un peu…du futur rarement mais de cette semaine, énormément. Rory lui avait exposé son plan pour cette semaine et il n’avait pas semblé des plus d’accord…mais il n’en avait rien dit. Peut-être avait-il, comme elle, pensé que ce serait en effet plus sage qu’elle évite le plus possible la présence de Lena. Elle savait aussi que Jess serait blessé si elle agissait mal envers Lena, raison pour laquelle elle ne lui ferait pas l’affront de l’éviter totalement…elle voulait simplement être le plus possible absente pour pouvoir … rester forte…face à eux.

Après un temps qui n’avait pas paru assez long à Rory, Jess avait freiné, puis bifurqué. C’est à cet instant seulement que l’estomac de Rory s’était serré. Ils arrivaient. Elle avait reconnu l’immeuble. Jess était alors descendu dans le garage de l’immeuble, avant de s’y garer. Ça y est…ils y étaient. Elle ferma les yeux et pris une profonde inspiration.

Lena était à quelques pas à présent…ils étaient seulement séparé de quelques étages désormais, et cette perspective angoissait Rory plus encore qu’auparavant. Ce serait la première fois depuis que Jess et Rory s’étaient tant rapproché qu’elles se reverraient. Toujours dans la voiture pour l’instant, elle essayait de se calmer à nouveau. Mais elle aurait bien du mal à le faire…et Jess n’y pourrait rien cette fois… ! Il n’oserait plus l’embrasser, et pourtant c’était la seule médecine qu’elle connaissait contre ce genre d’angoisses.



hj: court...je sais...navrée.

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Sam 24 Mai - 20:42

Il l’aimait, son cœur, à cet instant, ne criait plus que son nom, son âme ne rêvait plus que de sa semblable. Cette simple constatation, qui avait pourtant mis un temps considérable à se faire une place dans son esprit, ne l’avait pas quitté de tout le trajet. C’était la seule chose sur laquelle il arrivait réellement à se concentrer, c’était une pensée lancinante qui ne le quittait plus. C’était un fait, il l’aimait. Son être entier s’appliquait maintenant à le lui rappeler à chaque seconde.
Mais ce n’était pas tout de le savoir, il aurait aimé le communiquer. Plus que jamais il avait un besoin irrépressible de lui faire comprendre la place qu’elle prenait dans son cœur. Mais il était toujours hors de question qu’il le formule. Il avait donc passé le trajet – loin de se concentrer sur la route comme il aurait dû le faire – à tenter de le lui faire comprendre du mieux qu’ils pouvaient. Si cet exercice monopolisait son cerveau presque dans son intégralité le reste prêtait attention à la conversation qu’ils s’étaient tenus tout au long. Les choses avaient fini par rentrer dans l’ordre. Ils étaient à nouveau calmes, doux, tendres. Il aimait tout autant cette sérénité au tourbillon dans lequel ils se laissaient souvent embarquer. La sérénité car elle était reposante, moins douloureuse, le tourbillon car il changeait de son quotidien, car il amenait un bonheur décuplé.
Ils avaient parlés, donc. De tout et de rien. Surtout de rien. Mais ils avaient fini par en revenir à ce qui les préoccupait tous les deux, la semaine qui s’annonçait. Rory avait annoncé vouloir se faire discrète, presque inexistante. Il n’en avait rien dit, parce qu’il n’en avait rien à dire. Il avait la chance de connaître très bien et Lena et Rory. Il savait donc qu’il s’agissait là de la meilleure solution pour Rory, très certainement. Elle ne pourrait pas passer des heures entières avec Lena sans en pâtir réellement. Mais il connaissait aussi très bien Lena, elle ne la laisserait pas agir de la sorte sans se battre. Et elle souffrirait si elle se sentait évitée – elle était sensible, elle pourrait se sentir exclue très vite. Et il voulait, plus qu’à eux tous, lui éviter de souffrir autant que possible. Son heure viendrait, l’heure où elle pourrait s’effondrer de douleur, lorsqu’elle apprendrait ce qu’il se passait réellement entre Rory et lui. Et elle n’était pas aveugle, elle souffrirait très certainement de voir à quel point ils étaient proches. Il ne voulait clairement pas en rajouter. Cependant, il ne pouvait décemment pas demander à Rory de se sacrifier. Lui se sacrifierait pour elles deux autant que possible, mais il n’en attendait pas autant d’elle. De ce fait, il ne pouvait pas en dire grand-chose. Il les laisserait toutes les deux faire ce qui leur chantait, et veillerait au grain dans l’ombre. Il serait là pour payer et réparer les pots cassés autant que possible. La semaine serait longue.

Dès qu’ils avaient traversé le pont de Brooklyn la pression s’était faite plus présente. Ils arrivaient, et rien ne leur permettait plus de faire marche arrière. Il ne leur restait plus qu’à affronter leur destin. Il avait sensiblement ralenti, pour faire durer de quelques secondes supplémentaires le trajet en voiture. Mais ils avaient fini par arriver malgré tout.
Naturellement, ils entrèrent dans le parking sous-terrain. Il ne leur restait à présent plus que quelques minutes et ils seraient au côté de Lena. Elle serait bien la seule à être contente de leur arrivée. Et pourtant, aucun d’eux n’avait intérêt à faire une tête d’enterrement. Ils feraient comme si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Ils feraient bonne figure, et Jess était certain qu’ils se débrouilleraient plutôt bien. Ce qui n’empêcherait pas Lena de découvrir le pot aux roses en quelques secondes. Le seul fait de penser qu’ils étaient à présent dans le même bâtiment empêchait Jess de bouger du moindre millimètre. Pourtant, il le fallait bien. Après un soupir, il sortit donc, difficilement. Une fois encore il fit le tour de l’automobile pour ouvrir la porte de la demoiselle. Elle avait l’air dans un état pire que le sien. Il ne le devait peut-être pas mais… Il jeta un coup d’œil autour d’eux, pour être certain qu’il n’y avait personne, s’agenouilla, puisqu’elle n’avait toujours pas bougé de son siège, et l’embrassa. Il s’était juré qu’il n’y aurait plus le moindre contact entre eux du moment où ils arriveraient ici… Il devait autant arrêté de faire des promesses aux autres qu’à lui-même, il n’arrivait à tenir ni les unes, ni les autres. Mais finalement, il ne voyait plus le mal, du moment qu’ils se faisaient discrets. Là ou dans la voiture à quelques kilomètres d’ici, qu’est-ce que ça pouvait changer ?
Sans trop s’éloigner il la regarda dans les yeux, se perdant quelques secondes dans les saphir de sa compagne, avant de réitérer une vieille promesse.


« Tout va bien se passer. »

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Sam 24 Mai - 21:24

hj: excuse moi c'est nul...j'arrive rien à faire ce soir...je m'enerve toute seule...pardon
___

Contre toute attente, l’impensable s’était produit. Aucun d’eux n’avait osé bouger, ils étaient restés de longues minutes, immobiles. Chacun semblait tenter de rassembler le courage qui lui serait nécessaire pour affronter cette semaine à venir. Et ce fut après ces longues minutes de silence que Jess se décida finalement à bouger… ! Il était sorti et, tel le plus parfait des gentlemans, avait aussitôt fait le tour de la voiture pour venir lui ouvrir. Mais Rory n’avait pas trouvé la force de sortir…sortir signifiait être prêt pour l’affrontement…et elle ne l’était pas.

C’était alors que cette chose…ce rêve sans nom s’était produit. Il s’était agenouillé ce qui avait dans un premier temps attiré l’attention de Rory. Avait-il perdu quelque chose ? Les clés peut-être ? Elle n’avait rien entendu pourtant…elle devait probablement avoir été trop prise par ses pensées… ! Jess avait regardé un peu partout autour d’eux…mais aucun regard au sol, ce n’était donc pas cela. Elle allait lui demander si tout allait bien, déjà retournée vers lui. Avait-il un malaise ? Mais ses inquiétudes s’envolèrent bien vite quand les lèvres du jeune homme vinrent rejoindre les siennes de la plus délicate des façons.

Elle avait été si surprise en premier lieu qu’elle n’avait pas réellement pensé à prolonger ce doux moment. Puis Jess s’était légèrement reculé, son regard perçant et chaleureux à la fois était rivé sur elle. Il lui promettait que tout irait bien. Elle n’en était pas convaincue, mais elle avait acquiescé, un sourire amoureux aux lèvres. Il était tellement attentionné envers elle. Il la comblait… !

Elle s’était redressée, il s’était relevé et elle avait suivi son exemple pour enfin sortir de la voiture de Lena. Ils y étaient définitivement. Plus moyen de faire marche arrière désormais… ! Elle s’était dirigée vers le coffre et l’avait ouvert pour récupérer ses valises avant de le refermer. Quand il fallait y aller…

Une dernière fois elle avait empli ses poumons d’air pour se donner le courage d’y arriver. Leur semaine de folie commençait à l’instant, et si tous trois s’en sortaient en vie…elle pourrait définitivement croire aux miracles…


- Bon,,,c'est parti...

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Sam 24 Mai - 22:39

HJ : C’est pas nul… Qu’est-ce qu’il t’arrive ?


Voilà que sonnait le moment qu’il redoutait le plus. Les derniers instants en tête à tête, leurs derniers instants de liberté. Il y avait tellement de choses qu’il aurait aimé faire, tant de choses qu’il aurait aimé dire. Et il ne faisait rien, ne disait rien. Il regretterait certainement de n’avoir pas mieux profité de cet instant dans quelques heures, dans quelques minutes peut-être. Mais pour l’heure il ne savait plus vraiment où il en était, ce qu’il voulait et ne voulait pas, ce qu’il pouvait ou ne pouvait pas…
Ils avaient bougés, pour aller chercher la valise dans le coffre, pour faire à peu près ce que l’on attendait d’eux. À présent, on attendait certainement qu’ils montent… Mais Jess n’en avait pas la moindre idée, car il savait qu’il s’agissait certainement là de ses derniers instants avec la belle. Il aurait aimé qu’ils soient éternels, qu’ils n’aient jamais besoin de se séparer. Que diable allaient-ils faire dans cette galère ?
Le fait est qu’il n’avait pas la moindre envie de sortir de ce parking. Ils se regardaient à présent tous deux dans le blanc des yeux. Le moment était bien trop chargé d’émotions. C’était compréhensible, mais il n’aimait pas cela non plus. Il aurait aimé dire que ce n’était, après tout, pas la fin du monde, qu’ils n’avaient pas le choix, qu’ils n’avaient qu’à y aller, et ils verraient bien ce qu’il se passerait. Il pouvait tout perdre cette semaine. Mais rester ici n’arrangerait rien. Il devrait bien finir par sortir de sa cachette.
Peut-être… Mais il aurait tant aimé être en mesure de marquer le coup, avec Rory. Il aurait aimé être en mesure de lui donner quelque chose, quelque chose qui lui permettrait de tenir la semaine dans l’hypothèse où il leur serait impossible de s’aménager la moindre seconde en tête à tête. Il aurait tout simplement souhaité lui dire qu’il l’aimait. Oui, il en était toujours là. Cette idée se faisait de plus en plus obsédante, de plus en plus tourmentante. Il tenta, une fois, deux fois. Par trois fois il ouvrit la bouche sans être capable d’en sortir le moindre son. Il était handicapé, pas physiquement, pas sentimentalement mais verbalement parlant. Il abandonna donc cette idée et se rapprocha une fois de plus de la jeune femme. Après tout, ils étaient seuls, pour la dernière fois avant longtemps, alors autant en profiter. Il l’attira donc une fois encore contre lui et déposa d’abord ses lèvres sur son front, pour lui signifier toute la tendresse qu’il pouvait avoir pour elle. Contre toute attente, ce simple contact lui redonna un peu de force.
C’est alors qu’il se rappela qu’il avait omis un détail, ce qui lui permit de faire glisser quelques secondes leur attention sur un autre sujet. Il fit donc un vague signe de la main en direction d’une autre voiture. Celle dont se servait toujours Lena lorsqu’elle devait sortir, du moins chaque fois qu’elle n’avait pas Henry sous la main.


« Si on te demande, on a pris celle-là. Et je conduis très mal. »

Il lui sourit avec tendresse. Il préférait éviter un sermon de la part de Lena pour lui rappeler que la Jaguar était faite pour être conduite par Henry, et qu’il fallait lui donner du travail quand on le pouvait. Il n’avait spécialement rien contre le chauffeur, ni contre le fait de lui donner du travail… Mais il avait du mal à se faire servir pour quelque chose qu’il était bien capable de faire lui-même, et qui n’était tout de même pas si désagréable. Quant au choix de la voiture, il n’aimait pas trop celle de Lena, une Chevrolet cabriolet rouge vif, d’autant qu’il avait la mauvaise habitude de rouler bien trop vite avec.
Il n’était finalement pas prêt à la lâcher, bien qu’ils le doivent. Il lui fallu du temps, de longues minutes, et quelques baisers, pour s’y résoudre. Il prit alors la valise d’une main, tenant toujours la belle par la taille de l’autre – au moins tant qu’ils étaient dans le parking – et se dirigea vers la sortie du parking, qui les conduirait tout droit à l’ascenseur.
Que le spectacle commence…

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Dim 25 Mai - 1:15

Ils étaient arrivé à l'ascenceur et l'avaient appelé afin d'atteindre la dernière étape de ce voyage...le dernier étage, l'appartement de Lena. Le court laps de temps qu'avait duré trajet avec l'ascenceur leur avait offert les derniers délices que la solitude leur permettait, sans pour autant aller trop loin...il s'étaient simplement enlassé, chacun tentant d'insuffler à l'autre la force nécessaire pour affronter ce qui allait arriver.


Les chiffres avaient défilés si vite...ils y étaient finalement arrivé, les portes s'étaient ouvertes et ils en étaient sortis pour parcourir le dernier couloir qui les séparaient de la porte...!

Le coeur de Rory battait si fort, sa gorge tout comme son ventre ne l'épargnaient pas tant désormais la tension était grande. Et pourtant elle ne laissait rien paraitre. Elle ne devait sous aucun pretexte laisse voir ce qui se passait en elle pour deux bonnes raisons, la première, Jess allait s'inquiéter de la voir ainsi....la seconde, Lena s'en aperçevrait tout de suite.

Arrivé à la porte, Jess s'était arrêté un instant, elle en avait fait de même. Chacun puisait une dernière fois le courage nécessaire dans le regard de l'autre. Dieu comme elle aurait aimé l'embrasser en cet instant, une toute dernière et unique fois...une dernière étreinte avant le combat...mais elle n 'en fit rien, s'était bien trop dangereux...après tout,, ils étaient devant sa porte.

Jess prit la suite des évènements en main, il ouvrit la porte, l'invitant à entrer avant lui. Et voilà, en une fraction de seconde ils étaient à présent sur son territoire...ils devraient dès à présent jouer leurs rôles d'amis à la perfection. Plus un seul regard trop amoureux, plus un seul mot, un seul geste de travers, elle veillerait à avoir le plus irréprochable des comportements et ce pour...


-RORY!!! Enfin!!!Bienvenue!!

Cette voix la fit sursauter. C'était étrange...elle vivait ici, elle allait forcément retentir à un moment ou à un autre. Et c'était cet instant qu'elle avait choisi....! Lena accourait vers eux. Rory se tendit entièrement sous le poids de la nervosité. La partie commençait...

Lena avait donc foncé droit sur eux, offrant une longue étreinte à Rory, elle lui avait souhaité euphoriquement la bienvenue chez eux, avant d'accentuer, tacitement, le "nous" en venant se pendre aux lèvres de Jess, à présent dans ses bras.

Le couple parfait à nouveau réunit...la réaction qu'elle redoutait ne manqua pas...! Les voir ensemble...quelle torture...! Cependant elle se reprit très vite en retirant sa veste, prenant cette excuse pour baisser les yeux. Elle essaya de s'exprimer cependant de sa voix la plus aimable en forçant un léger sourire.


-Merci Lena...et surtout merci de m'acceuillir chez toi...toute une semaine il n'y avait pas grand monde pour accepter ça....

D'autant plus quand la personne à héberger se trouvait être l'ex chérie -actuelle amante de l'homme qui partageait sa vie. Se redressant, elle prit sa veste entre ses mains, relevant son regard - cet fois préparé donc le plus neutre possible - vers le petit couple qui lui faisait face. Ils étaient si parfaitement assortis...si sa réaction fut alors interrieure, elle n'en fut pas moins violente. Son coeur se pinça alors si douloureusement qu'elle aurait pu hurler...mais elle n'en fit rien, à présent prête à assumer son rôle et elle ferait tout pour le jouer jusqu'au bout.

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Dim 25 Mai - 8:19

Et voilà comment partaient en fumée les doux moments de solitude qu’ils avaient eus. Voilà comment, à partir de maintenant, ils devraient se contenter de la présence amicale l’un de l’autre. Si Rory, déjà, doutait de son amour quand il essayait de lui montrer à chaque instant, elle allait finir par penser que cette semaine lui permettait de l’oublier. Alors qu’il savait d’ores et déjà que c’était exactement l’inverse qui allait se produire. Il allait l’avoir sous le nez tous les jours, ressentant le poids de l’interdit qui pesait sur leurs épaules, et il ne l’en aimerait que plus de ne pas l’avoir.
Jusqu’aux derniers instants les deux jeunes gens avaient tout fait pour se montrer qu’ils s’aimaient. Dans l’ascenseur d’abord, en s’enlaçant tendrement, mais après aussi, jusqu’à la porte, en puisant dans le regard de l’autre force et amour pour la semaine à venir. Ils allaient en avoir besoin…
Il aurait aimé l’embrasser. Une dernière fois, une toute dernière fois. Mais le jeu n’en valait clairement pas la chandelle. Devant sa porte, ça aurait été clairement du suicide. On ne savait jamais qui pouvait en surgir à tout moment. Ou plutôt, on se doutait bien de qui, mais on ne savait quand. Sans compter le manque de respect évident de venir parader jusque sous son nez, ou presque. Il commençait déjà à trouver irrespectueux le simple fait d’héberger sa maîtresse chez eux… La limite entre la morale et l’immoral commençait à se brouillait sérieusement. Ce qui n’augurait rien de bon. Il fallait qu’il retrouve ses marques, ses repères, sans quoi il allait se comporter d’une bien piètre façon les jours à venir.

Lena l’y aida. Il est plus facile de se battre lorsque l’on se rappelle pourquoi on se bat. Et à présent il le voyait. Elle n’était plus la jeune femme lointaine, l’ombre menaçante, sans visage, le concept seulement, qu’elle était lorsque Rory et Jess étaient seuls. Elle reprenait vie sous ses yeux. Il la voyait, il regardait dans ses yeux, et il comprenait. Il comprenait qu’au delà du respect, au delà de la morale, et du droit qu’il avait ou non d’agir comme il le faisait, il l’aimait. Il comprenait que ce n’était pas pour des principes, des valeurs abstraites qu’il devait se battre, mais pour elle. Simplement parce qu’elle était humaine, d’une douceur extrême, d’une pureté indicible, parce qu’elle pouvait en souffrir et qu’il devait, autant que faire se peut, lui éviter la douleur. Il se retrouvait alors avec deux femmes sur les bras qu’il devait ménager… Ce n’était déjà clairement pas de tout repos.
Lena était arrivée tel un tourbillon, comme à son habitude. Jess ne savait clairement pas où elle puisait une telle énergie en permanence. La jeune femme était vêtue d’une robe rouge qui l’empêchait clairement de passer inaperçue. Une robe qui lui allait à la perfection, comme tous les vêtements qu’elle portait. Une robe que l’on aurait dit conçue dans le seul but d’être portée par elle. Il ne lui fallut qu’un quart de secondes pour se pendre au coup de Rory, et pas beaucoup de plus de temps pour en faire de même avec Jess. Il en fut presque surpris, comme s’il n’était pas censé l’embrasser elle non plus. Il n’en perdit pas pour autant ses moyens. Il se devait d’être naturel, en plus de ménager la sensibilité de tout ce petit monde. Il répondit donc à son baiser, mais tout en, discrètement, posant ses mains sur sa taille et cherchant avec douceur à la séparer de lui. Il connaissait Lena, elle était bien trop démonstrative, s’il ne rectifiait pas immédiatement le tir elle allait passer les cinq prochaines heures pendue à son cou, ce qu’il préférait éviter.
Pour tout dire, il avait du mal à l’embrasser. Déjà, il ne supportait que mal l’idée que Rory se tenait juste à côté d’eux, qu’elle les voyait, et qu’elle devait en ressentir une peine innommable. Mais au delà de cela, il avait encore dans la bouche le goût d’une autre. Il n’avait pas eu, comme d’ordinaire, tout le trajet du retour pour tenter de ne plus y penser. Non, ses lèvres avaient quittées celles de Rory il y avait à peine quelques minutes, et les revoilà prises par une autre quelques secondes seulement plus tard. Il avait l’impression d’être encore, physiquement mais aussi jusqu'au fond de son âme, empreint de la jeune journaliste. Il sentait encore le goût de ses lèvres, les caresses de ses mains, son odeur emplissant ses narines, la chaleur de son corps sur le sien. Une autre venait prendre sa place. Il détestait cela autant pour Rory que pour Lena.

La dernière phrase de Rory eut le mérite de la détacher de lui. Elle se retourna vivement vers son interlocutrice et pencha sensiblement la tête à droite, les yeux légèrement pliés.

« Je ne comprends pas bien pourquoi… Je n’allais quand même pas te laisser à la rue. Il s’agissait de la moindre des choses. Nous avons largement la place, tu n’as plus d’appartement. Il fallait bien que nous t’aidions. »

De son côté, le jeune homme retenait un petit rire ironique. Il n’y avait pas grand-monde pour accepter ça… C’était peu de le dire. Il fallait bien être aussi gentille que Lena pour accepter la mascarade qui se déroulerait chez elle. Il n’y avait qu’elle pour recueillir sous son toit sa principale rivale. Car même sans parler de ce qu’il se passait à présent entre Jess et elle, Lena avait toujours considéré Rory comme sa pire rivale, la seule à même de lui retirer efficacement Jess, au fond, elle en avait peur. Ce qui n’avait pas empêché le jeune homme de les pousser, par inaction, à se retrouver sous le même toit.
Ce n’est qu’alors, lorsqu'il vit le manteau de Rory entre ses mains, qu’il remarqua qu’il manquait quelque chose, ou plutôt quelqu’un. Alors qu’il prenait, le plus naturellement du monde – du moins en apparence – le manteau de la jeune femme de ses mains – non sans croiser, l’espace de quelques secondes, ses yeux – il s’adressa à sa compagne, la blonde.

« Tu as fini par tuer Gloria à la tâche ? »

La principale intéressée lui lança un regard à la fois désapprobateur et amusé. Elle était parfois plus ou moins tyrannique, elle le savait. Elle savait aussi qu’il n’y avait plus que Gloria pour accepter cela, qu’aucun autre employé ne lui serait autant dévouée et ne serait autant efficace qu’elle. Hors de question, donc, de l’épuiser jusqu’à l’os. Mais il était vrai que depuis ce matin elle n’avait pas chômé.

« Non. Elle est en train de finir la salle de bain… Ou de faire la cuisine… Ou… Je ne sais même plus. »

Elle rit. Elle était sincèrement heureuse de les voir, cela ne pouvait pas se manquer. Elle était heureuse d’avoir si bien travailler pour offrir à Rory une maison aussi propre et accueillante que possible. Elle était heureuse simplement parce qu’elle avait une grande affection pour sa rivale, qu’elle ne connaissait par ailleurs qu’à travers les propos de Jess.
Ce dernier avait fini de ranger la veste de la nouvelle venue et avait à peine saisi la poignée de la valise que l’ouragan Lena se remit en route. Prenant sa jeune amie par la main la blonde l’embarqua pour lui montrer sa chambre. Elle était au fond du couloir gauche, juste en face du bureau de Jess. Le jeune homme les suivait tranquillement, à bonne distance. Intérieurement, il plaignait énormément Rory. Il ne devait pas être facile de tenter de paraître polie devant sa seule rivale, surtout quand il s’agissait d’une femme, certes très gentille, mais épuisante et bien dure à supporter.
La chambre était, sans nul doute, la plus petite pièce de la maison – sans compter les salles de bain. Ce qui ne l’empêchait pas d’avoir des dimensions tout à fait honorables. Elle était pratiquement recouverte de bleu, Lena tenant à pouvoir lui donner un nom de couleur, la chambre bleue donc, qui, selon elle, sonnait bien mieux que chambre d’ami. Le lit deux places était la première chose que l’on remarquait en entrant, la porte donnant directement sur lui. Il était collé contre le mur de droite. À gauche de la porte, sur le mur côté couloir, se tenait un bureau. Face au lit une télévision de taille modeste. Une commode, une armoire, deux tables de chevet et quelques lampes, c’était à peu près le mobilier de la chambre.


« J’espère que tu t’y sentiras comme chez toi. »

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Dim 25 Mai - 9:37

Si on ne pouvait donner qu’une qualité à Lena, c’était bien son enthousiasme. Mais bien entendu elle en avait des quantités d’autres, elle avait une beauté au-dessus de la moyenne que Rory lui enviait beaucoup, elle était aimable, elle était serviable, elle était très attentionnée et certainement tout un tas d’autres choses que la journalise ne manquerait pas d’ajouter à la liste au fil des jours passés en sa compagnie. Sa compagnie justement…ce devait être un enchantement, bien que certainement ce ne soit pas de tout repos car…elle avait une énergie folle. Mais elle était positive…toujours. Et cette attitude semblait contagieuse….A l’instant ou Jess l’avait vu, son visage s’était instantanément détendu… ! Il avait alors arboré un sourire serin, tenant tout près de lui la femme qui partageait sa vie.

Il le lui avait pourtant dit et bien fait comprendre…Lena n’avait plus que son affection et son corps pour elle…mais en cet instant, à les observer ainsi, il y avait définitivement plus. Jess se comportait avec Lena comme elle ne l’avait jamais vu se comporter avec elle… Entre Rory et lui, tout était plus sérieux, plus…quel était le mot qui convenait vraiment ? Peu importe les mots au final, l’important était qu’il était tout autre avec sa compagne. Et cette constatation ne fit que serrer un peu plus le cœur de la belle. Il pouvait lui dire ce qu’il voulait, il y avait définitivement beaucoup plus qu’il ne le lui avait avoué entre eux. Il restait encore tant d’amour… !

Elle avait cru faire un pas en avant avec ce qui s’était passé dans la voiture et les explications qui s’en étaient suivies…elle venait de refaire deux pas en arrière. Ces deux-là s’aimaient. Elle baissait à nouveau les bras, les armes et toute volonté. De ce fait elle n’avait écouté leur petite joute verbale que d’une oreille. Elle n’avait même pas réagis lorsque Jess avait pris sa veste, même si son regard avait croisé le sien l’espace d’un court instant.

Là où elle avait réagi par contre, s’était lorsque Lena s’était emparée de sa main. Ce geste était tellement peu naturel, tellement dérangeant pour elle…bien que cela ne soit rien de mal en définitive mais elle n’avait pu s’empêcher d’en être dérangée. Elle avait alors lancé un regard perdu à Jess qui lui avait souri amicalement, prenant sa valise et se mettant en route pour suivre les deux femmes. Ce couloir, elle le connaissait. Elle y était déjà passée. Le bureau de Jess se trouvait par-là. Et Lena s’arrêtait justement à sa hauteur mais…pas pour y entrer non, elle la guida juste en face…une porte s’ouvrit pour laisser apparaitre une chambre plus que correcte. Tout était si beau, si parfaitement décoré avec le plus grand des goûts…comme tout le reste de l’appartement au final. Déjà une qualité de plus à ajouter à la liste : le bon goût…quoi qu’elle n’en aurait pas pu douter, elle aurait déjà d’ailleurs dû le constater à l’ instant où elle l’avait rencontrée. Après tout, elle avait choisi le plus parfait des hommes…elle avait forcement bon goût.

Lena la ramena sur terre en l’entrainant à l’intérieur avant de finalement lâcher sa main. Quel bien cela faisait de briser ce contact si peu naturel… ! Rory profita de l’occasion pour, à l’aide de sa seconde main, venir discrètement frotter la première. Peut-être pour tenter inconsciemment d’en faire partir la sensation qui s’y était installée. L’actuelle guidant la maîtresse…c’était tellement étrange et ce sentiment de mal-être était parti de sa main pour se frayer un chemin jusqu’à son cœur…s'y engouffrant douloureusement !

Lena lui souhaita ensuite la bienvenue une nouvelle fois en lui disant espérer qu’elle se sentirait ici comme chez elle. Rory pris le temps de regarder autour d’elle – évitant soigneusement de poser ses yeux sur Jess – avant de prendre une profonde inspiration.


-Ce sera parfait Lena, merci.

Elle lui offrit un sourire qu’elle aurait voulu amical et plein de reconnaissance, elle ne savait trop à quoi il avait ressemblé en vrai, elle espérait seulement que les sentiments de malaise qu’elle essayait de cacher ne transparaitraient pas… ! Car oui elle était mal à l’aise. Qui ne l’aurait pas été dans pareille situation. Elle se retrouvait coincée ici, prise au piège entre Jess et Lena… ! Tant qu’elle avait encore cru les belles paroles de Jess, elle aurait pu tenir le coup…mais à présent qu’elle les voyait ensemble, qu’elle voyait cette complicité, ces regards échangés… ! Il n’était pas comme ça avec elle… ! Elle ne l’avait jamais vu ainsi… !

Cependant elle devait bien se reprendre, elle pencha légèrement la tête, le regard dirigé vers Lena.

-Est-ce que…je pourrais juste avoir quelques minutes pour défaire mes valises maintenant ? Je ne voudrais pas paraitre malpolie…

Elle avait surtout besoin de se retrouver seule…à vrai dire.

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Dim 25 Mai - 23:19

Jess se doutait bien que Rory ne devait pas être bien. Il ne se doutait seulement pas à quel point. Comment aurait-il pu le savoir ? Il se comportait certainement différemment avec Lena qu’avec elle. En outre, il était au courant. Mais il ne pouvait imaginer que cela puisse affecter Rory. Tout était plus léger avec Lena, il n’y avait avec elle jamais la moindre gravité, aucun mot plus haut que l’autre. Mais qui voulait dire léger voulait dire sans sérieux. Ce n’était pas seulement leur façon de se comporter qui n’avait pas l’air sérieuse aux yeux de Jess, mais toute leur relation. Le jeune homme avait fini par comprendre à quel point la discussion était la base, réellement, de toute relation sérieuse. Cependant, il n’était pas vraiment disposé à parler pour autant, parce que c’était pour lui une bataille de tous les instants contre lui-même. Avec Rory il s’en sortait plutôt bien, il arrivait à lui faire comprendre, d’une façon ou d’une autre, ce qu’il devait lui dire. Elle comprenait presque à tous les coups où il voulait en arriver, elle s’efforçait de l’y suivre, et elle cherchait elle aussi à communiquer. Lena, elle, ne comprenait rien s’il ne lui disait pas clairement – impossible, donc – et elle ne cherchait jamais à communiquer. Elle se contentait d’abonder toujours dans son sens, sans même chercher à discuter, et il avait de ce fait l’impression de toujours tout lui imposer contre ses envies. Ce qui, au début d’une relation, était assez agréable commençait à peser sérieusement sur les épaules du jeune homme. Il est difficile de croire sérieuse une personne qui ne l’est jamais complètement. C’était une femme-enfant, et ces côtés qu’il trouvait adorables de prime abord commençaient à le lasser, à le fatiguer. D’autant qu’il était, de nature, quelque de plutôt sérieux, qui prenait tout avec gravité – malgré sa nonchalance apparente – la plus petite contrariété était vite, pour lui, apocalypse… Sur ce point il rejoignait plutôt Rory.
Il n’en était pas moins qu’il s’était détendu à son arrivée. D’abord car il était tout de même heureux de la voir, et que sa joie était pour lui communicative. Elle était sincèrement contente de voir Rory avec eux, et c’est avec une bienveillance particulière qu’il accueillait cette simple constatation. Mais surtout, elle était aussi active qu’à son habitude. Il avait oublié à quel point cela pouvait être une bonne nouvelle, parfois. En effet, il lui était impossible de se concentrer plus de deux secondes consécutives sur le même objet. Il était dès lors peu probable qu’elle puisse remarquer ce qu’il se passait entre Rory et lui, car pour cela il aurait fallu les observer. C’était donc plus détendu qu’il envisageait la suite… Du moins, il l’avait été, quelques secondes. Cela n’avait pas duré.
Ensuite, il avait fait semblant. Il devait se cacher, et était persuadé, pour une fois, qu’il jouait le jeu à la perfection. Mais déjà il ne supportait plus d’être l’ami de Rory. Il sentait sa souffrance à le voir dans les bras d’une autre. Il sentait le déchirement que représentait le fait de voir d’autres lèvres prenant possession de celles qui étaient siennes il y avait à peine quelques secondes. Il rêvait de l’avoir contre lui, peut-être encore plus ardemment puisqu’il n’avait plus le droit au moindre geste. Il voulait la réconforter, lui montrer déjà qu’il l’aimait toujours autant, que de le voir ainsi ne changeait rien à ce qu’il lui avait dit, ni à ce qu’il ressentait pour elle. Mais au lieu de cela, il se devait de rester impassible, de la regarder amicalement simplement – enfin, amicalement, de la même façon qu’il l’avait presque toujours regardé, même lorsqu’il l’avait revu à New York pour la première fois, quand il croyait ne plus l’aimer : dans ces yeux brûlaient toujours la même joie extrême de l’avoir à ses côtés, la même force de sentiment, la même admiration, une note d’amour même, très certainement, bien qu’il essaie de la cacher. Ce regard, plus vivant et plus étincelant que jamais, il ne l’avait toujours eu que pour elle. Dès qu’il posait les yeux sur elle, inconsciemment, c’était comme s’ils ressuscitaient. Dès qu’il l’avait revu c’était rallumée dans son regard une flamme qu’il croyait éteinte à jamais, une flamme qui n’avait jamais brillé que pour elle. À cela il ne pouvait rien, il l’avait toujours regardé de la sorte, sans même s’en rendre compte, il ne pouvait pas le changer, et finalement c’était tant mieux s’il voulait faire croire à Lena que rien n’avait changé entre eux deux.

Rory jouait son jeu à la perfection… Elle ne le regardait presque pas – ce qui pouvait mettre la puce à l’oreille – et quand elle le faisait, c’était avec une indifférence frappante. Mais au lieu de le rassurer, cela l’angoissa. Dans un premier temps car cela lui renvoyait l’image qu’elle devait avoir de lui elle aussi. Celle d’un homme qui aimait une femme, mais certainement pas elle, pas à la façon qu’il avait à présent de se comporter avec elle. Ensuite, tout simplement, parce qu’il avait peur, soudainement, de la perdre. Malgré tout elle avait l’air tellement convaincante dans le rôle de la jeune femme détachée. Et si ce n’était plus une façade… Le pire était de se dire qu’elle pensait peut-être exactement la même chose de lui. Il n’avait plus qu’un seul désir, déjà, celui de la voir en privé. Juste pour être sûr que ce qu’il voyait, ce qu’il sentait encore il y avait de cela quelques instants était toujours bien là, juste camouflé. Il avait peur de la perdre parce qu’il voyait en elle, même s’ils n’avaient pas vraiment le choix, ne lui plaisait pas. Il avait peur de la perdre parce qu’il n’aimait pas lui montrer ce que, pourtant, il était obligé de lui montrer.
Mais il avait peur de perdre Lena aussi, toujours, malgré tout. Il avait peur que tous ces efforts, en plus d’être un réel supplice, soient parfaitement inefficaces. Il avait peur qu’elle sache déjà, peur qu’elle en souffre, peur qu’elle l’abandonne. C’était cela, il avait peur d’être abandonné, par l’une comme par l’autre. Se sentir repoussé, par Rory, une fois de plus, ou par Lena, pour la première fois, aurait été le détruire de façon durable. Il avait lutté toute sa vie contre ce sentiment d’abandon – son père d’abord, puis Liz lorsqu’elle l’avait envoyé à Stars Hollow, Luke lorsqu’il lui avait demandé de choisir entre reprendre ses études ou partir, Rory un nombre incalculable de fois. Chaque démission de ses proches était plus dure à accepter, chaque coup plus profond.
Plus les secondes passaient, plus il avait peur que tout lui échappe – lui qui, jusqu’à présent, avait presque tout contrôlé. Il avait tellement bien plus à perdre qu’à gagner dans la partie qui venait de s’engager. Cela l’effrayait outre mesure. Il n’en montra pourtant rien, il s’y efforça du moins. Il n’aurait plus manqué que les questions de Lena sur sa mine soudain morose, ou la contagion de sa panique à Rory.

Ils avaient fini par bouger, donc, au top départ de Lena. Il avait remarqué immédiatement que le contact que s’était permis cette dernière n’était pas vraiment du goût de l’autre jeune femme. Il ne s’était pourtant pas laissé le droit d’intervenir. Lena était ainsi avec tout le monde. C’est néanmoins un sourire qu’il voulut désolé qu’il lança à la femme de sa vie.
Le chemin, si court pourtant, du moins avec une Lena qui sautillait partout et n’avait pas la moindre seconde à perdre, avait été un calvaire pour le jeune écrivain. Il se retrouvait derrière les deux jeunes femmes, presque à côté de Rory. Il dû rassembler ses forces pour ne pas tenter quoi que ce soit. Il avait toujours le même besoin quasiment irrépressible de montrer à celle qui le précédait qu’il était là, qu’il la soutenait et qu’il l’aimait. Il tendit même la main en direction de celle de la demoiselle, juste pour la frôler, mais se ravisa à quelques millimètres de la sienne. C’était malsain, Lena était là, juste devant eux. Ce n’était peut-être pas le geste le plus empli d’amour qu’il pouvait faire. Mais il ne pouvait pas avoir le moindre signe d’affection pour Rory dans le dos, littéralement cette fois, de Lena. D’autant que c’était idiotement imprudent. À force de volonté, il arriva à se mettre autre chose en tête, et à rester calme. Et dire qu’ils n’étaient tous les trois ensemble que depuis quelques minutes à peine… Les prochains jours s’annonçaient plus compliqués qu’il ne l’aurait cru. Il ne pensait plus qu’à Rory, qu’à la retrouver déjà, tout simplement parce qu’il savait à quel point il ne le pouvait pas. Une fois de plus, Lena passait à la trappe. C’était horrible pour elle.
Heureusement, ce calvaire là ne fut pas de longue durée. Enfin, ils arrivèrent dans la chambre, où Jess pu déposer la valise dans un coin.

La suite ne l’étonna qu’à moitié. Rory demandait à défaire immédiatement sa valise. C’était un peu déplacé, inconvenant, ça lui ressemblait bien. Elle les mettait à la porte. Il ne voyait à cela que deux raisons, soit elle trouvait déjà Lena particulièrement indiscrète et fatigante, ce qu’il n’aurait pu lui reprocher, soit elle avait envie d’être seule, ce qui l’aurait inquiété.
Lena, elle, ne semblait pas s’en formaliser. C’est en acquiesçant qu’elle répondit.


« Pas de problème, je t’attends au salon, si tu veux bien. »

C’est alors qu’elle les regarda, Jess et elle, tour à tour, ses yeux clignant à chaque changement de direction de ses yeux. Elle avait soudainement l’air plus sérieux. À la voir on aurait dit qu’elle venait de prendre subitement conscience de quelque chose. Instantanément, Jess se figea, attendant anxieusement qu’elle réagisse à nouveau. Il avait la désagréable impression d’être face à un animal sauvage, il ne devait pas bouger d’un pouce pour ne pas effrayer l’animal et éviter de se faire dévorer tout cru. Cet éclair de lucidité ne fut que très fugace. La seconde suivante ses yeux reprenaient leur pétillant habituel, son sourire sa radiance, son corps se remit à revivre, comme un parc après l’hiver, quand le printemps revient enfin, mais l’hiver le plus rapide que le monde n’ait jamais connu. Elle avait, finalement, l’air de s’être perdue brièvement dans ses pensées.
Le jeune homme aurait donné cher pour savoir à quoi elle venait de penser, mais elle n’en dit rien. Peut-être qu’elle-même n’avait pas remarqué sa courte absence.
Immédiatement, elle s’approcha de lui, l’embrassa sur la joue, et lui murmura à l’oreille qu’il n’avait qu’à la rejoindre dans le salon. Ensuite, elle releva la tête vers son invitée et reprit plus fort.


« Prends ton temps. »

Jess devenait très certainement paranoïaque, il aurait juré que cela ne s’adressait pas qu’à elle… Mais ce devait être le coup de l’émotion, après la peur qu’elle venait de lui faire. Il ne pouvait en être autrement. Elle ne pouvait pas savoir et les laisser faire de la sorte. Elle ne pouvait pas être au courant et ne pas réagir. Elle ne pouvait pas comprendre et leur donner carte blanche ainsi. Car si elle savait, la façon dont elle venait de se comporter ne pouvait que dire qu’elle les laissait faire, qu’elle les poussait même dans les bras l’un de l’autre. Ce qui ne pouvait être vrai. Connaissant Lena, c’était certes probable… Mais Jess préférait très sincèrement exclure d’office cette possibilité.

Le jeune homme, quant à lui, hésitait entre partir immédiatement, puisqu’elle avait demandé à défaire ses valises, et lui demander si tout allait bien. Il ne savait pas si elle aurait préféré rester seule ou au contraire avoir l’occasion de lui parler. À plusieurs reprises il s’avança, avant de reculer aussitôt, à l’image de leur relation il faisait un pas en avant, deux en arrière. Il voulait parler mais ne disait rien. Il tendit même la main mais ne finit jamais son geste. Il détestait ne pas savoir sur quel pied danser avec elle. Finalement, il soupira, ouvrit la porte, et resta planté là quelque seconde encore. À bien y réfléchir, il attendait qu’elle dise quelque chose, elle, car lui n’y arrivait pas. Il avait du mal à bouger, parce qu’il voulait pour cela être sûr. Sûr qu’elle ne veuille pas de lui, sûr qu’il ne préfère pas, lui, lui adresser quelques mots quitte à aller contre la volonté de la demoiselle. Il aurait aimé pouvoir lire en elle à cet instant – chose d’autant plus difficile qu’elle lui tournait le dos. Il avait besoin de savoir quoi faire, qu’elle lui dise de rester ou le retienne, il n’irait pas à son encontre… Mais il avait besoin de savoir.

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Lun 26 Mai - 5:39

Lena avait eu l’intelligence de comprendre que Rory avait besoin d’un petit moment pour se reprendre et l’avait invité à les rejoindre, elle et Jess, par la suite, au salon. La journaliste l’avait remercié d’un sourire avant de prendre sa valise et de s’avancer pour la poser sur le lit. Elle avait ensuite attendu que les pas s’éloignent…mais … seuls ceux de Lena avaient résonné à ses oreilles…Jess était-il resté… ? Elle attendit encore quelques instants, dos à lui, pour une seule raison. Toute cette nervosité, toutes ses constatations, tous ses maux intérieurs avaient fait monter en elle des larmes qu’elle n’aurait pas voulues… ! Elle était trop sensible ces derniers temps. Cela ne lui ressemblait pas !!! Et elle n’aimait pas qu’on la voit dans cet état… !

Un frisson parcouru son échine, des pas s’étaient approché dans son dos…des pas dont elle connaissait le propriétaire…Jess. Il était donc bien resté. Elle ferma les yeux, tentant de se reprendre, de calmer ses angoisses. Pourquoi était-il resté ? C’était la dernière chose à faire…Lena était juste à côté, dans une autre pièce certes mais…ils ne devaient pas se retrouver dans la même pièce !!! Ils avaient pourtant mis les choses au clair, c’était beaucoup trop dangereux… ! Et pourtant il était là, dans son dos…et en cet instant plus qu’une seule pensée tournait dans la belle petite tête de la journaliste : se retourner et se jeter dans ses bras, se pendre à ses lèvres et effacer toutes ses peurs par ce seul moyens… ! Mais elle ne devait pas. Ses poings se serrèrent alors qu’elle réouvrait les yeux. Elle se tourna alors lentement vers lui, les yeux encore humide, une de ses joues laissant deviner le sillon scintillant de ses larmes coulées pourtant discrètement plus tôt.

Il était là, si beau, le visage inquiet visiblement… ! Était-ce pour elle qu’il s’inquiétait ? Evidemment que non…il devait penser à Lena et au fait qu’elle avait surement mal pris la réaction de Rory... ! La journaliste nia de la tête et, sans pourtant sortir un seul son, pas même un murmure de sa bouche, articula un « je suis désolée » qui lui fendis le cœur à dire. Elle l’était sincèrement. Mais pas du mal qu’elle aurait pu faire à Lena en l’ayant renvoyée comme elle venait de le faire – d’ailleurs le message ne s’adressait pas qu’à Lena, mais aussi à Jess…seulement lui était resté et elle ne pouvait que l’en remercier… ! Non elle était désolée pour tout autre chose. Elle réalisait seulement qu’elle ne serait pas assez forte…elle n’arriverait jamais à supporter la situation. Elle n’était pas là depuis dix minutes et déjà l’exercice était au-dessus de ses forces. Les voir ensemble, les voir amoureux…voir Lena joindre ses lèvres à celles qui auparavant embrassaient Rory…s’était un supplice. La journaliste referma ses yeux, réprimant un sanglot en pinçant ses lèvres et baissa la tête.

Dans quoi venait-elle de s’engager…c’était un exercice bien trop difficile et périeux.

Elle finit par articuler des mots plus audibles, et pourtant à peine murmurer.


- Va la retrouver…s’il te plait… !

Elle avait eu toutes les peines du monde à le lui dire, car après tout, s’était le rejeter dans les bras de sa rivale…. ! Mais elle avait besoin de se ressaisir, et tant qu’il serait là, l’envie d’être dans ses bras, de sentir sa chaleur, ses baisers…tout cela serait trop présent dans son esprit et la torturerai encore plus. Elle ne pourrait jamais retrouver ses esprits ainsi. Elle avait besoin de se calmer, de se faire à l’idée… ! Elle avait besoin d’un plan d’action pour échapper à cette situation. Peut-être allait-elle appeler Lorelai la suppliant d’inventer une maladie incurable à Emily ou Richard et l’obligeant de ce fait à rentrer d’urgence à Stars Hollow…mais elle devait trouver quelque chose… !!

L’homme de sa vie était toujours là, immobile face à elle, elle le sentait malgré ses yeux clos, car tout son corps était aimanté vers lui…. Avait-il seulement entendu ce qu’elle venait de lui demander ? Réouvrant ses yeux brillants de milles étincelles, elle était au supplice. Souffrait-il à ce point ? Désormais le visage de Jess semblait plus torturé qu’au précédent… ! Elle nia une nouvelle fois, avant de murmurer d’une voix à fendre le cœur un « s’il te plait » qui le priait de s’en aller…elle devait craquer, mais pas devant lui… ! Il devait s’en aller. Et pourtant, ce qu’elle aurait aimé ressentir son étreinte, être rassurée par ses lèvres, être calmée par ses mains prodigieuses et ses douces caresses…. !

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Lun 26 Mai - 12:01

Une fois encore, Jess se sentait tiraillé. Il avait l’impression d’être partagé en deux. Depuis que Rory avait débarqué dans sa vie c’était souvent le cas. Il était partagé entre raison et sentiments, entre morale et envies, entre bien et mal. Mais cette fois, c’était tout autre chose, ce n’était plus ce qu’il n’avait ou pas le droit de faire qui l’embarassait, mais la sensation d’être partagé littéralement entre Rory et Lena. Lena avait remplacé sa raison, Rory ses sentiments. Il voulait aller dans le salon autant qu’il avait envie de rester ici. Il voulait retourner au salon pour ne pas éveiller les soupçons, mais aussi pour profiter de Lena tant qu’il n’y avait pas Rory, pour lui donner l’affection qu’elle lui demandait tant que sa rivale n’était pas là pour le voir et en pâtir. Il souhaitait rester dans cette chambre parce qu’il avait le besoin de parler avec Rory, de s’assurer de son état, mais aussi pour profiter d’elle tant qu’il n’y avait pas Lena. Il avait la sensation d’être un pantin qu’elles tiraient à elles avec force, parfois même sans le vouloir. Plus que jamais, son cœur se retrouvait déchiré entre deux amours. Jusqu’à présent, il était arrivé à plus ou moins l’éviter, car il n’avait pas de réel choix à faire, lorsqu’il était avec l’une il ne culpabilisait pas trop pour l’autre, parce qu’elle était loin, parce qu’il n’avait pas ce sentiment que le temps qu’il passait avec l’une il le volait directement à l’autre. Mais là, elles étaient à quelques pas l’une de l’autre, et il devait faire un vrai choix, rester avec l’une et abandonner l’autre quelques minutes. Et même ce choix, qui semblait pourtant anodin, il n’arrivait à le faire. Comment dès lors pourrait-il, dans un avenir proche, déterminer laquelle partagerait sa vie ?
Il aurait aimé trouver un critère objectif pour se décider. Par exemple, trouver laquelle avait le plus besoin de lui. Mais le fait est qu’il sentait à quel point, toutes les deux, l’attendaient. Lena avait besoin d’un tête à tête, il l’avait senti, quant à Rory, elle ne semblait clairement pas dans son assiette, elle n’en attendait donc certainement pas moins… À moins qu’elle ne veuille définitivement plus le voir, parce qu’il lui faisait bien trop mal ou parce qu’elle s’était rendu compte, à le voix avec une autre, que, finalement, elle ne l’aimait pas tant que cela.
Il était toujours planté devant la porte lorsque la marche à suivre devint évidente. La jeune femme s’était retournée, et il avait pu admirer dans ses yeux comme sur son visage à quel point elle était dévastée. Doucement, il referma la porte. Il ne pouvait clairement pas s’en aller, il ne pouvait pas la laisser dans cet état. C’était purement impossible. Lena prendrait son mal en patience, il aurait tout le temps de la voir plus tard, le temps que Rory déballe réellement ses affaires, le temps peut-être aussi qu’elle finisse de se reprendre. Mais l’urgence n’était pas là. Car si Lena pouvait attendre, il n’en semblait pas de même pour Rory.

Elle murmura quelques mots propres à réduire son cœur en bouillie. Elle était désolée. Il ne savait pas vraiment pourquoi elle l’était, mais cela ne l’empêchait pas d’en être autant dévastée qu’elle. Certainement était-elle désolée de sembler si faible, de pleurer déjà, alors qu’ils venaient à peine d’arriver. Lui ne lui en voulait pas le moins du monde, il la comprenait et la plaignait. Il savait à quel point il n’était pas facile de voir la personne que l’on aime dans d’autres bras. C’était les débuts, elle s’y habituerait à la longue. En attendant, elle avait bien le droit de craquer.

C’est alors qu’elle lui demanda de s’en aller. Il s’était promis de l’écouter, de ne pas aller contre sa volonté… Mais c’était finalement au dessus de ses forces. Elle lui aurait crié, elle lui aurait montré à quel point elle ne voulait plus le voir, elle aurait fait preuve de violence, il serait parti immédiatement, car il aurait été certain qu’elle ne voulait plus le voir. Mais là… Il était toujours aussi perdu. Il n’arrivait pas à savoir si c’était son cœur ou sa raison qui avait la parole. Il était probable qu’elle ne supporte plus de l’avoir face à elle, qu’elle ait trop mal, auquel cas le cœur avait parlé, et il aurait mieux fait de l’écouter. Mais il n’était pas impossible non plus qu’elle lui demande de faire ce qu’elle pensait le mieux pour lui, et il était hors de question qu’il écoute la raison, car elle en souffrirait d’autant plus. Suivant qui lui avait demandé de partir le même geste serait pour elle une torture ou un réconfort. Il avait beau l’observer, il n’arrivait pas à se décider.
Alors, c’est différemment qu’il réfléchit. S’il ne savait pas ce qu’elle voulait, il n’avait qu’à s’interroger sur ce qu’il souhaitait lui. Il aurait très mal vécu le fait de la laisser ainsi, dans cet état, sans tenter au moins de la calmer. Il ne pouvait pas sortir d’ici sans être certain d’avoir fait son maximum pour l’aider. Il ne partirait donc pas, malgré ses suppliques. Fort de cette nouvelle résolution il allait s’approcher quand elle réitéra sa demande. Chaque fois était plus convaincante que la précédente, chaque fois lui brisait un peu plus le cœur. À sa dernière demande il faillit renoncer, et fit quelques pas en ce sens vers la porte. Mais un nouveau coup d’œil à la demoiselle lui rappela à quel point il ne pouvait pas, il n’arriverait pas, à quitter cette chambre sans un mot, sans un geste.
Il s’approcha donc, plus déterminé que précédemment, et la prit délicatement dans ses bras.

« Je suis désolé. »

Désolé de quoi ? Même lui n’en était plus sûr. Il s’excusait, en réalité, pour tout un tas de raison. D’abord, pour l’avoir emmené ici. Ensuite, pour le mal qu’il lui faisait, jour après jour, mais aujourd’hui plus particulièrement. Et enfin, il s’excusait de n’avoir pas su l’écouter, une fois encore, d’être allé à l’encontre de ce qu’elle lui priait de faire et de l’avoir prise dans ses bras, il lui demandait de l’excuser si cela lui faisait plus de mal que de bien. Il s’excusait de leur relation, de l’homme qu’il était et de la situation dans laquelle il les mettait. Il s’excusait de manière générale pour tout ce qu’il avait fait, tout ce qu’il ferait et tout ce qu’il aurait pu faire. C’est à peine s’il ne s’excusait pas d’être né.

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Lun 26 Mai - 13:35

Il n’était pas parti malgré ses suppliques, bien au contraire, il s’était avancé l’avait lentement enlacé, semblant jauger son regard à la recherche d’une approbation. Elle n’avait pas eu le cœur à refuser pareil cadeau et avait elle aussi passé ses bras autour de lui. Sa chaleur lui faisait tant de bien, la force de son étreinte également. Dans ces moments-là elle pouvait croire qu’ils étaient seuls au monde…mais en l’occurrence ce n’était pas le cas…

Jess avait commis une erreur, il avait fermé la porte… ! Ce n’était clairement pas la chose à faire alors que Lena n’était pas loin… ! Premièrement car ils étaient seuls à présent, à nouveau un peu coupé du reste du monde…ensuite parce que, si l’idée passait par la tête de la maitresse de maison de revenir et qu’elle les trouvait avec la porte fermée, Rory doutait fort de faire très bonne impression… ! Mais ce n’était pas ce qui la préoccupait le plus.

Leur étreinte avait assez duré. La place de Jess n’était pas auprès d’elle mais auprès de Lena… ! C’était principalement ce que sa raison lui disait et pour cette raison elle s’était détachée de lui, le regard figé sur le sol avant de lui tourner le dos, avait ouvert sa valise faisant mine de s’y intéresser. Elle s’était ensuite essuyée les yeux d’un revers de la main avant de les fermer à nouveau. Ce qu’elle s’apprêtait à dire lui faisait toujours aussi mal. Elle avait pu le dire une fois mais elle doutait de résister à la seconde…

Le fait est qu’elle souffrait au plus profond d’elle-même… ! Le choc se répandait petit à petit… ! Le fait de savoir quelque chose était toujours moins difficile que le fait de le voir. Si le simple fait de savoir Jess avec Lena avait été déjà si difficile, à quoi s’attendait-elle sinon à souffrir encore plus lorsqu’elle allait les voir ensemble. Elle aurait dû s’en douter. En cet instant elle pouvait ressentir la souffrance que Jess avait dû éprouver à l’époque de Dean…puis à celle de Logan… ! Au final ce n’était qu’un juste retour des choses. Elle l’avait fait souffrir…s’était à son tour de connaitre la douleur.

Ainsi elle se força une fois de plus à lui exprimer ses idées, non sans l’avoir premièrement remercier pour cette brève étreinte.


-Ne t’inquiète pas pour moi, ça va… ! Lena doit t’attendre alors, va-y.

Cela n’avait pas été prononcé méchamment, ni même sèchement. Au contraire la voix de Rory avait été si douce, ce qui contrastait grandement avec la dureté des paroles et du moment.


_____
hj: le lapin blanc te passes le bonjour.

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Lun 26 Mai - 14:12

Le seul fait d’avoir eu l’occasion, même subrepticement, de l’avoir dans ses bras l’avait quelque peu calmé. Il se sentait soulagé. Il avait besoin d’un contact, aussi minime fut-il, mais il avait surtout besoin d’être sûr qu’elle l’aimait encore. C’était idiot mais il avait toujours été convaincu que les sentiments pouvaient changer aussi vite que le sens du vent. Il avait toujours cru les sentiments que l’on pouvait avoir à son égard fragiles, au point que le moindre mot ou le moindre geste à contretemps pouvait y mettre fin. Il voulait être sûr que ce n’était pas le cas, que pour cette fois, du moins, elle continuait à l’aimer encore.
Ce simple contact avait suffit à les apaiser tous deux, il le sentait. L’espace de quelques secondes l’atmosphère s’était faite moins lourde, plus aimante. Mais cela ne dura pas. Bien vite, la jeune femme se défit de son étreinte, et entreprit de l’ignorer. Le jeune homme ne comprenait pas vraiment pourquoi, et cela provoqua en lui une sensation peu agréable. Il dut se raccrocher à l’idée que, malgré son détachement apparent, elle l’aimait toujours pour ne pas s’en vexer. Car, en effet, il en était quelque peu blessé, tout simplement car il ne saisissait pas le motif qui la poussait à agir de la sorte.
Il la laissa pourtant faire, ne pouvant que regretter leur étreinte. Déjà, il regrettait de ne pouvoir se conduire avec elle comme il en avait l’habitude, il déplorait de ne pouvoir se croire à nouveau, juste quelques minutes, seul au monde, seul avec elle.

Une nouvelle fois, elle voulu le mettre à la porte. Il en resta quelques secondes pantois, incapable de dire ou de faire quelque chose. Il luttait contre bien trop de choses, son amour pour Rory, ses envies, sa raison, Lena, et contre la peur de l’abandon qui commençait à s’insinuer doucement, mais sûrement, dans tout son être. C’était bien trop, il n’avait pas assez de force, pas assez d’énergie, pour se défendre contre tout et tout le monde. Il devrait baisser les bras, mais avant il exprima une dernière fois son point de vue.


« Lena est patiente. Si tu as besoin de moi, je ne peux pas partir. »

Il ne pouvait qu’espérer qu’elle ne lui mentirait pas. Dans le cas contraire, il n’aurait certainement plus la force d’aller à contresens, à moins peut-être d’être sûr à cent pourcent qu’elle ne pensait pas ce qu’elle disait. Il ne lui demandait que cela, de la franchise. Qu’elle s’occupe d’elle pour une fois, qu’elle ait confiance en lui. Il ne demandait, somme toute, qu’une seule chose : sa franchise, pour qu’il ait en main toutes les cartes. Le reste, c’était à lui de s’en occuper. Une fois les cartes en main, il devrait faire son jeu comme il l’entendait, de la meilleure façon qu’il soit. Mais ce n’était certainement pas à elle de jouer à sa place. Il les avait toutes mises dans cette situation, il se devait de s’occuper d’elles, et non l’inverse.


HJ : Bonjour mon lapin Wink

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Lun 26 Mai - 19:35

Si elle avait besoin de lui ? Son âme, son corps, son être tout entier criait que oui. Oui elle avait besoin de lui. Elle avait besoin de son regard posé sur elle, de ses lèvres qui embraseraient sa peau de milles baisers… ! Elle avait besoin de ses bras la retenant fermement contre lui, elle avait besoin de ses mots qui lui prouverait qu’elle se trompait… ! Car ce qui l’avait tant blessé était sa faute tant que celle de Lena bien que Rory ne veuille mettre la faute sur personne, selon elle, elle était la seule coupable dans l’histoire. Coupable d’avoir trop cru en son idylle avec Jess. Mais le couple chez qui elle habiterait cette semaine s’était chargé de lui remettre – involontairement, certes – les pendules à l’heure.

Ce qu’elle aurait aimé pouvoir tout lui expliquer. Elle aurait commencé par ce poignard qu’elle sentait planté dans son cœur depuis qu’elle avait vu la sublime Lena moulée à la perfection dans sa robe rouge se suspendre aux lèvres de Jess… ! Elle aurait continué par la désagréable sensation de sentir la main de sa femme l’entrainer jusqu’à la chambre qu’elle avait la gentillesse de lui prêter. Elle aurait fini par les regards entre les deux amoureux…leurs façons de se parler, de se comporter l’un avec l’autre…et le fait qu’il n’en serait jamais de même entre eux… !

En cet instant elle commençait même à douter… ! Lena apportait à Jess tout ce qu’il pouvait désirer, tout ce dont il avait besoin pour être heureux au possible. Elle l’aimait, le choyait, le couvait d’amour et de toutes autres attentions qui n’avaient pas encore de nom tant elles étaient encore méconnues. Lena était un cœur au sens propre du terme. Elle était la femme qu’il fallait à Jess, désormais c’était l’évidence même. Elle lui donnait tout ce dont il avait besoin…et en retour il l’aimait comme il était rare d’aimer. L’évidence était faite…Rory abandonnait le combat dans une grande souffrance, mais elle s’était jurée de faire ce qu’il y avait de mieux pour Jess…même si le pauvre homme ne comprendrait rien à ce revirement.

Elle ne se retourna pourtant pas, elle ne lui adressa pas même la parole, alors que pourtant il venait de l’en prier…elle resta simplement silencieuse, commençant à défaire ses effets personnels et les plaçant sur le lit.

Si elle l’aimait encore ? Naturellement voyons ! Un amour si puissant ne pouvait pas se volatiliser en quelques secondes. Elle était amoureuse et le serait jusqu’à la fin…dans l’espoir qu’un jour, peut-être, Lena et Jess décideraient d’en finir avec leur histoire…et à cet instant, Rory serait là, dans l’ombre, à attendre patiemment son tour… ! Ils avaient déjà passé tant de temps séparés l’un de l’autre, quelques années de plus n’y changeraient fondamentalement rien… ! Ainsi tout ce qui importait à l’heure actuelle, s’était que Jess soit heureux, simplement. Et il ne l’était pas avec Rory. Il était amoureux, oui. Il était passionné   aussi. Mais Rory ne le rendait pas heureux… ! Combien de fois avait-elle vu cet air triste dans son regard ? Combien de fois s’était-il emporté contre elle avant qu’ils ne se réconcilient sous la force de leur amour mutuel ??? Rory ne voulait pas de cette vie pour Jess, et il n’aurait pas cette vie avec Lena. …

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Lun 26 Mai - 21:35

Elle ne répondait pas. Il avait attendu, plus que de raison, mais elle n’avait rien dit. Elle l’ignorait complètement. Elle continuait à défaire ses bagages, comme s’il était déjà parti, comme s’il ne faisait plus parti de son monde.
Sans qu’il y prenne garde ses points se resserrèrent. Le fait était qu’il commençait à perdre patience. Il en avait marre de jouer au chat et à la souris. Il n’en pouvait plus d’être obligé de lire dans ses pensées. Il était fatigué. Il n’en pouvait plus de se battre contre elle dans le but de la préserver au maximum. Si elle ne voulait plus de lui, si elle préférait se recroqueviller seule dans son coin et souffrir en silence, très bien, il la laissait faire. Il ne savait plus comment faire, il ne savait plus ce qu’il devait faire ou non. Il n’avait aucune idée de la marche à suivre s’il voulait la protéger encore… Et elle ne faisait rien pour arranger leurs affaires, bien au contraire.

De son côté, il n’avait pas bougé. Il attendait une réponse qu’il n’aurait jamais, et il en avait profité pour l’observer. Il la voyait à peine, parfois un de ses mouvements lui laissait entrapercevoir son visage, le reste du temps il n’avait droit qu’à son dos. Malgré tout, il s’était idiotement plongé dans une contemplation de la jeune femme dont il eut du mal à se sortir. Elle ne faisait aucun cas de sa présence, pour cela il lui en voulait, mais à chaque battement son cœur n’oubliait pas de lui rappeler, avec une force qui s’accroissait à chaque fois, à quel point il était fou amoureux d’elle. Fou amoureux… Les termes étaient bien choisis. Peu à peu, elle lui faisait complètement perdre l’esprit. Mais il ne l’en aimait pas moins, au contraire, son amour allait en grandissant de secondes en secondes. Il était épuisé, par la force de ses sentiments autant que par la complexité de la situation, mais il l’aimait.
Elle était la femme de sa vie, il ne lui avait pas fallu longtemps pour s’en rendre compte. C’était une femme exceptionnelle. Elle était brillante et drôle Mes au delà de ses qualités, c’était entre eux qu’il se passait quelque chose. Ce n’était peut-être pas la meilleure, il y avait très certainement sur terre des femmes bien plus parfaites qu’elle ne l’était. Mais elle était faite pour lui – bien qu’il ne soit pas sûr de l’inverse – il ne retrouverait jamais avec personne cette connexion qu’il avait avec elle, jamais il ne trouverait quelqu’un avec qui il pouvait tant parler de ce qu’il aimait – du moins il pouvait parler de livres et de musique, ils étaient nettement moins d’accord pour les films –, personne avec qui il s’entendrait mieux. En tous points, elle était son âme sœur. Il n’y avait qu’elle pour la comprendre, pour la soutenir à ce point. Elle était son équilibre, elle le complétait parfois, lui ressemblait le reste du temps. Elle n’était pas parfaite. Elle était parfaite pour lui.

Il lui fallut un temps incalculable pour arriver à se ressaisir. Ce n’était clairement ni le lieu ni le moment pour penser à ce genre de choses. Si cela avait eu le mérite de le détendre quelques instants, tant il n’était concentré que sur elle, le retour à la réalité n’en était que pire. Il l’aimait, mais il n’était pas à elle et elle n’était pas à lui. Au lieu de cela, ils se déchiraient une fois encore. Et elle n’avait toujours pas répondu à sa dernière remarque…
Il se devait alors, une fois encore, d’agir selon ce que lui voulait, et il détestait cela par dessus tout. Il ne voulait imposer ses choix à personne, et il refusait catégoriquement de leur imposer des souffrances inutiles. Mais personne ne réagissait, elles le laissaient toujours agir comme il voulait. Cela était dur pour lui, et souvent douloureux pour elle. Il aurait aimé les secouer, les forcer à parler, enfin, que pour une fois dans leur p*tain de vie elles soient franches et directes. Tout le monde aurait tant à y gagner…
Pour l’heure, il avait beau prier le ciel, Rory, ou il ne savait qui d’autre, rien ne bougeait. Par conséquent, lui non plus. Alors, à nouveau, il la prit dans ses bras, sans jamais la retourner, de sorte qu’elle resta toujours dos à lui. Ce simple contact le fit soupirer de plénitude, et lui fit prendre conscience d’une chose : il ne se sentait entier que lorsqu’elle était avec elle, comme si toujours, en partant, elle emportait un bout de lui. Puis il fit glisser quelques secondes ses lèvres sur la joue de porcelaine de sa compagne. Si ce geste la blessait, elle n’avait qu’à y penser avant de lui laisser l’occasion de le faire. Cependant, il ne pensait pas à cet instant à la réaction qu’elle aurait pu avoir si, jsutement, cette simple proximité lui était insupportable. Elle le rejetterait, encore, cette fois-ci s’annonçait déjà la plus cruelle de toutes.

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Lun 26 Mai - 22:09

Son cœur s’était immédiatement compressé dans sa poitrine, à l’ instant où les bras de Jess étaient venus glisser sur sa taille pour se refermer sur son ventre en un étau que cette fois-ci elle ne briserait pas. Mais cette torture n’était pas suffisante… ! Les lèvres du beau brun vinrent alors se poser en un doux baiser sur sa joue. Elle ferma les yeux, frissonnant de plaisir, avant de joindre ses mains à celles de son amant et de s’abandonner totalement à ses bras. Elle reposa sa tête contre lui, les yeux toujours clos, le cœur battant plus vite que jamais. Il était le pire des tentateurs…mais le plus adorable des hommes. Elle venait de le traiter de la pire des façons en l’ignorant, et il trouvait quand même la force de lui pardonner, de l’embrasser, de la garder contre son cœur… !

Rory mit de longues secondes dans le silence le plus complet à tenter de retrouver ses esprits. Ils étaient fou, d’amour l’un pour l’autre premièrement…mais ensuite et surtout, fou tout court. Lena était là, à quelques pas d’eux… la porte n’était pas verrouillée…et ils se permettaient ce genre de comportement… ! Et pourtant Rory n’avait pas la moindre envie d’y mettre fin… ! Elle aurait aimé que le temps s’arrête par miracle pour ne reprendre que lorsqu’ils le décideraient tous les deux…

Elle avait été injuste avec lui. Elle ne revenait pas sur sa décision de s’effacer de sa vie petit à petit au profit de Lena, mais elle lui devait des explications…au moins sur les larmes qui avaient envahi ses yeux – toujours clos – quelques secondes plus tôt… ! Elle entreprit donc de trouver les mots juste pour le lui expliquer, prenant cependant soin de le souffler dans un murmure que lui seul entendrait…un son à peine audible qui aurait l’avantage de ne pas briser cet instant.


-Je pensais que je pourrais le supporter Jess, mais j’ai eu tort. Je pensais que de le savoir allait m’aider mais…le voir…vous voir ensemble elle et toi c’est…au-dessus de mes forces…

Elle glissa l’une de ses mains entre les siennes, qui avaient élu domicile près de son nombril. Le reste de son corps quant à lui restait immobile, incroyablement bien tout près de lui malgré la gravité de ses propos.

-Je pensais vraiment y arriver mais…

Elle laissa un soupire lui échapper.

-Tu sais…elle est faite pour toi…

Cette constatation lui avait échappé sans qu’elle ne s’en rende bien compte, mais après tout, autant qu’il le sache…il avait en quelque sorte…son approbation…bien qu’il n’en avait pas besoin… !

-Elle te rend heureuse…

Pure vérité une fois de plus...là ou Lena la rendait heureuse, Rory ne pouvait que l'aimer de tout son coeur... et de toute son âme...mais cela ne ferait jamais le bonheur du beau brun...

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Lun 26 Mai - 23:26

Il y était arrivé. Une fois de plus, elle s’abandonnait un peu à lui. Il n’osait plus l’espérer tant elle s’appliquait, depuis qu’ils étaient entrés dans ce satané appartement, à ne lui témoigner qu’une indifférence profonde teintée de larmes. Elle avait été même plus dure avec lui maintenant qu’ils étaient seuls que lorsqu’ils étaient encore devant Lena. Il voulait bien croire qu’elle se laisse un peu plus allée à ses sentiments profonds lorsque la blonde n’était pas là, mais ne comprenait pas en quel honneur elle se laissait aller à sa tristesse mais ne songeait pas à lui transmettre son amour. Et Dieu sait que, pourtant, il en avait besoin, car son être entier se consommait d’amour pour elle et il ne supportait définitivement plus de ne plus en avoir de réponse.
La sentir s’abandonner à lui calma quelque peu son torrent intérieur. Elle était toujours là, toujours semblable derrière le masque. Le temps de s’y faire, il avait besoin d’en avoir parfois des preuves. Mais il ne désespérait pas d’arriver un jour à faire la part des choses, à être certain que malgré son apparente amitié distante elle n’en ressentait pas moins de sentiments pour lui qu’il n’en ressentait pour elle.
L’avoir contre lui, une fois de plus, était le plus grand de tous les réconforts. Dans ses bras seulement il osait croire que les choses se passeraient mieux qu’il ne l’imaginait encore il y avait quelques secondes. À son contact seulement il se sentait plus fort. Cette force, il se devait de l’emmagasiner pour pouvoir y piocher les prochaines heures qu’il passerait loin d’elle. Il ne rêvait à présent plus que de l’embrasser. Pourtant, il n’arrivait à s’y résoudre – pour le moment du moins. La peur de se faire prendre n’était pas présente chez lui, il connaissait les habitantes de ce lieu, Lena comme Gloria étaient bien élevées, aucune d’elles n’auraient l’idée d’ouvrir une porte sans avoir préalablement frappés, ce qui leur laissait bien le temps de se séparer. D’ailleurs, il était persuadé que si Gloria se serait trouvée outrée devant une telle image, Lena n’en aurait pas fait cas – elle aurait continué à les considérer comme de très bons amis, car s’il s’agissait d’une preuve irréfutable d’une profonde affection, ce n’était pas une preuve d’amour. Mais il avait des scrupules. Sous son toit, à quelques mètres d’elle… Il ne pouvait l’imaginer, jusqu’au moment où, à être trop tenté, il finirait par céder. Mais pour l’heure, il ne le pouvait pas. Il ne pouvait pas faire cela chez elle, il ne pouvait pas abuser de sa gentillesse, il ne pouvait pas aller la retrouver, ensuite, comme si de rien n’était, l’embrasser alors qu’il venait d’accorder le même privilège à une autre, seulement quelques secondes auparavant. Ce qu’il pouvait être empli de principes, parfois… Mais il se connaissait assez pour savoir que ce qu’il imaginait impossible finissait par le devenir, que les barrières qu’il construisait soigneusement finissaient toutes par s’écrouler devant Rory.

La jeune femme se décida enfin à parler. Il ne l’attendait tellement plus qu’il en fût agréablement surpris. Aussi, il attendit bien sagement qu’elle ait fini pour prendre à son tour la parole. Ces déclarations successives le poussèrent dans un mutisme complet, dans une réflexion dont il eut du mal à s’extirper. Si les premiers mots qu’elle prononça le laissèrent étonnamment rêveur la suite ne fût pas pour lui plaire.
La jeune femme avait commencé par dire qu’elle n’y arrivait pas. Il ne pouvait que la comprendre, et ne s’en voulait que plus. Il n’avait pas à lui imposer ce spectacle, il ne le savait que trop bien. C’était la pire erreur qu’ils avaient faite de leur vie entière – et ce n’était pas peu dire. Une fois n’est pas coutume il comprenait parfaitement ce qu’elle ressentait pour être passé par là, lui aussi, avec elle. Il connaissait tout du déchirement de voir celle que l’on aime en d’autres bras, il savait l’enclume que l’on avait sur le cœur de voir celle que l’on aime en aimer un autre, il n’ignorait pas la boule qui se formait dans la gorge et dans le creux du ventre de savoir celle que l’on aime comblée par un autre. S’il l’aimait aussi, la situation n’en était pas moins semblable avec celle qu’elle avait vécue, elle était peut-être même pire. Rory connaissait les sentiments qu’il nourrissait à son égard mais le voyait aussi en aimer une qui n’était pas elle, elle ne pouvait le comprendre, un lourd sentiment d’injustice devait la ronger.
C’est ensuite que les choses se corsèrent. Lorsqu’elle lui avoua, d’abord, qu’elle était faite pour lui. S’il s’était juré d’attendre qu’elle ait fini de parler pour répondre, son corps ne se gêna pas pour le faire à sa place. Instantanément, il se crispa. Il ne voulait pas entendre cela, encore moins de la bouche de Rory. D’autant, qu’il n’était absolument pas d’accord avec elle, pas le moins du monde d’accord. Il ne savait vraiment pas comment lui expliquer à quel point elle faisait fausse route, il aurait aimé lui crier qu’elle se trompait, mais se contint dans le but de ne pas la couper dans son élan. Elle avait besoin de parler, il avait besoin d’écouter.
La fin ne fût pas meilleure. Voilà qu’elle lui annonçait de but en blanc qu’il était heureux avec elle. Jusqu’à preuve du contraire il semblait qu’il était le seul à pouvoir en être certain. Pourtant, elle ne se gênait pas pour parler à sa place et dire ce qui, à elle, sautait aux yeux, mais était bien moins certain pour le jeune homme. Certes, il était heureux avec Lena, mais ce n’était rien en comparaison du bonheur que lui procurait Rory lorsqu’il avait la chance de passer quelques instants en sa compagnie.
Avait-elle conscience qu’en disant des choses comme celles-ci c’était en sa faveur qu’elle plaidait ? Il ne la pensait pas assez calculatrice pour que ce soit fait exprès, mais le résultat était là : il l’obligeait à débattre des différences entre Lena et elle, elle l’obligeait à énoncer à haute voix toutes les raisons pour lesquelles il ne devait pas choisir la blonde. Somme toute, elle faisait une partie du travail qu’il aurait, normalement, dû faire en privé pour faire un choix en son âme et conscience. Il se trouvait à devoir dire à haute voix les conclusions auxquelles il était d’abord arrivé en privé. Il rechignait à le faire, parce qu’il trouvait déplacé de parler de cela avec elle, mais aussi parce qu’il avait l’impression, à force de ne dire sur Lena que du négatif, qu’elle allait finir par croire que les dés étaient déjà jetés, qu’il allait la choisir, alors même que lui n’en avait encore rien décidé. Pourtant, il le devait bien, il ne pouvait laisser Rory dans cet état. Elle n’avait que peu confiance en elle, c’était à lui de lui montrer que tout n’était pas perdu d’avance. Sans quoi, il allait la perdre pour la énième fois.

« Elle… Me rend heureux, oui. Mais toi aussi, si c’est là que tu veux en venir. Je ne suis jamais malheureux avec Lena. Être avec toi, c’est bien plus dur… Mais la récompense… Je… »

Il aurait aimé lui dire la vérité, à savoir qu’il était plus heureux avec elle qui ne l’avait jamais été avec n’importe qui, qu’elle lui apportait plus de bonheur en une minute que pouvait lui en apporter une autre en un an, plus que ne pourrait jamais lui en apporter le meilleur des bouquins, la plus excellente des activités. Il tenta, mais n’y arriva bien entendu pas… Il n’eut alors d’autre choix que de voir plus petit.

« Tu me rends heureux, il marqua une pause, tellement. »

Le reste, tout ce qui était sous-entendu dans cette simple phrase, qu’il avait pourtant eut un mal fou à énoncer, il ne pouvait qu’espérer qu’elle le comprenne sans mot, qu’elle se rende compte à l’intensité de sa voix à quel point elle le rendait plus heureux que n’importe qui.
Il soupira. Il avait commencé par le plus facile. Ce sur quoi il devait revenir à présent il ne savait même pas comment l’aborder. Comment lui dire que s’il y en avait une qui était faite pour lui, ce n’était clairement pas Lena ? Comment lui faire comprendre que la femme de sa vie, que son âme sœur, c’était elle ? Comment lui expliquer que même s’ils ne se remettaient pas ensemble il était conscient qu’il n’y avait pas d’âmes plus synchronisées, plus semblables que les leurs ? Ne le ressentait-elle pas, elle aussi ?


« Lena et moi… On… Se ressemble pas. On est pas fait pour le long terme, ensemble. On ne partage rien. On n’est pas pareils. Alors que… »

Cette fois-ci, il n’arriverait pas à plus. Il comptait sur ce qu’elle ressentait elle pour lui faire comprendre. Car il était certain qu’elle ressentait la connexion qu’il y avait entre eux aussi bien qu’il la sentait. Il ne pouvait qu’espérer que ce début de phrase la mettrait sur la voie, car il n’était pas disposé à en dire plus. C’était bien plus fort que lui, comme si une force supérieure l’empêchait à tout prix de parler.
Ne restait plus, maintenant, qu’un dernier point, le plus léger d’entre tous – il n’était pas à proprement parler anodin mais c’était pour Jess le plus aisé à aborder, car ce n’était plus de lui qu’il s’agissait. Du moins, pas totalement, car il commença une fois encore par son point de vue, tant qu’à faire, autant qu’il en profite pour lui expliquer ce que lui, de son côté, vivait.

« Je crois que… J’en ai besoin. J’ai besoin de vous avoir côte à côte pour comprendre ce qu’il m’arrive… »

Effectivement, malgré le mal que pouvait lui causer la situation, il avait compris son utilité, comme s’ils avaient besoin d’en passer par là pour avancer significativement. Il avait compris qu’il s’agissait là du moyen le plus efficace de lui faire prendre une décision rapide. Il pouvait les comparer à son aise. Les comparer n’était pas la vérité, ce n’était pas elle qu’il étudiait, mais lui même. À les avoir toutes les deux il pouvait à loisir examiner les sentiments qu’il avait pour l’une et pour l’autre, leurs intensités, leur nuance, bien mieux qu’il aurait pu le faire lorsqu’elles étaient chacune de leur côté. Il saisissait d’ores et déjà des choses qu’il n’aurait pu saisir d’autres façons. Sans compter que penser et voir une personne n’était pas du tout pareil, ce qui expliquait pourquoi il était plus facile de se dire qu’il resterait avec Lena lorsqu’il l’avait à ses côtés, et inversement. Son choix n’en serait que bien plus réfléchir et mieux argumenté, plus en phase avec la réalité.
Il n’en restait pas moins que…


« Mais si tu veux partir, remballe directement tes affaires, je t’emmène où tu veux. Et si tu restes, dès que tu ne supportes plus, appelle moi. »

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Mar 27 Mai - 5:39

Ses paroles, elle les avait accueillies comme milles soins procurés à son pauvre cœur meurtri. Il savait toujours ce qu’il fallait dire, comment il fallait agir afin qu’elle se sente mieux. Jess venait d’accomplir ce que d’autres psy auraient mis des années à faire : lui faire entendre raison, lui prouver qu’elle n’était pas celle qu’elle croyait…il venait de lui montrer à quel point ils pouvaient être destinés l’un à l’autre tant leur âme était liée l’une à l’autre. Cependant le sourire de la belle n’en fut pas moins tristement teinté.

Ce qu’il venait de dire l’avait rassurée, mais cela n’avait pas pour autant enlevé ses résolutions. Elle allait tout faire pour s’effacer face à sa rivale qui, si ne le lui croyait pas, avait le mérite d’avoir un effet bénéfique sur Jess. Elle le rendait heureux et serein. La vie avec elle semblait beaucoup moins compliquée, elle semblait couler de source.

D’ailleurs…Lena…elle devait les attendre. Si Rory avait prié pour que le monde s’arrête à l’instant où les bras de Jess étaient venus se nouer autour de son corps, ce ne serait définitivement pas arrivé. Et plus ils passaient de temps tous les deux dans cette chambre à la porte fermée, plus Lena devait se poser milles et une question sur la raison de leur retard…ils avaient rendez-vous au salon après tout… ! Les mains de la belles décroisèrent donc celles de son amant, mais … pas de le but de les séparer non, joignant ses mains aux siennes, elle entreprit simplement de lui faire resserrer sa prise autour de son corps. Elle en avait besoin comme d’un souvenir que son corps pourrait se remémorer s’il la serrait assez fort…ainsi elle pourrait tenir bon lors de cette…réunion qui les attendait tous les trois… ! Elle voyait déjà la scène…Lena serait assise sur le canapé, Jess à ses côtés, ses bras puissant autour de sa compagne alors que Lena lui caresserait probablement la jambe d’une main distraite… ! Puis…il y aurait-elle, Rory Gilmore, femme amoureuse et pourtant si triste, car l’homme qu’elle aimait lui faisait face dans les bras d’une autre. Elle resterait cependant, elle n’avait pas le droit de faire autrement. Elle n’avait pas été élevée pour fuir, même si la douleur se ferait si forte. Elle prendrait sur elle, et elle trouvera justement la force d’agir de la sorte dans l’étreinte qu’il lui offrait en cet instant.

Elle soupira, c’était peut-être niais et hors de propos étant donné du contexte mais, elle avait besoin de le lui dire… Réouvrant les yeux, elle retourna légèrement sa tête vers son amant avant de murmurer, avec une touche notable de désespoir, à quel point elle l’aimait.


_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum