Kill me now [PV]

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Mar 24 Juin - 10:39

A en croire Lena, Jess était tout bonnement complètement amoureux d’une seule et unique femme… ! Mais elle se trompait complètement selon la principale intéressée. Jess ne pouvait pas l’aimer à un tel point et en aimer une autre en même temps. C’était inconcevable à ses yeux. Ainsi elle en était certaine, Lena se trompait. Elle refusait simplement de voir la vérité…de voir qu’il l’aimait elle aussi d’un amour fort et profond. Aussi Rory ne pouvait comprendre comment Lena pouvait dire de pareils mots…elle voulait lui « rendre » Jess ? Mais quelle idée ! Ils étaient si parfaitement assortis tous les deux. Et Jess était heureux avec elle. Jamais Rory ne pourrait accepter cela !!!

Lena accédait à la demande de la jolie brune, elle lui accordait un tête-à-tête avec Jess dans le but de cesser toute cette comédie qui en devenait presque ridicule tant tout le monde semblait souffrir pour le bonheur d’un autre. Les triangles amoureux étaient toujours si compliqué à ce que l’on pouvait en dire…elle comprenait aujourd’hui aisément pourquoi.

Puis le cœur de la belle se sera un peu plus lorsque la blonde évoqua la souffrance de Jess lors de leur séparation… ! Elle ferma les yeux un instant. Elle avait été d’une méchanceté sans nom sur ce coup là, elle devait le reconnaitre. Et quand elle y repensait, elle se demandait bien comment Jess avait pu lui pardonner si facilement et se montrer aujourd’hui si tendre et bon à son égard.

Le silence avait à nouveau posé son atmosphère lourde autour des jeunes femmes. Aucune ne parla durant de longues minutes, Rory cherchant la meilleure solution pour tous les trois, Lena…probablement dans l’attente d’une réponse. Ce fut finalement la brune qui se décida à rompre cette quiétude.


-Tu as l’air de penser qu’il n’y a que moi qui compte pour Jess… ! Tu te trompes… !

Elle rouvrit ses yeux d’un bleu intensifié par l’obscurité qu’elle plongea dans le regard de Lena.

-C’est toi qui l’a récupéré quand il était au plus bas…c’est toi qui lui a redonné le goût de vivre Lena. Tu lui as apporté tout ce qu’il pouvait rêver d’avoir. L’amour véritable et sans conditions, l’écoute et la stabilité. Grâce à toi Jess a retrouvé un but à sa vie. Il a même des projets pour l’avenir !!

Elle rit, mais ce ne fut que d’étonnement. Comment pouvait-elle ignorer tout ce qu’elle avait fait pour Jess alors que sa simple présence, son sourire retrouvé…tout en Jess ne faisait que le lui dire…et son amour n’en était qu’une preuve de plus.

-Ce n’est pas à moi qu’il doit tant Lena…c’est à toi. Et il t’aime…sincèrement tu peux me croire.

Car s’il ne l’avait pas aimé, il y aurait déjà longtemps que tous deux auraient commis l’irréparable…mon dieu qu’ils avaient été fous. Rory en avait eu envie, oui mais…comme elle s’en serait voulu aujourd’hui si ils avaient tous deux franchis le pas. Grâce au ciel Jess n’avait donc pas encore trompé (réellement) Lena. Et ainsi Rory pouvait se retirer du triangle les laissant tous deux saufs sans le moindre regret.

-Et à supposer qu’un jour nos chemins se séparent… tu te trompes encore sur un point… ! Il se relèvera…on ne parle pas de n’importe quel homme…on parle de Jess… ! Il se relèvera toujours… !

Voyant l’expression de Lena changer à l’annonce de cette éventualité, Rory baissa à nouveau les yeux, cette fois-ci sur ses mains.

-Je pars seulement à Stars Hollow, ce n’est pas le bout du monde…ne t’en fais pas, on se reverra…

Elle même n’y croyait pas. Du moins pas après le plan qu’elle avait élaboré dans son esprit…Jess allait tant la haïr que plus jamais il ne supporterai de recroiser sa route… !

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Mar 24 Juin - 15:10

Le mutisme avait soudain remplacé la parole. Aucune d’elles ne bougeait, personne ne parlait plus. Lena tentait de se convaincre qu’elle avait fait ce qu’il fallait, mais plus le temps passait et plus il lui semblait que son action était vaine. Rory ne semblait pas comprendre où elle voulait en venir, elle trouvait toujours quelques points pour la contredire, alors même que ce que disait la blonde n’appelait pas de réponse. Ce n’était pas son point de vue qu’elle s’efforçait à livrer mais la vérité brute et sèche. Il lui en coûtait d’en parler ainsi, elle ragerait de voir ses efforts sans effets.
Ensuite, la jeune femme se prit à imaginer l’issue de cet affrontement. Maintenant elle en avait la certitude, elles devraient se battre toutes deux pour le cœur d’un homme qui, il fallait bien l’avouer, le méritait grandement. La jeune femme était prête à se battre, du moins tant qu’elle n’était pas certaine que ce n’était pas elle qui pourrait rendre l’homme qu’elle aimait complètement heureux. Pour elle les choses restaient toujours aussi simples : c’était celle qui lui apporterait le plus de bonheur qui devait gagner, elle n’en démordrait jamais, malgré les contestations de son amie. Car Rory n’en restait pas moins, à ses yeux, une amie. Elle n’avait rien contre elle, bien au contraire, elle ne la voyait même pas à proprement parler comme une menace. Elle croyait en la force du destin, ni l’une ni l’autre ne pourrait influer sur lui, il ne servait donc à rien de la haïr alors qu’elle était aussi impuissante qu’elle-même.
L’issue était incertaine. Elle le serait jusqu’au bout, jusqu’à la dernière seconde, jusqu'à ce que Jess, après s’être rendu pleinement compte du choix qui s’offrait à lui, ait pris une décision catégorique. Personne, pas même lui, ne pouvait être certain de leur avenir, à tous trois, avant que cette décision soit définitivement arrêtée. Alors les choses changeraient pour tous de manière durable, ils n’auraient plus jamais la même vie. Cette ombre, cette menace et promesse à la fois de changement planait au-dessus de leurs têtes, pesait sur leurs épaules. On sentait entre eux la même inquiétude et la même excitation que lors des départs pour des contrées lointaines. À la différence qu’ils ne savaient pas encore qui partirait et qui resterait sur le quai.
Rory reprenait enfin la parole, ce qui l’obligea à couper court à ses pensées afin de l’écouter avec le plus d’attention possible. Sans l’interrompre elle ne put s’empêcher de secouer vivement la tête dès la fin de sa première phrase. Rory se fourvoyait complètement, sur ses intentions comme sur ses pensées.


« Tu te trompes. Je sais qu’il m’aime, tout comme je sais qu’il t’aime. Je ne veux pas abandonner, et je ne veux pas que tu abandonnes non plus, c’est tout. Je sais ce que j’ai fait pour lui et je sais aussi ce que tu as fait. Je ne suis pas là, en face de toi, à tenter de te raisonner, dans le but de me retirer de la course, pas du tout. Je tente juste de te faire comprendre ton importance à ses yeux. J’essaie de te montrer que tu auras toujours une place dans son cœur. Je veux que tu le prennes en compte et que tu attendes. »

Elle marqua une courte pause, le temps de retrouver plus efficacement son sourire rayonnant.

« Je ne sais pas qui va gagner. Il t’aime sans se l’avouer, mais il m’aime aussi. Laisse-lui simplement la possibilité d’être heureux. »

Avec délicatesse elle prit les mains de la jeune femme entre les siennes, l’obligeant par là même à lui faire totalement face.

« Je t’apprécie beaucoup, Rory. Je ne t’en voudrais pas de l’éloigner de moi, car cela prouverait qu’il serait plus heureux avec toi qu’il n’aurait jamais pu l’être avec moi… En revanche je ne te pardonnerais jamais de ne pas lui laisser le choix. N’oublie pas que tu as une chance sur deux de gâcher son bonheur… Et le tien. »

Elle marqua une nouvelle pause, plus longue cette fois-ci, où elle se concentra à nouveau sur la vie qui grouillait à leur pied, sur tous ces êtres qui ne pouvaient pas savoir la tragédie qui se déroulait au-dessus de leur tête. Sans jamais la regarder elle glissa une nouvelle phrase presque en un murmure, en souriant avec douceur et bienveillance.

« N’as-tu jamais pensé qu’éventuellement vous soyez faits l’un pour l’autre ? »

Elle voulait laisser le temps à Rory de réfléchir à ce point… Pourtant elle se devait de reprendre la parole pour lui faire comprendre là où elle voulait en venir. Une fois encore elle se retourna donc vers elle.
Cependant, à la moindre objection de Rory à ce sujet elle avait tout un tas d'arguments propres à lui faire envisager cette hypothèse. C'est avec plaisir qu'elle les lui donnerait, simplement car cela participait à lui ouvrir les yeux.

« Il ne faut pas que tu perdes de vue que c’est peut-être le cas. C’est peut-être lui et moi, mais cela peut tout aussi bien être vous deux… Et si jamais c’est le cas, si jamais vous êtes faits pour être ensemble, tu détruirais toutes vos chances de bonheur en t’en allant une fois encore. »

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Mar 24 Juin - 20:16

Rory pensait avoir vu des choses incroyables dans sa vie, mais celle-ci dépassait tout. Lena était-elle réellement entrain d’essayer de la faire rester et de la jeter dans les bras de Jess... ? Non ce n’était pas possible, elle devait rêver…et pourtant… ! Là ou cette évidence avait réellement sauté aux yeux de Rory, ce fut quand Lena lui demanda dans un doux murmure si elle n’avait jamais songé qu’ils puissent être faits l’un pour l’autre… ! C’était le monde à l’envers… ! la légitime qui tentait de faire comprendre à la maîtresse qu’elle était peut-être la femme de la vie de Jess… ! Rory ne put s’empêcher de se sentir mal à ces quelques mots. Non pas qu’elle n’y ait jamais songé, mais jamais encore elle n’avait voulu y croire, et voilà pourtant que Lena lui donnait l’occasion d’y penser…

Que Jess et elle soient destinés à vivre ensemble pour le restant de leurs jours ? Elle n’aurait pu faire plus beau rêve. Très vite le rêve tournait aux cauchemars. Eux deux ensemble…c’était la passion, c’était l’amour fou, mais c’était aussi les coups de gueule et les prises de tête qu’ils n’avaient jamais pu éviter. Et même si depuis leur retrouvaille il y avait eu plus d’amour que de guerre entre les deux amants, elle devait avouer qu’elle savait au fin fond d’elle même qu’il ne serait jamais heureux auprès d’elle. Au contraire d’elle, Lena avait cependant la douceur et le caractère parfait pour correspondre à la perfection à Jess. Ainsi ils formaient ensemble le couple parfait. Tout le monde pouvait le voir. Tout le monde pouvait le confirmer. Rory pouvait le confirmer.

Voilà que Lena la mettait en garde, lui certifiant qu’en partant, elle détruirait leurs chances de bonheur. Rory soupira avant de retirer sa main de celle de la jeune femme et de lui tourner le dos pour s’éloigner un peu. Tout ceci allait bien trop loin. Il fallait que ce petit jeu malsain cesse au plus vite. Passant une main dans ses cheveux, Rory se stoppa net, face à l’appartement, les yeux clos.

-Je ne détruirai rien Lena, pour la simple et bonne raison qu’il n’y a rien… !

Ou du moins il ne devait rien y avoir… ! Jess éprouvait peut-être des sentiments pour la journaliste, peut-être même était-ce de l’amour comme elle avait tant voulu le croire si souvent. Mais c’était à Lena qu’il disait « je t’aime ». C’était elle qui partageait tant son lit que sa vie. Ainsi il n’y avait rien entre eux…rien d’officiel du moins.

-Ecoute, je pense comprendre ce que tu essaies de me faire comprendre et je t’en suis reconnaissante…merci pour tous ces mots si vrai et si touchants. Mais…

Mais elle savait ce qu’il lui restait à faire, et elle était décidée à mettre son plan à exécution…

-…mais ça ne changeras rien au fait que je dois m’en aller.

Et si Lena agissait dans l’intérêt de Jess, Rory suivait totalement son exemple. En partant, elle résolvait tous les soucis du jeune homme. Plus de choix à faire, elle lui rendait sa vie d’avant…sa vie douce et sans soucis. Sa parfaite petite vie avec sa parfaite petite femme dans leur parfait appartement. Jess Mariano méritait le meilleur et il n’aurait pas moins.

Ses yeux étaient toujours clos mais elle devinait dans son dos l’attitude de Lena face à cette dernière réplique. Elle ne devait pas être des plus heureuses… ! Prenant une profonde inspiration, elle rouvrit les yeux dans le but de se retourner vers elle mais…

-Jess… !

Son nom avait franchi les lèvres de la belle avec tant de surprise mêlée à un soupçon de peur que Rory n’eut une nouvelle fois pas à se retourner pour savoir quelle serait la réaction de Lena. Elle avait dû se retourner aussi vite que Rory avait été surprise.  Face à elles à présent – du moins si Lena s’était vraiment retournée – se tenait le beau brun, visiblement tendu, le regard quelque peu dur, à les fixer à tour de rôle. Depuis quand était-il là ?? Qu’avait-il entendu ???  Le cœur de la belle se mit à battre la chamade… !

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Mer 25 Juin - 0:09

C’était idiot… N’étaient-elles donc pas normales ?
Lena n’avait pas une expérience parfaite des triangles amoureux, pourtant une chose lui semblait des plus logiques. Dans ce genre de situation, les femmes avaient plutôt tendance à se battre pour garder l’homme qu’elles aimaient. Au contraire, Lena et Rory semblaient se rejeter le jeune homme comme s’il s’agissait plutôt d’un fardeau. Pourtant, c’était loin d’être le cas. Lena l’aimait avec une telle force, elle avait tout accepté pour lui, elle avait accepté de le voir mourir pour une autre, elle avait accepté de le voir enchaîner les filles sans intérêt, elle avait tout supporté par amour. Fidèle à cette ligne de conduite elle était simplement prête à continuer en laissant le champ libre à une femme qui n’était pas elle. Selon elle Jess était plus important que tout, surtout bien plus important que son propre bonheur. Et elle savait très bien une chose : il était amoureux de deux femmes, plus ou moins consciemment, il finirait par en choisir une, et ce ne serait peut-être pas Rory. Cependant, elle connaissait assez bien Jess, ce Jess pourtant si pudique, pourtant peu bavard qui ne lui avait rien caché de ses nuits d’angoisse, de ses journées de souffrance loin de Rory, elle le connaissait assez bien pour savoir exactement dans quelles proportions s’écroulerait à nouveau son monde si la journaliste disparaissait. Bien entendu, elle serait toujours là pour l’aider à se relever, et Rory avait raison sur ce point, il finirait par s’en sortir à nouveau, il avait assez de force de caractère pour cela… Mais en attendant, il souffrirait plus qu’aucun homme n’avait à souffrir. Et, mon Dieu, il ne méritait pas cela ! Cette pensée la fit frissonner tant elle déchainait en elle un torrent de colère. Ce sentiment n’était pas vraiment orienté vers Rory, elle était bien trop douce pour cela, c’était plutôt un début de rébellion envers la tournure que risquaient de prendre les évènements, une fureur sourde face à sa propre impuissance.
Patiemment, elle attendait que sa compagne ait fini de parler, l’écoutant avec attention, pour à son tour répondre. Elle mettait ce temps à profit pour se calmer, fermant les yeux à son tour, alors qu’elle s’était retournée vers les lumières rassurantes de la ville. Cette mascarade ne rimait à rien. Elle aurait aimé secouer Rory, lui dire qu’il suffisait de s’asseoir et d’attendre sagement que Jess se décide enfin, qu’elles n’avaient rien d’autre à faire et que ce n’était pas bien difficile. Se calmer. Elle devait se calmer. C’est alors qu’un mot la figea totalement. Un prénom qui, bien qu’en rapport avec la conversation, sortait d’une façon un peu étrange. Immédiatement, dès que le pic de surprise et de terreur fut passé, elle se retourna avec une vivacité propre, habituellement, au félin. Voilà comment elle se retrouva nez à nez avec le jeune homme qu’elle n’attendait pas ici, maintenant, de cette façon.
Ce n’était pas vraiment son genre d’écouter aux portes, aussi elle ne comprenait pas bien ce qu’il faisait là. Elle redoutait de savoir le temps qu’il avait passé ainsi à les observer sans mot, sans comprendre ce qui l’avait poussé à ne pas annoncer sa présence. Mais au-delà de cela elle voyait dans ses yeux une dureté exceptionnelle. Elle devait agir, avant qu’il n’explose et leur règle leur compte, à toutes deux. Dans ce but elle fit un pas vers lui, la main tendue, en murmurant son prénom. La réponse fut instantanée. Il la fusilla littéralement du regard, ce qui eut pour effet de la stopper net. Son bras retomba, ballant, le long de son corps, elle ne fit plus le moindre mouvement.

Le jeune homme avait tenté d’écourter au maximum son appel. Il se rappelait encore du regard paniqué que lui avait lancé Rory alors qu’il partait, un regard qui le priait de revenir au plus tôt. Ce fut donc ce qu’il s’était efforcé à faire.
Aussi rapidement que possible il était donc revenu dans le salon, alors même que, sur la terrasse, Lena parlait sans discontinuer. Dans un premier temps il ne s’approcha pas. Visiblement on n’avait plus vraiment besoin de lui. Il en était heureux, si elles avaient pu enfin faire librement connaissance il ne pouvait qu’en remercier le ciel. Puis la blonde avait saisi avec vivacité les mains de sa compagne. C’est alors qu’il avait compris que quelque chose ne tournait pas rond. La discussion, de prime abord bon enfant, n’était pas si calme que cela. Lena souriait toujours, mais il était difficile de savoir s’il fallait attribuer cela à un réel bonheur ou à une pudeur qui l’empêchait en tout temps de paraître de mauvaise humeur. Rory, de son côté, ne s’embêtait pas à le cacher. Apparemment cet échange lui en coûtait. Jess lui-même avait la désagréable impression de surprendre une mutinerie dirigée contre sa personne. Il s’était alors approché, jusqu’à se retrouver lui aussi sur la terrasse, dans le but louable de sortir la femme de sa vie de ce mauvais pas. Pile à temps pour entendre Rory affirmer qu’elle ne détruirait rien car il n’y avait rien entre eux. Elle disait cela avec tant de convictions qu’il y crut presque lui-même. Il lui fallut un temps incalculable pour reprendre ses esprits après cela. Les bras lui en tombaient presque. Tout ce qu’il voyait et ce qu’il entendait lui procurait une sensation au plus haut point intolérable. Pourtant il parvint à rationnaliser. Elles avaient effectivement une discussion sérieuse. Rory semblait tenter de rassurer Lena sur ses intentions et sur ce qu’il se passait entre les deux amis. Il n’aimait pas qu’elle ait à mentir, et espérait que Lena ne lui en tiendrait pas rigueur en apprenant la vérité, mais elle avait raison de le faire. En effet, ce n’était pas son rôle, ce n’était clairement pas à elle d’avouer quoi que ce soit, sans quoi ils courraient droit à la catastrophe. Il se calma donc, juste à temps pour entendre ces derniers mots : « ça ne changera rien au fait que je dois m’en aller ».
Une nouvelle fois il se crispa et ne put articuler le moindre mot pour manifester sa présence. Il détestait cette impression de les espionner, et il entendait assez de choses désagréables pour arrêter là le massacre. Pourtant une nouvelle fois il resta aussi muet qu’une tombe. Il lui fallait se calmer. Elle avait l’air tellement résolue à partir que cela lui faisait peur. Il avait beau tenter de se rassurer en se disant qu’après les douleurs que lui avaient valu ce court séjour il était normal qu’elle ne pense qu’à s’enfuir, que cela ne changerait rien entre eux… Il n’en était pas moins pétrifié d’anxiété. C’était la fin, quelque chose le lui disait, sans qu’il saisisse ce qui le poussait à penser une chose pareille il comprenait que le départ de Rory marquait le terme de leur relation.
Quoi qu’il en soit, il était peut-être secoué et plutôt attristé par ce qu’il venait d’entendre, mais n’éprouvait pas le moindre début de sentiment négatif à l’égard de l’une ou de l’autre… Pas jusqu’à ce qu’elles remarquent sa présence.

Ce fut Rory qui le repéra le premier. Ce fut elle qui le tira de son inertie et le ramena à la réalité de l’instant. Sa réaction le choqua violemment. Elle agissait comme si elle était coupable, comme si elle avait été prise la main dans le sac, comme s’il avait pu entendre des choses qui l’auraient mises d’une humeur massacrante. Cela suffit à le plonger dans la morosité. Sans savoir de quoi il en retournait il se mit à lui en vouloir, car sa réaction prouvait à ses yeux qu’elle avait fait quelque chose de mal, qu’importe ce que c’était, il le saurait bien assez tôt. L’attitude de la femme qui partageait sa vie finit de l’achever. Elles avaient gagné, il était de très mauvaise humeur sans même savoir encore pourquoi.
Pourtant, ce fut avec calme, bien que froideur, qu’il commença à parler.


« J’ai fini… Pas vous apparemment. »

Il fit un pas en arrière, dans le but de partir, pour les laisser tranquille, tout en sachant qu’il ne pourrait pas retourner dans le salon après ce qu’il venait de voir. Il aurait tellement l’impression qu’elles parlaient de lui derrière son dos, le sentiment qu’elles agissaient à ses dépens, qu’il ne pourrait pas tenir. Le seul moyen de le calmer, du moins de l’empêcher de monter encore en pression, était de les empêcher de continuer cette charmante réunion.
Son regard ne cessait plus de faire la navette de l’une à l’autre. À bien y regarder, derrière la dureté apparente de ses yeux verts se cachaient l’incompréhension, un soupçon de panique et beaucoup de supplications. Il les suppliait de s’expliquer sur le champ, de le sortir immédiatement de ce mauvais pas avant qu’il ne s’emporte pour de bon. Cependant, aucune d’elle ne disait mot, personne ne bougeait plus. Il pouvait aisément comprendre pourquoi, trop impressionnées par sa sécheresse elles n’avaient pas la force d’aller voir plus loin.
Finalement, son regard se fixa sur Lena. Il devait en choisir une et lui sommer de parler sur le champ. Étrangement, à cet instant, il faisait plus confiance à Lena qu’à Rory. Il les connaissait assez pour savoir laquelle des deux seraient la plus franche – et il devait avouer qu’il pensait sincèrement qu’aucune des deux n’était capable de lui dire simplement la vérité, sans chercher à la minimiser. Néanmoins, Lena était plus calme, des deux se serait celle contre lequel il avait le moins de chance de s’énerver. Car malgré le fait qu’il la juge, pour le moment, bien plus responsable de cette petite assemblée que la journaliste, il n’en restait pas moins qu’elle était d’un tempérament plus accommodant. Il savait aussi à quel point, avec Rory, la passion prendrait le dessus. Outre le fait qu’il voulait faire son maximum pour rester calme il se refusait à offrir ce genre de spectacle à celle qui restait sa légitime. Il lui parlerait donc plus tard, soit lorsqu’il serait complètement calmé, soit en tête à tête.


« Tu m’expliques ? »

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Mer 25 Juin - 12:09

Rory s’était un peu plus figée voyant le regard terrifiant que Jess venait de lancer à cette pauvre Lena qui voulait s’avancer vers lui. La belle blonde se figea à son tour à la hauteur de Rory tant et si bien que les deux femmes faisaient à présent face à celui dont elles étaient toutes deux amoureuses.

Jess semblait d’une humeur massacrante. Cela sautait aux yeux. De plus, Lena venait d’en faire les frais. Le visage de Rory se baissa légèrement alors que ses yeux quittaient le jeune homme au profit du sol. Elle n’aimait pas le voir ainsi, mais plus que tout elle n’aimait pas ce qu’elle présageait pour les heures à venir…la soirée ne serait pas de tout repos.

Jess reprenait la parole le regard fixé sur Lena. La pauvre malheureuse semblait dans le même état que Rory, n’appréciant pas du tout ce qui se passait ici. Mais elle fut plus forte que Rory pour prendre la parole et répondre à ce « tu m’explique » glacial.

-Tout va bien, n’est-ce pas Rory ?

Ce disant elle retournait la tête vers la principale intéressée, forçant un léger sourire. Pour toute réponse, Rory lui rendit son sourire en acquiesçant. Elle n’eut pas vraiment l’occasion de dire quoi que ce soit, déjà Lena reprenait la parole, redirigeant son regard vers Jess.

-Nous parlions simplement…

Jess semblait sur le point de réagir. Mais Rory avait elle aussi son mot à dire, aussi prit-elle sur elle pour retourner son regard vers son amant, un peu plus dire que Lena pour le coup. En effet, si elle avait été pétrifiée quelques instants auparavant, elle se réveillait à présent et elle devait avouer ne pas avoir apprécié du tout la façon dont il avait regardé la pauvre jeune femme qui pourtant voulait simplement le rejoindre.

-Tu n’as pas à te mettre dans des états pareils, comme l’a dit Lena, tout va bien.

Qu’avait-il bien pu entendre pour être dans un tel état ? Depuis combien de temps les avait-il rejoint ? Tout ce temps elles avaient parlé dos à l’appartement, ainsi peut-être était-il là depuis le début, auquel cas, Rory pouvait comprendre qu’il ne soit pas de très bonne humeur mais, si tel avait été le cas, il devait également avoir compris que Lena avait été la gentillesse même et que de ce fait il n’avait pas à agir avec elle de la sorte… !

Ce fut Lena qui enchaina, tendant une main pour stopper Rory, lui offrant un léger sourire en signe que tout allait bien.

-Ce qu’elle voulait dire, c’est qu’il n’y a pas de quoi s’emballer. Il ne s’agissait que…d’une conversation entre filles.

Puis elle enchaina.

-Et si nous rentrions pour prendre le dessert ? Gloria doit être prête à servir.

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Mer 25 Juin - 16:40

Le jeune homme ne pouvait que regretter déjà l’ambiance si agréable qu’il avait quitté quelques secondes auparavant. S’il n’avait pas totalement oublié, dans la précipitation de la venue de Rory, ce coup de téléphone ils y seraient encore, dans cette chaude ambiance emplie d’amour. Au lieu de cela, l’atmosphère était à présent tendue. Il aurait aimé ne pas s’énerver, arrondir les angles pour une fois, d’autant que pour l’heure elles n’avaient encore rien fait ni dit qui, vu de l’extérieur, semblait légitimer son comportement. Mais c’était plus fort que lui, un petit détail qu’aucune n’avait semblé remarquer lui avait suffi, à lui, pour être irrémédiablement de mauvaise humeur.
Lena avait finalement pris la parole, à sa demande, pour s’expliquer. Le pauvre jeune homme ne demandait qu’à la croire, lui-même n’avait jamais pensé, après ce qu’il avait pu entendre, qu’elles aient dit quoi que ce soit de méchant ou de délicat à son sujet. Cependant, elles-mêmes venaient de lui prouver le contraire en réagissant comme elles l’avaient fait. Entre leur réaction irréfléchie et spontanée et leurs discours pondéré et délibéré il avait malheureusement plus de facilité à croire ce qui n’avait pas été calculé.
Malheureusement, leurs échanges en eux-mêmes sonnaient faux à son oreille. Le seul fait qu’elles insistent de la sorte, qu’elles tentent l’une après l’autre de répéter la même chose avec conviction paraissait étrange… Il n’arrivait pas à se convaincre qu’il ne s’agissait là que d’une défense bien légitime face à son comportement, à sa froideur soudaine.
À nouveau il les regardait à tour de rôle, au hasard de leurs prises de paroles. Il resta impassible jusqu’à ce que le silence s’installe enfin. Ce ne fut qu’alors qu’il reprit vie. D’abord il hocha doucement la tête. Le plus urgent restait de leur montrer pourquoi il était dans un tel état, de leur montrer qu’il ne se serait pas emporté si elles-mêmes n’avaient pas semblé paniquées à sa simple vue.


« C’est pas moi qui me met dans des états pareils… »

Cependant, une fois plus ou moins formulé cela ressemblait surtout à un discours d’enfant, du genre de « c’est celui qui dit qui est ». Son début d’explication lui donnait l’impression de tomber à plat. Ce qui contribua à l’énerver passablement plus. Et plus il s’énervait plus il avait envie de crier, plus il avait envie de crier et moins il avait envie de discuter pour calmer le jeu.

« Si vous ne faisiez que discuter sagement, je peux savoir pourquoi j’ai eu l’impression d’être le loup dans la bergerie ? »

Décidément, il était friand ce soir des images enfantines. Il avait peut-être l’air ridicule, mais au point où il en était…
C’est alors qu’il jeta un coup d’œil derrière lui, se rappelant soudain que Lena, pour fuir l’affrontement, leur avait proposé d’aller manger le dessert. Il aurait juré qu’ils l’avaient déjà mangé… Mais peut-être se trompait-il. Quoi qu’il en soit, il n’avait pas vraiment envie de rentrer à l’heure actuelle. Pourtant, il haussa les épaules, signe que si elles voulaient rentrer il les suivrait sagement.

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Mer 25 Juin - 18:01

La voix de son amant toujours aussi froide tendit à nouveau un peu plus le doux visage de Rory. Cependant à ses dires, il semblait qu’il n’ait rien entendu de la conversation, ou si peu. De ce fait elle pouvait malgré tout se détendre un peu. De son côté Lena ne semblait impassible, d’un calme olympien, réussissant même à le regarder avec un certain sourire. Décidément elle disait vrai, elle aimait bien chaque partie de la personnalité du jeune homme. Remontant son regard vers celui de l’homme qui lui faisait face, Rory se rendit alors compte que pour sa part, elle ne pourrait jamais réagir comme la belle blonde. Jamais elle ne pourrait sourire, être si calme alors que Jess de son côté se montrait si froid. Au contraire, Rory pour sa part avait envie de s’emporter à son tour, de lui parler aussi mal qu’il le faisait… ! Mais elle savait deux choses, qui la retenaient dans cette entreprise. La première, elle n’était pas chez elle, donc pas libre de ses mouvements ou paroles. La seconde, Jess et elle n’étaient pas ensemble, donc elle n’avait pas à réagir de la sorte avec lui. Ainsi tout ce qu’elle pouvait faire était d’admirer le calme exemplaire de Lena, tout en bouillonnant de l’intérieur.

C’est alors que le beau brun posa une question qui eut le mérite d’attirer l’attention de la jeune journaliste. Effectivement c’était une bonne question, la surprise sans doute, la peur qu’il ait tout entendu, la question de savoir depuis quand il était là surtout…mais tout ceci revenait à une seule et même constatation…


-Nous…parlions de toi, ou plus précisément de nos relations avec toi…Tu nous a simplement surprise… ! C’est aussi simple que ça…il n’y avait là rien de mal.

Ce n’était pas la voix de Rory qui avait retenti bien qu’elle aurait pu prononcer au mot près la même phrase. Mais elle n’avait pas eu envie de le dire, elle aurait préféré d’ailleurs le taire. Car Jess ne se contenterait certainement pas de si peu. Il voudrait en savoir encore plus. Savoir pourquoi elles parlaient de cela…ce qui s’était dit…si Rory avait fini par avouer à Lena leur relation peut-être même… ! En résumé ils n’étaient pas sortis des explications.

La remarque de Lena sur le fait que le dessert restait à être servi n’avait trompé personne, sa tentative de faire redescendre la pression avait échoué. Non, ils ne rentreraient pas avant de s’être expliqué tous les trois… ! De ce fait inutile de rester ainsi figé sur place. Soupirant face à la perspective d’une discussion qui serait loin d’être de tout repos, Rory baissa la tête et se détacha du petit groupe, s’éloignant jusqu’à retrouver le mur auquel elle vint s’adosser. Lena quant à elle, ne bougea pas, peut-être trop occupée à sonder le regard de son cher et tendre, attendant qu’il réagisse aussi fébrilement, bien que plus calmement que Rory.

Cette dernière tourna la tête dans leur direction, les observant attentivement. Ils se regardaient à présent avec tant d’intensité…si l’on avait enlevé la mauvaise humeur du jeune homme, on aurait alors pu jurer que ces deux-là allaient se sauter au coup et s’embrasser passionnément. Ceci eu le mérite, une fois de plus de serrer un peu plus le cœur de Rory. Ce n’était bien entendu pas vrai puisque l’ambiance était bien loin de l’amour, mais il n’en était pas moins vrai que les deux amoureux avaient ainsi l’air d’un couple tiré tout droit d’un film romantique à souhaite. Dans ce genre de film justement, le jeune homme s’élancerait bientôt vers sa promise, elle en ferait de même et ….et heureusement qu’elle ne se trouvait pas dans cette situation car si tel avait été le cas, elle serait probablement décédée à l’ instant où leurs lèvres se seraient retrouvées tant la scène serait difficile à supporter. Son cœur ne l’aurait pas supporté. Ainsi sur sa tombe on aurait pu écrire « morte d’amour »… !

Détournant le regard rapidement, Rory se trouva alors bien sotte. Silencieuse et désormais immobile, elle attendit que la discussion tant redoutée démarre…


_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Mer 25 Juin - 19:46

Il aurait pu le parier avant même la confrontation. Il aurait pu parier que Lena parlerait, autant parce qu’elle ne savait jamais se taire que parce qu’il était bien dans son genre d’attirer l’attention, dans le but d’attirer les foudres sur elle et non sur sa compagne.
Ce dont il se serait bien moins douté c’était du silence que semblait vouloir obstinément garder la femme de sa vie. Elle ne disait mot, baissait le regard… Il ne l’avait jamais vu ainsi. Rory était douce, pourtant elle n’avait pas l’habitude de se laisser faire. Elle était franche, et si elle se laissait moins facilement emporter que le jeune homme elle n’en osait pas moins lui répondre lorsqu’elle trouvait qu’il avait tort. Or, cette fois, elle ne disait rien. En un sens il devait avouer qu’il valait mieux qu’elle se comporte de la sorte, le spectacle qu’ils auraient pu laisser entrevoir à Lena dans le cas contraire aurait été bien difficile à supporter pour elle. Cependant, au fond de lui, il devait avouer ne pas aimer cela. Entre eux, les choses ne s’étaient jamais passées ainsi. Ils avaient toujours laissé la passion les emporter, ils avaient toujours communiqué parfois calmement parfois en criant. À dire vrai, souvent ils commençaient d’abord à crier pour ne rien dire avant de se séparer, de se calmer et d’aller s’expliquer plus calmement. Lorsqu’ils s’emportaient la passion parlait à la place de la raison. En tant qu’amoureux, cela faisait partie intégrante de leur mode de communication. Or, en cet instant, Rory restait calme. Étrangement, à ne pas la voir s’irriter il avait l’impression terrible qu’elle ne l’aimait pas, qu’elle ne restait impassible que parce qu’elle était totalement indifférente à lui. Il ne fixait à présent plus qu’elle. Il aurait rêvé de franchir la distance qui les séparait, de lui crier dessus jusqu'à ce qu’elle parle, de la secouer, d’hurler, de l’embrasser… Dans le seul but d’avoir le début d’une réaction.
Lena se chargea de le ramener sur terre. Il avait posé une question, et pour ne pas changer ce fut elle qui se chargea de la réponse. Ce qu’elle dit, étrangement, le détendit un peu. Mais immédiatement il se sentit vaciller. Elles avaient parlé de lui, jusque là c’était un peu gênant mais pas bien grave. Elles avaient parlé de leurs relations… Là, en revanche, cela sentait quelque peu le roussi. Qu’avait pu bien dire Rory… Il la connaissait assez pour savoir à quel point elle ne savait pas mentir, et il avait peur d’avoir donné à Lena une connaissance assez poussée de la journaliste pour qu’elle aussi sache détecter le moindre mensonge. Aussi passa-t-il de longues secondes à les regarder à tour de rôle pour savoir de quoi il en retournait. Puis Rory s’éloigna. Il n’y avait de toute manière aucune réponse à aller chercher en elle, elle restait aussi fermée qu’une huitre. Lena, au contraire, pourrait lui apporter, sans le savoir, quelques réponses. Si elle savait ce qu’il se passait entre Rory et lui il le verrait dans ses yeux, quelque chose aurait changé, obligatoirement. Il sonda donc son regard inlassablement, vérifiant chaque recoin, jusqu’à être sûr et certain de ne rien y trouver de réellement déroutant. Ce ne serait qu’à cette condition qu’il se détendrait un peu encore. Finalement, ne trouvant rien de vraiment suspect, la pression retomba légèrement.
C’est donc plus sereinement qu’il répondit à la jeune femme, avec un étrange mélange de froideur et d’ironie.


« Surprises à ce point là… Ça devait pas être très aimable. »

La vérité était qu’il ne savait même pas s’il voulait réellement savoir de quoi elles avaient parlé, du moment qu’il était certain que Rory ne les avait pas jeté dans la gueule du loup. Il était curieux de savoir ce qu’elles avaient pu se dire, surtout qu’il n’en démordait pas : pour réagir ainsi ce devait être un sujet bien délicat. Cependant, le fait était qu’il n’était pas certain de vouloir, de pouvoir, réellement l’entendre. Il détourna même le regard, de peur de lire dans le regard noisette qui se noyait dans les siens une réponse qu’il hésitait encore à demander.
Immédiatement, sans même qu’il y fasse attention, ses yeux se posèrent sur Rory. Son cœur se serra sensiblement. Une fois encore le même désir, qu’elle fasse quelque chose, quoi que ce soit.

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Mer 25 Juin - 20:31

Et Jess ne fut pas long à répondre…sa réponse appelant immédiatement le regard de Rory à se poser sur lui. Bien au contraire, s’il savait tout le bien que l’on en avait dit. Lena et Rory avaient au moins été d’accord sur un point et un seul durant toute leur conversation : Jess était un homme incroyable et toute deux donneraient tout pour son bonheur. Là où les points de vues divergeaient, c’était sur le comment. Comment le rendre heureux en effet ? Pour Lena, s’était en restant et en l’aimant plus que toute chose en ce monde. Pour Rory, s’était en partant et en lui offrant ainsi la vie qu’il méritait aux côtés de Lena… ! En y réfléchissant bien, cela faisait deux choses sur lesquelles elles avaient été d’accord…il devait vivre avec Lena pour être pleinement heureux.

C’est à cet instant que le regard de Jess vint croiser le sien. Son cœur se serra si fort à cet instant…ce contact bien qu’éloigné était si…fort ! Immédiatement elle en fut déstabilisée et, pour y échapper, elle se redressa, quittant le mur, en s’éclaircissant la gorge. Elle devait quitter cette terrasse au plus vite. Lena ne lui en voudrait pas, au contraire, ainsi elle lui offrait une occasion de parler au beau brun en privé, condition que la blonde avait imposée à Rory pour…sa grande discussion avec Jess… !


-Je…

Elle s’avança en leur direction, fixant Lena pour ne pas voir Jess.

-Je vous laisse un moment…je dois de toute façon appeler ma mère alors…je vous laisse !

Et passant à côté de Lena elle posa une main amicale sur son bras avant de s’en éloigner. Venait à présent le plus difficile. Pour retrouver sa chambre elle était obligée de passer par là, elle devait passer à côté de lui…passer si près de lui… ! Elle rassembla toutes ses forces pour garder le regard au loin et passer le plus vite possible. Respirant profondément une fois son amant passé, elle pressa le pas pour finalement disparaitre et rejoindre la chambre qui était sienne encore pour quelques temps.

Lena n’avait rien fait pour la retenir, au contraire, elle en était même reconnaissante à Rory. Il était vrai que leur présence à tous les trois rendait les choses bien plus difficiles, chacun guettant l’autre pour savoir comment réagir. Mais à présent que leur invitée les avait laissé, Lena et Jess pourraient parler plus tranquillement.

Elle soupira, un peu, par soulagement avant de se diriger doucement, de son pas lent et gracieux jusqu’au canapé de jardin qui décorait un coin de cette terrasse. S’y installant, elle lui fit signe de venir s’asseoir près d’elle.

-Je crois qu’il faut que l’on parle…

Sans même attendre que Jess soit à ses côtés, Lena poursuivi de sa voix douce et posée.

- Je pense que j’ai compris, pourquoi tu as réagis comme ça…tu as entendu ce qu’elle a dit et ça t’a fait peur, n’est-ce pas ? Le fait qu’elle s’en aille pour Stars Hollow, que tu ne la revoies plus…ça t’effraies ?

Son regard était bienfaisant, il n’y avait en elle, comme toujours, aucune once de méchanceté ou quoi que ce soit. La belle blonde n’avait jamais été une personne qui pensait à elle avant tout, et depuis sa rencontre avec l’écrivain….elle n’avait plus que vécu pour lui, pour le rendre heureux. En un mot elle n’avait dès lors vécu que dans un seul but : l’aimer à corps perdu.

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Mer 25 Juin - 23:13

Le temps s’arrêta, son cœur aussi. Il venait de croiser le regard de Rory.
Il se passa entre eux quelque chose d’indescriptible et de fugace. Quelque chose d’aussi intense que les sentiments qu’il ressentait pour elle. Quelque chose de discret et de doux, quelque chose de criant et de fort. Sans bouger ce simple regard semblait le rapprocher d’elle, comme si son être entier appelant celui de Rory avait réussi à le déplacer plus près d’elle sans qu’il fasse un pas.
Ce contact fut bientôt interrompu par la belle elle-même. Le cœur du jeune homme suivit le regard de cette dernière, c’est du moins l’impression qu’il eut tant il lui semblait qu’elle venait de lui arracher. Vivement, il détourna à son tour les yeux. Il lui fallut du temps pour que son cœur retrouve sa poitrine.
La jeune femme en profita pour bouger, s’avancer vers Lena. Elle ne le regardait plus, ne lui parlait plus… Il n’existait plus. Elle le mettait au supplice par tant d’indifférence. Elle passa devant Lena et eut pour elle un geste amical qui aurait dû lui faire plaisir… Il pouvait en effet contempler qu’elles étaient finalement devenues proches. Mais il ne pouvait s’en réjouir sachant qu’elle passa devant lui sans le moindre regard, sans le moindre geste, sans la moindre parole. Elle le détesterait soudainement qu’elle n’aurait pas agi différemment.
Une fois la surprise passée, une fois que son cœur eut fini de se répandre en une multitude de morceaux, il fit un pas pour la suivre. Il savait très bien que sa mère n’était qu’un prétexte, elle voulait partir pour ne plus se retrouver dans la même pièce que lui, elle voulait très certainement aussi laisser les deux amoureux en tête à tête. Finalement, il s’arrêta net mais resta un long moment le dos tourné à Lena. Comment se retourner vers elle alors que sa seule envie était de fuir ? Fuir pour aller où ? Il aurait aimé retrouver Rory, mais avait peur de la confrontation. Le mieux pour lui aurait alors été de s’enfermer dans son bureau jusqu’à la fin des temps.

Lena le rappela à l’ordre en lui parlant. Lentement il se retourna vers elle. Il n’avait pas le choix, il devait l’affronter… Et avec le sourire. C’est du moins ce qu’il tenta avec plus ou moins de succès. Elle enchaîna alors qu’il se rapprochait pour s’asseoir à ses côtés. Immédiatement son cœur s’accéléra – il était donc bien toujours présent. La blonde avait un don inné, elle avait mis le doigt sur une partie du problème sans qu’il n’ait rien besoin de dire – ce qui était rare, car particulièrement difficile. Jess savait à quel point elle était capable de le faire parler, elle était la seule avec laquelle il arrivait plus ou moins à parler de ce qu’il ressentait – voilà un point positif et non négligeable en sa faveur, aptitude que Rory n’avait pas développée… Pour le moment du moins. Il n’avait jamais imaginé à quel point cela pourrait être dangereux, pas avant ce soir. À présent il se rendait bien compte qu’il devait faire attention à ce qu’il allait dire, pour ne pas blesser Lena… Il ne devait pas se confier réellement, il ne devait faire que des demi-aveux, ce qui rendait la tâche bien compliquée. D’autant plus qu’il était encore secoué par la froideur de Rory.
Il s’assit enfin et lui prit la main. Avant toute réponse il l’embrassa tendrement, pour la remercier d’être là pour, de tenter de le comprendre et de le réconforter. Plus que sa copine elle était la mère qu’il n’avait jamais eu.
[HJ : ça m’avait jamais frappé… Mais effectivement, Lena c’est Liz en plus maternelle :O]

Ensuite, seulement, il se décida à répondre. Il aurait aimé lui dire à quel point, en effet, il était terrorisé à l’idée de la perdre encore… Pourtant il ne le pouvait pas. Il était hors de question qu’il se laisse aller de la sorte face à elle. Ceux qui connaissaient Jess savaient que dans ces cas là son arme restait l’humour.

« Je la reverrai. Dans deux ans. »

Finalement, il reprit son sérieux, mais essaya de ne pas retrouver sa gravité.

« Je nous connais assez pour savoir que si elle part on ne se reverra plus. »

Il soupira, chercha une cigarette. C’est alors qu’il l’avait entre les lèvres pour l’allumer qu’il continua, comme s’il préférait marmonner que dire franchement la suite.

« Je ne supporte plus de la perdre tous les ans. »

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Jeu 26 Juin - 10:54

Jess avait pris la main de sa compagne avant de l’embrasser tenderment et ce geste avait provoqué le plus radieux des sourires chez Lena. Leurs débuts ensemble avaient été difficiles, surtout pour elle. Et elle avait eu bien du mal à supporter parfois la distance qu’il installait entre eux. Elle l’aimait passionnément…lui, en avait toujours au fond aimé une autre. Comme elle l’avait si justement dit à Rory, elle avait toujours, en tous temps vécu avec la journaliste à ses côtés…dans l’idée du moins car si elle n’avait pas été présente physiquement, elle l’avait toujours été dans l’esprit de Jess.

Ainsi le moindre petit geste de tendresse était une bénédiction…et elle savait en apprécier chaque millième de seconde. Elle appréciait d’autant plus chaque contact depuis qu’elle avait réalisé que le retour de Rory changerait forcément quelque chose dans leur couple.

Puis il avait pris la parole afin de répondre à ses interrogations. Après tout, elle l’avait bien cherché, c’était elle qui l’avait demandé…aussi ne devait-elle pas s’étonner de ressentir en cet instant tant de tristesse. Il ne supporterait pas de la perdre. Encaissant le choc – bien qu’elle s’en soit doutée – avec le sourire, Lena acquiesça. Au fond d’elle-même elle le savait déjà…il aimait Rory et l’avait toujours aimé. Elle avait eu la chance de partager sa vie durant de belles et longues années et de rêver d’un jour remplacer cette ombre menaçante dans l’esprit de son cher et tendre…mais l’ombre s’était matérialisée et aujourd’hui…elle reprenait la place qu’elle avait toujours eue et que Lena n’avait que vaguement habitée…le cœur de Jess.

Un doux sourire toujours aux lèvres, la blonde baissa les yeux. Ce qu’elle allait lui dire à présent était loin d’être agréable à dire pour elle...elle aurait vivement préférer ne jamais aborder ce sujet mais il le fallait car pour elle seul le bonheur de Jess comptait. Et la situation actuelle était loin de lui apporter le bien-être qu’il méritait.

-Alors…ne la laisse pas partir…

C’était aussi simple que cela en effet… ! Rory était clairement la clé de son bonheur…et de ce fait, il devait tout faire pour la retenir. C’était là ce qu’il avait de mieux à faire. Lena ne voulait pas, elle ne supporterait pas de le revoir errer partout comme une âme en peine. Elle l’avait déjà connu ainsi autrefois, elle avait œuvrer sans relâche à ce qu’il retrouve un peu de joie, d’amour…et elle était assez contente du résultat. Alors il était hors de question que Rory et Jess réduisent tous ses efforts à néant. Elle ne les laisserait pas faire.

-Si vraiment tu as si peur que cela, retiens là. Dit lui ce que tu ressens, ouvre lui ton cœur tout simplement. Dit lui…ce que tu viens de me dire. Elle n’est pas assez cruelle pour ignorer tes sentiments… !

Car s’il y avait bien une chose que Lena avait retenu, c’était les paroles simples de Rory…et pourtant si fortes. Elle aimait Jess. Et il ne fallait pas être devin pour savoir que la réciproque était bel et bien présente.

-Je tenais à te parler la première afin que tu comprenne, mais ensuite, ce sera son tour, elle voulait avoir un tête à tête avec toi…tu pourras profiter de l’occasion pour lui parler, mais fait bien attention car ce sera ta dernière chance… ! Ne lui cache rien Jess, la vie est trop courte. Et les chances d'être heureux sont trop rares...!

__
HJ: pardonne moi mais je suis un peu sur les nerfs...j'aurais aimé faire une réponse beaucoup plus longue...mais ce gamin m'a vraiment énervé...du coup...c'est un peu court...! J'aurais mieux fait de répondre chez moi ce matin ça aurait été mieux.

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Jeu 26 Juin - 12:27

Elle ne comprenait pas, elle ne pouvait pas comprendre. Et pour cause, elle n’avait pas en main toutes les données pour juger objectivement de la situation. Ne pas la laisser partir ? C’était facile à dire, bien plus compliqué à faire. Il l’aimait, il n’avait plus aucun doute là-dessus, mais il aimait Lena aussi. Pourquoi choisir alors Rory, avec qui l’avenir était hautement incertain, plutôt que continuer simplement sa route avec Lena ? Et le problème se situait bien là. Pour l’empêcher de quitter New York il n’avait pas le choix, il devait faire un choix dès à présent. Et pas n’importe lequel, le seul moyen de le faire rester était de la choisir, ce soir. Or, il n’y était pas plus prêt que ces derniers jours, pour lui c’était encore tout bonnement inconcevable. Dans ces conditions, il n’avait aucun moyen de la garder auprès d’elle. C’était terrible, Rory venait de le mettre dans une situation d’où il ne pourrait s’extirper convenablement : soit il faisait d’elle, dès à présent, sa légitime, soit elle partait pour toujours. Dit de la sorte cela ressemblait à un ultimatum fâcheux.
À sa deuxième tirade il haussa les épaules. Cruelle, elle ne l’était certainement pas. Calculatrice non plus. Elle ne pouvait pas avoir fait exprès de le mettre dans cette position. Et dire que c’était lui-même qui lui avait promis de l’aider à partir… Il n’imaginait pas, alors, sur quoi cela déboucherait. Il n’avait pas pris à cet instant le temps d’en étudier les conséquences. Et pourtant, à présent, elles étaient bien là : ils auraient beau ne vivre qu’une semaine loin de l’autre, à quelques kilomètres seulement, à moins d’une heure en voiture, elle aurait beau revenir dès la semaine prochaine à New York il n’en faudrait pas plus pour détruire leur relation. Le seul moyen d’échapper à cela était que Rory en prenne conscience elle aussi, et qu’elle se décide à garder le contact, à l’appeler, car seul il n’arriverait à rien. Il savait déjà le peu de chance que cela arrive, elle penserait à lui un jour ou deux puis sa vie, sa vraie vie, celle dont il n’était pas destiné à faire partie, reprendrait le dessus. Elle l’oublierait. Il n’y avait guère que lorsqu’il était encore à Stars Hollow, alors même qu’ils n’étaient qu’à quelques mètres l’un de l’autre, qu’elle se décidait à prendre le téléphone pour l’appeler… Il n’y avait pas de raison que cela change. Seul l’amour aurait pu changer cela, mais là encore il ne la connaissait que trop bien, le proverbe
Loin des yeux, loin du cœur devait être son credo.

« Elle ne peut pas rester ici. Elle n’a pas d’autre choix que de retourner là-bas. »

Lena était en train de le perdre, elle ne tarderait pas à s’en rendre compte. Cette fois-ci, rien avoir avec l’amour et les sentiments, où là aussi elle avait perdu du terrain. Non, cette fois c’était plus simple que cela. Elle avait tenté de le faire parler, mais la phrase du jeune homme, tellement pragmatique, montrait à elle seule qu’il se refermait doucement. Il connaissait assez la jeune femme pour savoir qu’elle n’avait pas dit là son dernier mot, qu’elle s’acharnerait jusqu'à ce qu’il parle réellement… Il en était épuisé d’avance. D’ailleurs, elle ne tarda pas à revenir à la charge.
Il ne la voyait à présent plus, les yeux perdus dans le vague il regardait droit devant lui. Ce qu’elle venait de dire lui fit froncer les sourcils d’incompréhension. Plus elle lui parlait, plus il avait le sentiment qu’elle savait qu’il aimait toujours Rory. Déjà, en soi, cela n’était pas une nouvelle propre à le réjouir. Mais pire que cela elle se comportait exactement comme Rory l’avait fait avant elle : elle le poussait dans les bras d’une autre. Ne pouvaient-elles pas se mêler de leurs affaires un peu pour changer ? Certes, cela les concernait au plus haut point… Mais elles se mettaient toutes à penser pour lui, et il détestait cela. Rory était persuadée que Lena ferait son bonheur, Lena était convaincue que seule Rory le rendrait heureux. Mais quand diable lui demandait-on son avis ? N’avait-il donc pas son mot à dire ? Lui qui pensait naïvement être le principal concerné… C’est ce qu’il aurait aimé lui rétorquer, cependant tant qu’elle ne lui avait pas annoncé clairement ce qu’elle savait, ou pensait savoir, il préférait ne pas emprunter seul un terrain glissant. Finalement il soupira, elle l’avait cherché, elle voulait parler, mais sans connaître la vérité c’était impossible, ils assistaient là à un dialogue de sourds.


« Je ne lui cache rien… Je ne veux rien te cacher non plus. »

Façon très personnelle de lui dire que si tant est qu’elle posait des questions il serait prêt à y répondre le plus sincèrement du monde. C’était là la condition sine qua non, après laquelle il pourrait répondre librement et lui faire comprendre qu’entre elles deux son cœur balançait et que, contrairement à ce qu’elles semblaient penser toutes deux, son choix était loin d’être arrêté. Il pourrait alors lui dire qu’elle ne devait pas perdre de vue le fait qu’il l’aimait, elle aussi. Mais pour l’heure, se cantonnant à parler de Rory comme d’une amie ces propos n’avaient rien à faire ici.

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Jeu 26 Juin - 18:04

Non, naturellement qu’il ne lui cacherait rien. Cela n’avait jamais été le cas durant toutes leurs années de vies communes, pourquoi commencerait-il à lui faire des cachoteries aujourd’hui ? Jess avait beaucoup de défaut mais certainement pas celui de mentir. Bien au contraire, il avait même tendance à être honnête au point de blesser parfois. En l’occurrence, ici, ce n’était pas le cas. Car Lena savait parfaitement tout cela.

Cependant elle était persuadée qu’il se trompait sur un point. Naturellement il y avait une autre solution, Rory n’était pas forcée de repartir chez sa maman. Elle pouvait tout à fait passer une semaine de plus ici ou…ils trouveraient un hôtel si la vie au sein du couple était trop difficile à vivre pour la belle brune. Seulement voilà, tant Rory que Jess semblait ne croire qu’en cette seule solution et Lena pourrait dire tout ce qu’elle voulait, elle n’y changerait rien.

Cela faisait maintenant de longues minutes que Lena observait son compagnon en silence. Lui semblait être parti dans une toute autre dimension. A quoi pouvait-il rêver ? Elle sourit tendrement. Il était si beau, si parfait. Il était l’homme qu’elle aimait et à qui elle dévouait sa vie. Longuement son regard s’attarda sur chaque partie de son corps. Elle examina profondément ses yeux, ses lèvres, caressant doucement de son doux regard sa peau. Elle aurait aimé qu’ils soient plus proches malgré la situation. Elle aurait aimé pouvoir se blottir entre les bras de son homme, sentir ses bras se refermer sur elle et, oh, elle osait même rêver à quelques doux baisers. Mais elle détourna le regard, consciente que ce n’était clairement pas le moment. Pour l’heure, il fallait le faire réagir, et l’envoyer auprès d’elle.

Elle prit une profonde inspiration avant de poursuivre.

-Tu devrais aller la voir maintenant, la pauvre Rory doit faire les cent pas en t’attendant.

Elle sourit tristement. En résumé son avenir…leur avenir se jouait ce soir, à présent pour être plus précis. Tout allait peut-être changer…ou non… ! Lena n’aimait pas le changement. La vie qu’elle avait actuellement était parfaite à son goût et elle n’imaginait pas que cela puisse changer un jour. Elle avait l’homme parfait, l’homme qu’elle avait toujours aimé à ses côtés. Elle avait la vie qu’elle avait voulue depuis sa plus tendre enfance et si Rory n’était pas réapparue, elle aurait encore pu durer durant des années.  Mais ce n’était pas la faute de Rory, c’était le destin. Ils avaient été réunis après tant d’années car les Parques avaient décidé que leurs fils devaient s’unir à nouveau…restait à savoir ce qu’elles avaient bien pu décider pour la suite des évènements. Hélas il n’y avait qu’en les vivants qu’ils pourraient le découvrir.

-Ce n’est pas bien de faire attendre une dame…

Avec le temps, Jess avait fini par déteindre sur la magnifique blonde et il lui arrivait à présent, alors que tout son être devait être envahi par la douleur, d’utiliser l’humour pour détendre un peu l’atmosphère… à l’image de son compagnon qui  le faisait cependant bien mieux qu’elle ayant des années d’expérience.

Son regard revint sur lui, un sourire à la fois triste et doux aux lèvres
.

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Jeu 26 Juin - 22:19

Il attendait une réponse. Il attendait une réaction. Elles étaient bien gentilles toutes les deux, parfaitement aimables par ailleurs, et très certainement amoureuses de lui à un point incommensurable, mais il avait beau tenter de les secouer, aucune d’elle ne bougeait. Il aurait sincèrement apprécié mettre avec Lena les choses à plat, qu’ils puissent enfin parler à cœur ouvert, pour la première fois depuis la réapparition de Rory. Il avait besoin de la rassurer elle aussi, de lui dire qu’il aimait, que rien n’était joué. Seul, il n’y arriverait jamais, et Lena ne semblait pas vouloir l’aider. Toutes deux semblaient se comporter comme si c’était perdu d’avance, petit à petit elles le laissaient tomber, Rory était indifférente, Lena ne voulait pas parler avec lui… À trop vouloir gagner il avait la sensation d’être en train de tout perdre. Il attendait leur amour, il avait besoin, à cet instant, alors qu’il avait le sentiment que tout lui échappait, qu’elles parlent enfin, comme elles avaient l’air de l’avoir fait ensemble. Il avait besoin de leur franchise, pour être franc à son tour. Tout bêtement, il avait besoin de se sentir aimé. Au lieu de cela, elles le fuyaient, elles se le jetaient l’une à l’autre.
Il retourna vers elle ses pupilles lorsqu’elle parla à nouveau. Il lui sourit avec plus de franchise qu’il s’en serait cru capable. Ce qu’elle était belle… Elle avait une grâce innée, un regard profond dans lequel il était aisé de se noyer, elle avait un sourire plus rayonnant que tous les rires du monde, et un rire bien plus beau encore. Assis là, sous le clair de lune, sa beauté en devenait presque irréelle, divine dans le sens premier du terme. Il se perdit dans la contemplation de cette apparition surnaturelle au point d’en oublier de lui répondre. Plus il l’observait, plus il serrait sa main avec force, tant il essayait de faire passer par ce seul geste l’étendue de ses sentiments.
Il s’approcha finalement d’elle, tout d’abord en s’asseyant plus près, ensuite en l’embrassant à nouveau, avec toute la tendresse dont elle avait l’habitude. Ce baiser, il le prolongea autant qu’elle le laissa faire. Il avait eu peur, secrètement, de l’accueil qui lui serait réservé. En effet, elle venait à peine de le jeter dans les bras d’une autre, de lui faire gentiment comprendre que sa place n’était pas auprès de celle qu’il voulait aller retrouver quelques secondes plus tôt. On aurait pu croire là à un esprit de contradiction particulièrement développé, il n’en était rien. Il avait besoin d’elle aussi, il l’aimait aussi, elles souffraient toutes deux, il devait prendre du temps avec chacune d’elle, c’est elle qu’il avait avec lui pour l’instant, et il aurait ardemment désiré lui parler. Sans compter qu’il redoutait complètement de se retrouver face à Rory qui, de son côté, n’avait pas l’air d’avoir spécialement envie de lui parler.
Se retournant, il jeta un bref coup d’œil à la porte-fenêtre par laquelle s’était enfuie cette dernière un peu plus tôt, porte par laquelle il devrait passer pour la rejoindre. Il lui semblait sentir l’urgence affluer de tous côtés, chacune l’attendait, mais personne ne voulait lui parler. Rapidement son regard vint se poser à nouveau sur sa compagne, à laquelle il sourit doucement. Il aurait pu, à l’instant même, étouffer tant la tendresse qu’il éprouvait pour sa compagne lui coupait le souffle.



HJ : Je suis désolée... C'est particulièrement court et il ne s'y passe, surtout, particulièrement rien... Mais je vois mal Jess la planter comme ça... Cependant, si tu en as marre de la jouer ou que tu n'as rien à lui faire dire je ferais une ellipse Wink

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Ven 27 Juin - 11:08

Le baiser qu’ils échangèrent fit passer à Lena tant de sentiments que la jeune femme n’eut soudain plus aucune envie de le voir s’en aller. Plus rien ne comptait à cet instant…leur invitée pouvait bien attendre…La blonde devrait voir son fiancé la retrouver bien assez tôt…elle pouvait bien encore le garder quelques instants. Tendrement, elle prolongea son baiser, déposant sa main délicate sur la joue de son compagnon, caressant doucement, frôlant même la peau de son visage.

Mais très vite ils durent se séparer et si le regard de Jess avait fui un instant en direction de l’appartement, il était à présent redirigé vers elle. Elle lui rendit son sourire, les yeux étincelant à l’image des étoiles qui brillaient tout là-haut.

-Mais…j’imagine qu’elle peut bien encore attendre quelques instants….

Ce disant Lena rapprochait à nouveau son visage de celui de son homme, rapprochant ses lèvres jusqu’à, finalement, l’embrasser tendrement.


De son côté Rory avait retrouvé sa chambre. Elle avait passé le seuil de la porte avec soulagement avant de la refermer et, au passage, de la verrouiller. Elle n’était pas prête pour tout cela…elle n’était pas prête à le rejeter. Les  mots de Lena tournaient en boucle dans son esprit. Se pouvait-il qu’il ne se remette pas d’une énième séparation ? Il serait pourtant avec la femme la plus parfaite que cette terre n’ait jamais comptée. Comment pourrait-il en être malheureux ? Non Lena devait se tromper, tout ceci était ridicule. D’accord il l’aimait mais…il ne l’aimait pas au point de choisir définitivement entre la blonde et la brune. Le passé était le passé et il devait vivre dans le présent. Ce qu’il faisait d’ailleurs. Il était pleinement dans le présent…et l’avait été jusqu’à ce que le passé ressurgisse et ne gâche tout.

Qu’elle avait été stupide de s’arrêter ce matin-là dans la rue, elle aurait dû fuir en courant lorsqu’elle avait entendu cette voix prononcer son nom avec tant de perfection…. ! Elle aurait dû fuir comme elle l’avait fait autrefois à Stars Hollow. Mais non…elle s’était arrêtée… ! Alors…ils avaient fait le chemin ensemble jusque chez elle et là…elle aurait dû monter sans l’inviter à la suivre…mais bien entendu…elle l’avait fait… ! Alors ils étaient arrivés dans son appartement…et…c’était là qu’elle avait réalisé que ses sentiments à l’égard du jeune homme n’avaient été qu’en sommeil tout ce temps. A cet instant, elle aurait dû tout faire pour ne plus jamais le revoir…mais…elle en avait fait tout autrement…préférant écouter ses pulsions à sa raison. Ils s’étaient revus,…maintes et maintes fois…ils s’étaient redécouverts et de fil en aiguille son amour pour Jess était devenu de plus en plus fort… ! Puis un jour…ce fameux jour…Lena l’avait invité à venir s’établir chez eux quelques jours le temps de retrouver un logement. Et là, elle aurait dû refuser catégoriquement, …. Mais encore une fois en parfaite petite idiote elle avait accepté ce qui l’avait menée à la situation d’aujourd’hui… !!!!!

Mon dieu comme les choses allaient vites…bien trop vite à son goût !!! Voilà qu’aujourd’hui encore les choses changeaient. Lena semblait avoir découvert les liens qui unissaient Rory et Jess – ou du moins le fait que leurs sentiments n’étaient pas encore totalement éteints… ! Elle ne supportait, tout comme Rory, plus la situation actuelle et voulait, tout comme Rory, rendre le sourire à cet homme si exceptionnelle que, tout comme Rory, elle aimait passionnément.

Et voilà que dans quelques instants, Jess débarquerait chez elle – elle avait verrouillé la porte mais savait pertinemment qu’elle lui ouvrirait à l’instant où il le lui demanderait… ! Mais pour l’heure…pour l’heure il était avec Lena et Rory ne préférait pas imaginer ce qu’il se passait outre ces murs… ! Ils devaient certainement faire ce que tous les amoureux font lorsqu’ils sont seuls au monde…et la simple image de ce couple se retrouvant lui faisait bien trop de mal.

Décidément cette situation ne pouvait plus durer. Rory ne voulait pas poser d’ultimatum… elle détestait cette idée. Elle ne voulait pas séparer le couple. Elle voulait seulement fuir…oui c’était le mot. Elle voulait fuir toute cette souffrance !! Elle voulait seulement se retrouver…et tenter d’oublier la passion dévorante que cet homme provoquait en elle. Elle l’aimait à en perdre la raison, et elle le désirait…à un point peu imaginable. Mais elle devait s’en éloigner…et l’oublier…car elle était son passé et son présent avait un nom qui n’était pas le sien…celui de Lena.

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Ven 27 Juin - 21:57

C’était des moments comme celui qu’il fallait au beau brun. Des moments comme celui-ci pour lui rappeler que, malgré qu’il ne pense nuit et jour qu’à Rory, malgré qu’il ressente à son encontre des sentiments plus passionnés, il n’en aimait pas moins Lena. Il lui fallait des moments comme ceux-ci pour lui ramener les pieds sur terre, des moments comme ceux-ci pour lui rappeler à quel point il lui était difficile de choisir.
La suite ne lui facilita pas la tâche. Lena était d’une compréhension sans borne. Ils parlèrent un bon moment, pour un résultat plus ou moins concluant. Elle était assez bornée pour continuer à vouloir la jeter dans les bras de Rory, il était assez têtu pour continuer à lui assurer qu’il l’aimait, que rien n’était perdu. C’était un jeu dangereux, à trop lui redonner confiance, à lui assurer qu’il était possible qu’il reste son départ, le cas échéant, n’en serait que pire ; à trop s’entendre dire que Rory était celle qu’il lui fallait il finirait peut-être par en être persuadé lui aussi. Pourtant, cette conversation n’avait pas été vaine. Ils s’étaient entendus, bien qu’ils soient rarement d’accord, ils s’étaient parlés, et c’était déjà, pour le jeune homme, une grande victoire. Il avait pu lui dire ce qu’il avait à lui dire, et il ne pouvait qu’en être soulagé.
Pourtant, sous ce soulagement apparent était né en lui une angoisse qui n’avait fait que grandir. Si d’aventure il décidait de se séparer d’elle il entrevoyait à présent toute la peine qu’il lui causerait. Il la connaissait assez pour savoir qu’elle ne lui en dirait rien, qu’elle continuerait à lui sourire, une ombre de tristesse planant simplement sur ses lèvres, ses yeux seuls exprimant plus franchement son affliction. Sans compter qu’il s’agissait là du genre de conversation propre à le perdre totalement. Dans le meilleur des cas, si tant est que Rory ne disparaisse pas subitement de la surface de la terre, il lui restait moins d’une semaine pour prendre une décision irrévocable, une de celles qui pourraient changer son destin. Or, chaque seconde, tout en lui permettant de mettre en place ses idées, le plongeait dans un flou encore plus total. Il aimé crier à tort et à travers que l’issue n’était pas certaine, mais plus le temps passait plus cette phrase prenait son sens.
Après cette grande discussion et toutes les marques de tendresse, d’amour et d’affection qu’ils avaient profité pour s’échanger arrivait le moment pénible. Pénible, il n’aurait pas dû l’être, mais au fond de lui Jess avait toujours la rancune tenace. Il avait presque oublié, au fil des événements, à quel point elle l’avait blessé en partant comme elle l’avait fait. Mais à présent qu’il devait se présenter à elle il n’avait plus qu’en tête la froideur des derniers instants qu’ils avaient passé dans la même pièce. Elle l’avait à peine regardé et déjà avait semblé être brûlé par cette petite proximité, elle était passée devant lui sans un mot, sans un regard, sans un geste. De son point de vue il n’y avait pas meilleur moyen pour lui faire comprendre qu’elle ne désirait plus entendre parler de lui. Il fallut toute la persévérance de Lena pour lui faire comprendre le contraire, pour le convaincre qu’elle l’attendait effectivement, qu’elle-même avait demandé cette entrevue.
Ce fut la mort dans l’âme, clairement peureux de ce qui allait se passer dans cette chambre qu’il entra dans le salon. Jamais depuis des années il n’avait autant trainé le pied pour aller retrouver Rory. L’on pouvait d’ailleurs aisément compter sur les doigts d’une main le nombre de fois où c’est à reculons qu’il la retrouvait. Celle-ci était pire que toute, il avait vraiment un mauvais pressentiment, il se demandait sincèrement ce qu’elle voulait tant lui dire en tête à tête. Il en avait néanmoins eu un aperçu avec Lena, pour lui cela ne faisait aucun doute, Rory allait répéter à l’identique le même discours que lui avait tenu la blonde, à un détail près, le rôle des deux demoiselles seraient inversés.
Perdu dans ces considérations il arriva plus vite qu’il ne l’aurait aimé devant la chambre de la belle. Devant ce simple bout de bois qui provoquait pourtant chez lui de si vives émotions il resta immobile un instant. Puis, se décidant enfin, il leva une main avec une lenteur extrême et tapa, plutôt timidement, sur le mur ouvrant. Cependant, il n’attendit pas la réponse pour déjà placer sa main sur la poignée, dans l’optique bien légitime de l’ouvrir. Contre toute attente pourtant la porte lui résista. Après quelques secondes d’essais infructueux il en vint à la conclusion qu’elle était verrouillée. Cette fois il resta interdit. Lena s’était donc bel et bien trompé, personne ne l’attendait, personne ne l’avait jamais attendu. Il n’avait maintenant plus qu’à faire demi-tour, une fois que la surprise serait passée.

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Sam 28 Juin - 9:57

Le temps avait passé à une lenteur incroyable. Rory avait commencé par faire les cents pas. En effet, nerveuse comme elle était, elle avait dû se trouver une occupation…et marcher de long en large à travers la pièce ne semblait pas plus une mauvaise idée qu’une autre activité en attendant le moment fatidique de l’affrontement.

Plus le temps avait passé, plus Rory avait pu répéter son discours. Et si elle avait, plus tôt, pu douter de ce qu’elle avait à faire…le temps lui avait permis d’y voir plus claire. Jess lui en voudrait, c’était certain et c’était ce qu’il fallait afin qu’il ne cherche plus jamais à la revoir. Il allait aussi, peut-être, souffrir…mais Lena serait là pour le réconforter…à nouveau… ! Et alors il verrait tout l’amour qu’elle avait pour lui et…tout se déroulerait alors comme si jamais Rory n’était réapparue dans sa vie.

De son côté, elle se ferait discrète. Elle éviterait les rues ou elle pensait pouvoir le croiser à New York, et recommencerait sa vie d’exilée de la civilisation qu’elle s’était imposée avant leur rencontre. Elle connaissait désormais son adresse, et le lieu de sa future librairie. Elle connaissait ses habitudes de sorties. Ainsi…il serait aisé de ne plus jamais recroiser son chemin, cela lui serait bien trop difficile à vivre.

Car naturellement Jess ne serait pas le seul à souffrir… ! Rory pourrait tenir le coup quelques heures tout au plus à jouer celle pour qui tout était fini…mais une fois hors de la vue de son amant, elle ne tiendrait pas plus d’une seconde sans craquer tant la douleur serait intense. Elle lui avait donné son cœur, en l’éloignant si cruellement, ce dernier ne serait pas long à se briser en une multitude de fragments bien trop petits pour être recollés un jour. Elle souffrirait…mais elle ne pourrait s’en prendre qu’à elle-même. Elle voulait ne penser qu’à l’homme qu’elle aimait, et s’oublier dans le processus. Ainsi il n’y avait que son bonheur qui comptait et elle avait établi depuis longtemps que ce n’était pas à ses côtés qu’il le trouverait.

Encore une fois le temps avait filé. Durant toutes ses réflexions, Rory avait fini par se poser. Adossée au mur, toujours aussi nerveuse, elle attendait désormais que quelque chose se passe… ! Puis des pas avaient retenti dans le couloir,…il arrivait, il n’y avait aucun doute possible, elle connaissait sa démarche, le bruit de ses pas par cœur. Elle aurait pu les reconnaitre entre mille. Le cœur de la belle se serra lorsqu’il frappa finalement à la porte et un peu plus lorsqu’il essaya de l’ouvrir. Elle avait même oublié ce détail. La porte était close.

Un instant elle hésita à la laisser de la sorte…à ne pas le laisser entrer. Car le faire entrer signifiait mettre fin à un amour qui lui était devenu vital… ! Mais un bruit de pas la fit revenir à la raison. Jess faisait demi-tour. Prenant une profonde inspiration, Rory se décolla vivement du mur avant d’aller déverrouiller la porte. Se postant dans l’ouverture, elle le regarda d’un air désolé.


-Jess attends…

Ouvrant un peu plus la porte, elle l’invita à rentrer d’un geste de la tête. Il sembla hésiter mais finalement accepta son invitation. Elle sourit tristement avant de refermer la porte sur le destin. A nouveau elle prit une profonde inspiration. Il lui faudrait tout le courage nécessaire pour les minutes à venir.

Elle partit ensuite s’asseoir sur le lit, l’invitant à faire de même. Jess semblait tout aussi nerveux qu’elle. Elle espérait seulement que son si doux visage ne le trahissait pas autant que les traits de son compagnon le laissaient voir
.

-Merci d’être venu… ! Comme Lena a dû te le dire, il fallait que l’on parle… !

Un profond soupire. Comment pouvait-elle faire une chose pareille ? Se séparer de lui était comme se poignarder en plein cœur, comme renoncer à la vie… ! Si elle ne pensait qu’à elle, jamais elle n’aurait pu… ! Le simple fait de l’avoir à ses côtés sur ce lit…son odeur, sa proximité malgré la distance…les yeux de la belle se promenaient sur ce visage si parfait, dans ce regard qui parfois la faisait perdre pied en une fraction de seconde… sur ces lèvres qui au moindre effleurement des siennes lui provoquaient les plus forts des frissons… !

Fermant les yeux pour ne plus y penser, Rory tenta de trouver le courage en elle … il fallait que la dispute commence avant qu’il n’ait le temps d’ouvrir la bouche, que sa voix ne retentisse et que toutes ses résolutions ne volent en éclat.

-Jess je…

C’était si difficile… ! Ses poings se crispèrent sur ses genoux.

-Je pars dès le lever du soleil, ma valise est prête et…je...

Il fallait que les mots sortent mais son cœur le lui interdisait ! Les mots  « je te quitte » étaient trop difficile à prononcer…trop difficile à penser. Elle ne voulait pas le quitter, elle voulait vivre avec lui jusqu’à son dernier souffle et ne plus jamais en être séparée… !!!!

-… il ne faut pas que l’on se revoit…

Voilà, les mots étaient sortis bien malgré elle, à présent…la bataille pouvait commencer. Le ton allait monter, ils allaient se blesser, se faire du mal mutuellement puis il partirait et elle pourrait s’effondrer…. ! Anxieuse, les yeux toujours clos, elle attendit la réaction de son amant.


Dernière édition par Rory Gilmore le Dim 7 Déc - 21:35, édité 1 fois

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Sam 28 Juin - 21:52

L’attende, bien que brève, avait été insoutenable. Aussi, comme il l’avait prévu, dès que la surprise avait fini de faire pression sur ses muscles il avait fait un pas puis deux pour quitter cet endroit. Si elle ne voulait pas le voir, il n’allait pas l’y obliger. Le fait était que lui-même se sentait soulagé, il n’avait aucune envie de rentrer dans cette chambre.
Cependant, il venait à peine de tourner les talons que l’on ouvrait derrière lui la porte. Immédiatement une voix retentit, celle de la jeune femme avec qui il aurait aimé passer les vingt-quatre heures qui composaient toutes les journées, celle qu’il aurait aimé ne jamais croisé en cet instant. Aussitôt il s’arrêta, se crispa. Pour la première fois de sa vie cette voix, pourtant d’ordinaire si douce, si agréable, lui sembla soudainement totalement déplaisante. Il aurait désiré être à mille lieues de là, ou tout du moins assez loin pour ne pas avoir à prendre part à la discussion à laquelle, à présent, il ne pouvait plus échapper. Avant de se retourner, il poussa un soupir inaudible, puis il lui fit face, au moment même où, d’un geste, elle l’invitait à entrer.
Face à elle, cependant, il essaya de faire bonne figure, de ne pas être aussi tendu qu’il l’était pourtant. Mais il fallait avouer qu’elle ne lui facilitait pas la tâche. Elle, contrairement à lui, savait mieux que quiconque les tenants et les aboutissants de l’échange qui allait suivre, et elle semblait aussi nerveuse qu’il l’était. Comment, dans ces conditions, parvenir à se calmer ? Il lui fallut quelques secondes pour se décider à entrer. Et ce pour une raison simple : son cerveau cherchait encore, à l’heure actuelle, alors même qu’il était face à elle, une excuse pour s’enfuir. Néanmoins, ses expériences lui avaient appris que fuir ne servait à rien, et bien qu’il en ait encore régulièrement l’envie il était maintenant assez responsable pour comprendre que malgré son envie de prendre les jambes à son cou au moindre problème il devait rester. Il tenta même, alors qu’il franchissait le seuil de la porte et passait, de fait, juste devant la femme de vie, de lui adresser un sourire qu’il voulait tendre, réconfortant même. Le résultat, il ne put en juger lui-même, il ne pouvait que prier pour qu’il ait l’air naturel.

C’est lorsqu’il s’apprêtait à s’asseoir qu’elle brisa enfin le silence. Mon Dieu… Que ça sentait le roussi. Son intonation, sa façon de parler… Elle parlait comme l’on parle lorsque l’on a quelque chose de grave à annoncer ou, plus justement, comme l’on parle en réunion, comme l’on parle aux personnes avec qui il faut garder une distance convenable. Merci d’être venu… C’était le genre de phrase que l’on entendait justement lors des réunions, ou des convocations de son patron. La suite ne faisait que le confirmer, Lena devenait la secrétaire de direction qui lui avait aimablement transmis le message.
Par la suite, la demoiselle ferma les yeux. Le combat interne qu’elle menait à cet instant semblait d’une rage sans pareille. Cela ne put que rajouter un peu plus à sa préoccupation. Cependant, contre toute attente, il s’en sentit aussi très légèrement délesté d’un poids. En effet, si c’était aussi dur pour elle, peut-être était ce parce qu’elle agissait pour le compte de son cerveau, laissant son cœur se débattre sans jamais l’écouter. Dans ce cas, il lui restait toujours une chance, il pourrait tenter de la faire changer d’avis.
L’espoir… Il s’agissait là du pire des sentiments. C’était lui qui l’avait poussé dans le gouffre la première fois. Durant cette courte vie il avait espéré un nombre incalculable de fois. Il avait espéré qu’elle serait à lui, il avait tout fait pour, et il avait cru la tenir enfin… Ce n’était qu’illusion, elle lui avait échappé sans qu’il ne s’en rende même compte, plus elle voyait ses mauvais côtés, plus elle filait. Il était alors parti… Mais avait continué à espérer. À Philadelphie il avait enfin compris, après tant d’années, que cet espoir qu’il couvait aussi maternellement était vain. Cette flamme s’était éteinte en lui, il avait cru en mourir. Il ne lui avait fallu qu’un mot, qu’un regard pour qu’il espère de nouveau. Idiotement, il y avait cru. Il avait cru avoir le choix. Il avait cru qu’un avenir avec elle était possible. Il s’était jeté dans la gueule du loup la tête la première, parce qu’il attendait cela depuis tellement longtemps… Il avait voulu y croire, et comme l’enfant croit au père noël il avait été assez crédule pour ne pas en attendre de preuve.
Pendant sept longues années, bien malgré lui, il avait attendu qu’elle vienne lui livrer son cœur. Il s’était alors surpris à y croire, à ne pas demander mieux que son amour, à y répondre ardemment sans prendre garde… Le piège s’était refermé sur lui comme par le passé.
Au fond, il ne lui en voulait pas. Il n’en voulait qu’à lui-même d’avoir été assez idiot, de paraître à présent si ridicule. Les yeux baissés, examinant avec minutie le parquet, il tentait de digérer ce qu’elle venait de lui annoncer. Ce n’était donc pas une réunion avec le patron. Non, maintenant c’était clair, il s’agissait d’une audience de conciliation, de celles précédant tout divorce.

Lorsqu’il en eut le courage il releva le regard, dans le seul but de chercher dans ses yeux si bleus, sur ce visage si angélique, la moindre trace qui pourrait lui permettre de croire qu’elle ne voulait pas de cela. Finalement, son cœur et sa tête avaient l’air plutôt d’accord. Si elle avait eu tant de mal à le lui dire il fallait mettre cela sur le compte de la pitié qu’elle ressentait pour lui, elle ne l’aimait certainement pas mais conservait pour lui une sorte d’affection, de tendresse, résidus d’amour derrière les barrières que le temps dresse, qui la peinaient.

Ses premiers mots furent prononcés en un souffle.


« Très bien. »

Que pouvait-il dire de plus ? Elle ne voulait pas de lui. Il avait eu raison, dès le premier jour, elle n’avait jamais été amoureuse, il lui avait simplement fallu le temps de s’en rendre compte. Elle n’avait pas cherché à ce qu’il espère qu’il en soit autrement, elle n’avait pas voulu consciemment lui faire de la peine. Il aurait simplement dû suivre sa première intuition, qui est souvent la bonne selon une croyance populaire.
On ne peut pas forcer quelqu’un à tomber amoureux. Il avait tout tenté, il avait abattu, durant ces quelques jours, ses dernières cartes. Elle ne voulait pas de lui ? Il n’y pouvait plus rien. Et elle avait amplement raison, ils ne devaient plus se voir. Jess avait fini par comprendre qu’il ne pourrait jamais être pleinement un simple ami, que, tapi dans l’ombre, l’espoir attendrait toujours. L’espoir de la reconquérir, pour de bon cette fois.


« J’aurais dû me méfier. J’aurais dû m’en douter. Je te l’avais dit. »

La colère sourde commençait à gronder en lui… Plus que quelques secondes et, s’il ne parvenait pas à se calmer avant, il deviendrait blessant. Sa colère, pourtant dressée exclusivement contre lui, le pousserait à être agressif avec tout le monde. Il se connaissait assez pour pouvoir le prévoir, Rory de même. Elle ne serait donc certainement pas étonnée des quelques mots ironiques qui sortirent de sa bouche avant même qu’il en prenne conscience.

« C’est qui ? Dean ? Logan ? Ou t’as décidé d’arrêter définitivement le recyclage ? »

Il marqua une courte pause. Il aurait aimé se taire avant d’aller trop loin… Mais c’était déjà trop tard.

« Si c’est pour faire ça, si c’est pour jouer les amoureuses et se tirer du jour au lendemain Dean sera assez bête pour y croire. J’crois pas que tu puisses compter sur Logan. »

Plus doucement, en marmonnant, comme si lui-même se rendait compte qu’il dépassait déjà les limites, il rajouta que faire la navette de l’un à l’autre ça allait bien quand on avait quinze ans. Ce fut plus fort qu’il reprit… Tout ce qu’il pensait sortait à présent aussi sec par sa bouche.

« Ça t’amuse de venir f*utre le b*rdel dans ma vie et de te tirer ? De réapparaître juste le temps d’être sûre que j’me rappelle de toi pour les dix ans à venir ? T’as peur d’être oubliée, c’est ça ? »

Il fallait qu’il arrive à se clouer le bec avant d’aller vraiment trop loin.
Ce ne fut qu’alors qu’il observa réellement Rory. S’il avait eu un couteau sous la main il se serait poignardé immédiatement, pour empêcher son cœur de pleurer encore d’amour pour elle. Il sentait qu’il battait avec une force déconcertante, qu’il criait, se débattait, s’écrasait, parce que malgré tout il était toujours irrémédiablement amoureux. Il voyait à quel point il était ridicule, elle venait de lui annoncer plus ou moins que tout était fini entre eux et lui n’avait qu'une envie, toujours la même : s’approcher et l’embrasser. Il avait même envie de plus… Elle allait partir, il n’allait plus jamais la revoir… Si elle partait ce serait, cette fois, définitif, elle ne reviendrait plus et il ferait tout pour la tenir à distance, il n’y avait plus d’autre fin possible. Alors… Alors il aurait aimé l’avoir à lui, pour une simple fois, l’avoir toute entière, avoir son cœur, son corps, son âme. Que devenaient les grands principes devant un adieu éternel ?
Cependant, l’atmosphère ne s’y prêtait pas. D’autant qu’il ne fallait pas oublier qu’elle ne l’aimait pas. Il lui faudrait du temps pour se le mettre dans le crâne, alors qu’elle avait passé des jours à lui affirmer le contraire, mais il ne devait jamais le perdre de vue.
Il détourna le regard. La voir devenait une torture au dessus de ses forces.



HJ : Et un petit supplément musical, parce qu'il y avait longtemps Razz :
Spoiler:


_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Sam 28 Juin - 22:57

Il fallait s’en douter, Jess n’était plus là, il avait disparu sous les traits de la colère et de l’incompréhension… ! Rory ne broncha cependant pas se contentant de crisper de plus en plus ses poings, les yeux toujours fermement clos. Si la première réplique du jeune homme avait pu présager une conversation calme…la suite la figea immédiatement sur place, Le corps tendu, elle attendit immobile que le torrent de haine se soit déversé dans son entier.

Il avait été plus blessant qu’elle ne l’aurait cru…qu’il soit fâché, elle le comprenait. Mais qu’il l’insulte de la sorte…cela…elle ne pouvait pas le laisser faire sans réagir ! Cependant elle attendit de longues minutes, dans l’espoir d’être certaine que tout avait bien été dit. Elle se releva alors d’un bond, comme si elle avait été piquée et ne rouvrit ses paupières qu’une fois certaine que ses perles bleues océan ne rencontreraient pas le regard foudroyant du jeune homme. Elle se dirigea alors vers la fenêtre. Mieux valait qu’ils soient éloignés l’un de l’autre car la situation n’allait pas s’arranger aux vues de l’état actuel des choses.

Jess avait été si blessant. L’avait-elle mérité ? Il avait commencé par lui demander en gros quel ex elle allait réessayer après lui…ou si peut-être elle avait trouvé quelqu’un d’autre ? Ce ne fut pas cette remarque qui la choqua le plus, mais elle eut le mérite de faire saigner son cœur. Comment pouvait-il poser cette question. Comment pouvait-il croire un seul mot de tout cela. Elle venait de passer des heures, des jours, des semaines à lui dire à quel point elle était amoureuse de lui ! Avait-il soudainement perdu la mémoire. Ainsi naturellement, ce ne serait ni Dean ni Logan ni personne d’autre !! Il n’y aurait que lui a jamais et pour l’éternité !!!!!!! Mais ceci, elle ne le lui dit pas… ! Car le but était qu’il la haïsse, qu’il la maudisse, qu’il la renvoie de là où elle vienne pour ne plus jamais la recontacter…ne plus jamais repenser à elle et se concentrer sur le futur qu’il avait avec Lena !!!

Il devenait de plus en plus blessant…tranchant au fur et à mesure que ses mots s’enchainaient. Voilà qu’il l’accusait de se comporter comme une gamine de 15 ans qui aurait passé d’un mec à l’autre… ! Elle ne releva pas, elle était bien trop étonnée que le Jess si doux et tendre d’il y avait quelques heures à peine avait pu se changer en un tel monstre empli de rage.

Les mots qui la firent sortir de ses gongs furent enfin prononcés. Alors voilà ce qu’il pensait d’elle réellement ?? Qu’elle était simplement venue gâcher sa vie ? Ce n’était pas elle pourtant qui l’avait repéré en premier le jour de leurs retrouvailles…ou plutôt si, peut-être, mais elle avait décidé de continuer sans le voir…c’était lui qui l’avait rattrapée !!

Elle eut alors un léger rire nerveux avant de répondre sèchement à sa remarque qui l’avait, pour le coup, réellement blessée.

-Qui est venu foutre le bordel dans la vie de qui Jess !?! Tout allait bien avant que je ne te recroise !!! J’avais une vie sans histoire !!! Et il a fallu que tu réapparaisses…et que notre putain d’histoire renaisse !!!!

La belle brun n’avait pas pour habitude de jurer, sauf peut-être quand elle avait trop bu mais, personne ne lui en tiendrait rigueur dans cette pièce fermée. Il était le seul témoin et il était à son avis bien trop en colère pour prêter attention à son vocabulaire.

-Et tu m’as fait espérer…et tu m’as laissé y croire !!! Alors que tu savais pertinemment que je n’avais aucune chance et moi…j’ai été assez stupide pour y croire !!

De rage, elle donna un coup – oh pas vraiment fort – dans le mur qui soutenait le montant de la fenêtre. Elle ne reniait pas sa responsabilité dans toute cette histoire…Jess avait tenté de la repousser…elle avait juste été plus forte que lui,…et il s’était laissé emporter dans cette folie par sa faute plus que l’inverse. Toujours sur le même ton sec et tranchant, elle reprit

-Tu t’es bien foutu de moi toi aussi !!!! Tu savais que ça irait trop loin !!! Tu savais que tu aimes Lena plus que quiconque en ce monde !!! Et…

Elle s’arrêta net. Ferma les yeux. A nouveau elle bouillonnait. Elle aurait aimé hurler !! Au lieu de ça, de rage, une larme coula sur sa joue.

En effet, il savait pour elle, et il avait toujours su qu’elle n’aurait pas la moindre chance face à la femme qui partageait sa vie. Pour elle il avait résisté à tous les péchés. Pour elle il avait repoussé Rory à maintes reprises, lui promettant toujours que le temps allait l’aider à décider… !

Très vite, d’un revers de poignet, Rory effaça cette larme qui avait laissé une trainée lumineuse sur sa joue et qui à présent perlait sur son menton. Elle serait la seule marque de la tristesse qu’elle éprouvait. Désormais elle se montrerait hermétique.

-Et si tu veux vraiment tout savoir, non monsieur je n’ai pas peur d’être oubliée ! Ce qui me fait peur c’est de ne pas être assez forte pour t’oublier !!!!

Subitement, elle ouvrit de grands yeux. Pourquoi avait-elle prononcé ces derniers mots ! Ils n’avaient rien à faire là !!! Immédiatement elle reprit, un peu déstabilisée pour le coup, essayant d’injecter un peu de haine à sa dernière réplique

-Mais inutile d’épiloguer pendant des heures !!! Tout est fini. Et je ne veux plus jamais avoir à recroiser ta route !!! Pour moi tu n’existes plus. Tout ceci n’était qu’une énorme erreur.

Là elle avait été plus méchante qu’elle ne l’aurait jamais été. Elle avait employé les mots les plus durs qu’elle n’aurait jamais employés et…elle devait l’avoir touché en plein cœur. Elle en était profondément peinée car il ne fallait pas oublier une chose…tout ceci…elle le faisait par amour… ! Elle l’aimait à un point peu imaginable et le fait qu’il venait de briser son pauvre cœur en lui offrant des mots d’une telle violence n’y changerait jamais rien. Elle aimait Jess et l’amour ne s’arrêtait pas en si peu de temps…en l’occurrence, dans ce cas précis…son amour pour le beau brun ne pourrait jamais s’arrêter…malgré la dureté des mots qu’elle venait de lui destiner…

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Dim 29 Juin - 0:31

Elle avait encaissé les coups pour le laisser s’exprimer. En d’autre temps, en d’autre lieu il lui en aurait été reconnaissant, mais cette fois c’était bien la moindre des choses. Il avait bien le droit de réagir comme il l’entendait.
Quand il repensait à la conversation qu’il venait d’avoir avec Lena… Quand il se remémorait avec quelle force elle avait tenté de la jeter dans les bras de sa rivale… Il avait bien fait de ne pas céder, il aurait alors perdu son amour pour Lena et l’amour de Rory pour lui en quelques secondes – l’apogée sous-entend la chute. Il avait dit à Lena à quel point il avait peur de la perdre, jamais il n’aurait imaginé que cela puisse arriver si tôt. Il en était à la fois surpris, incrédule – ce satané espoir n’était donc pas encore prêt à le lâcher –, blessé, inconsolable, confus, il ne comprenait tout simplement pas. Ce flot de sentiment en lui commençait à lui donner le tournis.
Rory se mut soudainement, comme si elle sortait d’un long sommeil. À présent, c’était à elle de parler. Il devait la laisser faire, comme elle-même lui avait permis de parler… Ils n’avaient peut-être pas grand-chose à se dire, pourtant il fallait que cela sorte. Comme il aurait dû s’en douter il l’avait visiblement blessée, car elle démarra au quart de tour, aussi excitée qu’une furie, aussi féroce qu’une lionne. Elle n’allait rien lui épargner, il s’en doutait… Tout ce qu’il pouvait faire c’était prier, prier pour que cela n’aille pas trop loin, prier pour qu’ils puissent faire marche arrière. À son tour il devait serrer les dents, la laisser l’insulter. Après tout, il l’avait bien cherché.
Dès les premiers mots il fut choqué par son comportement. S’il l’avait déjà vu s’énerver, jamais de la sorte. En général elle restait toujours douce, même lorsqu’elle était en colère, même lorsqu’elle n’était pas d’accord. La première pique lancée atteignit directement son cœur. Notre p*tain d’histoire… Voilà qui annonçait une suite joyeuse. Elle s’énervait à un point que lui-même n’osait pas atteindre. Voilà à présent qu’elle s’en prenait au mobilier, il aurait rêvé de faire la même chose, mais ça aurait été perdre de façon définitive le peu de contrôle qu’il lui restait de lui-même… Dieu seul sait ce qu’il se serait passé dans ce cas là.
Finalement l’émotion fut trop vive, la torture trop grande… Et malgré ses bonnes résolutions il ne put attendre qu’elle ait fini pour rebondir sur ce qu’elle avait dit. Il n’arrivait pas à l’entendre dire ce qu’elle venait de dire sans réagir. Il ne pouvait pas croire qu’elle pensait ce qu’elle disait… Il avait toujours tout fait pour ne pas faire naître en elle de faux espoirs, il ne s’était jamais « foutu » d’elle comme elle venait pourtant de le dire, il était le premier à ne pas savoir qui avait une chance et qui n’en avait pas…
Il reprit alors la parole… Bien plus calmement qu’il ne l’aurait cru. C’était un murmure, un cri du cœur, alors qu’il s’allongeait sur le lit, la tête dans les mains. Il aurait tant désiré que tout cela cesse immédiatement, qu’elle lui mente, qu’elle lui dise, une fois encore, qu’elle l’aimait, qu’elle lui promette que tout allait bien se passer… Quitte à ne plus la retrouver demain à son réveil.

« Je ne t’ai jamais menti Rory. »

Pourtant, au cours des phrases suivantes la tension reprit possession de sa voix. Il se mit à parler de plus en plus fort, de plus en plus précipitamment, jusqu’à crier à nouveau.

« Tu savais qu'elle était là. Tu l'as su avant que notre histoire commence. Tu as vu comme j'ai lutté pour ne pas te céder. Je ne suis pas toi, Rory... Jamais je ne t'ai fait croire que mon coeur était libre. Je ne t'ai même jamais promis de quitter Lena... Je t'ai simplement dit ce qu'il se passait : M*rde, oui, j'aime Lena. Ça m'empêche pas de t'aimer aussi. Mais p*tain, dans cette baraque personne ne m'écoute. Je n'aime pas Lena plus que quiconque, je ne l'aime peut-être même pas plus que toi. Mais puisque t'es décidément trop bornée pour me laisser le temps de faire la part des choses, si t’es pas f*utue de me faire confiance, casse toi, que veux-tu que je te dise ? »

Comme déclaration d’amour on avait fait mieux. Si seulement il n’était qu’un personnage de cinéma, ou de série télévisuelle… Son discours aurait été écrit à l’avance, il dirait là les mots les plus beaux, les plus touchants que personne n’ait jamais entendu. Au lieu de cela, il restait fidèle à lui-même, il lui répétait qu’il l’aimait en le lui crachant presque, en hurlant, à demi-mot. Qui plus est il s’était encore laissé emporter, d'abord en faisant allusion à ce qu'il considérait aujourd'hui encore comme une traitrise : son arrivée à Philadelphie, ou elle lui avait laissé sciemment croire que c'était fini avec Logan. Sa dernière phrase n'était pas plus douce. Il voulait qu’elle reste, et pour ce faire lui disait de s’en aller… La contradiction humaine atteignait parfois des sommets.

Mais Rory n’avait pas fini sa phrase… Elle lui arriva comme un boomerang dès qu’il eut fini de parler. Il ne pouvait être plus stupéfait qu’en cet instant, sous l’effet de la surprise il se figea, avant de se redresser vivement. Il failli même se lever dans le seul but de la rejoindre.
Car à présent il ne comprenait plus rien. Pourquoi partait-elle si elle l’aimait, si elle n’était pas capable de l’oublier ? Pourquoi s’en aller s’ils étaient plus malheureux séparément qu’ils ne l’étaient ensemble ? S’ils s’aimaient il n’y avait aucune raison de se déchirer de la sorte… Si elle l’aimait, comme elle venait de le sous-entendre, elle n’avait pas le droit de le laisser là, seul avec pour seule compagnie ses regrets.
Encore ce fichu espoir… À la douleur vive d'un espoir brisé s'ajoutait le poignard qu'elle venait d'enfoncer dans son cœur, sans la moindre pitié.
Une énorme erreur... Les mots étaient prononcés. Il les entendrait en boucle les prochaines minutes, un peu moins fréquemment dans les prochains jours mais ils resteraient gravés dans sa tête pour les années à venir. Tant bien que mal il tenta de rester droit, bien que le coup qu’il venait de recevoir n’appelait en lui qu’une seule réaction : se recroqueviller sur lui-même. Vivement il détourna la tête. Il refusait qu’elle puisse lire dans ses yeux la douleur ineffable qu’elle venait de lui prodiguer. Avant même son départ, cette phrase était le coup fatal porté à son cœur. Il ne battait plus, il ne battrait plus jamais, elle venait de le tuer.
À peine arriva-t-il à articuler, en un murmure dont il tentait de dissimuler la faiblesse, les tremblements, la douleur extrême.


« Ok. Là j’crois que tout est dit. »

Il lui avait offert son cœur, avec toute la confiance qu’il avait en elle. Il la connaissait assez pour savoir, pour imaginer du moins, qu’elle en prendrait soin. Comme pour tout le reste il s’était visiblement totalement trompé. Elle venait de le fouler à ses pieds, de l’écraser pour n’en faire qu’une bouillie informe dans laquelle il serait difficile de ne retrouver que l’ombre du cœur qu’il était avant. Pour lui la partie était finie. Il ne servait plus à rien de jouer, puisqu’il n’y avait plus rien à gagner. Elle ne l’aimait définitivement pas, ces derniers jours passés en sa compagnie, ces jours qu’il avait trouvé, pour sa part, les plus beaux, les plus joyeux de sa vie, n’avaient été pour elle qu’une lamentable erreur. Il devait sortir au plus vite de cette pièce avant de s’effondrer, avant de se laisser aller à la colère et à la tristesse au point de crier de douleur, au point de trembler tant il avait l’impression d’être prêt à exploser, au point de détruire, de rage, l’appartement entier.
D’un bond, après de longues secondes de silence, il se leva et atteint en quelques enjambées la porte. C’est alors que quelques bouts de ce cœur meurtri se réveillèrent. Fichu espoir.
Pas comme ça… Ça ne pouvait pas se finir comme ça. Une si belle histoire, malgré les moments terribles qu’ils avaient passés, la plus belle des histoires d’amour qu’ils avaient pu connaître, ne pouvait pas avoir une fin aussi horrible. La plus belle des amitiés, la plus sincère, la plus compréhensive, ne pouvait pas se terminer de la sorte. Et pourtant…
Ces pensées l’obligèrent à se retourner encore, sans la regarder pourtant. Il regarda à côté d’elle, à travers elle, mais la voir était devenu une épreuve insurmontable.


« Si jamais tu… »

Il avait voulu l’implorer de ne pas partir, si jamais elle l’aimait vraiment… Mais il n’en eu pas le courage… Il ne croyait tellement plus en l’amour de celle qui, pourtant, était la femme de sa vie, qu’il ne pouvait pas l’exprimer à haute voix.

« Si jamais tu te rends compte que tu m’aimes… »

Cette phrase non plus n’avait pas été difficile à prononcer, la fin le serait encore moins. Il voulait lui faire comprendre que sa porte était toujours ouverte, qu’elle pouvait revenir sur cette décision, qu’il l’attendrait. Il voulait lui faire comprendre que si elle regrettait il serait toujours là, dans un, dix ou vingt ans.
C’était ridicule. Après tout ce qu’elle venait de lui faire subir, après le laps de temps énorme qu’il avait déjà attendu, pour un résultat des plus minimes… Non, il ne pouvait pas la laisser jouer avec son cœur plus longtemps, car chaque fois elle le détruisait un peu plus.
La fin de sa phrase tomba alors comme un couperet, plus froide que la neige, plus dure que l’acier.


« Ne reviens jamais. Oublie moi. »

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Dim 29 Juin - 9:35

Rory avait cru s’effondrer sous le poids de la douleur et du choc lorsque Jess avait repris la parole. Comment pouvait-il lui parler ainsi ? Si elle n’était pas fichue de lui faire confiance ? Elle avait patienté des semaines à espérer jour après jour que la situation changerait et que Jess prenne enfin une décision… ! Elle y avait cru dur comme fer lors des instants torrides qu’ils avaient pu échanger…elle avait tant attendu…tant espérer ! Elle lui avait offert son cœur et son âme, elle l’avait laissé maître de la situation le suivant aveuglément jusqu’à en avoir mal tant il était difficile de supporter qu’il en aime une autre à un tel point !!! La confiance n’était définitivement pas ce dont Jess avait manqué… ! Mais voilà qu’il lui disait de la manière la plus sèche qu’il soit de s’en aller puisqu’elle n’arrivait plus à attendre… ! Sur ce coup là…il était définitivement bien cruel.

Rory voulu se retourner pour le foudroyer du regard…mais elle savait qu’à l’ instant où ses prunelles se poseraient sur lui, elle perdrait toute notion de rage au profit seul de l’amour…peut-être même fondrait-elle en larme face au mal qu’ils se faisaient mutuellement …. ! Et ce n’était clairement pas le moment de pleurer. Non, pour l’instant elle devait tenir le coup, se montrer forte et répondre avec autant de rage à toutes les piques qu’il lui lançait. Elle ne devait pas lui laisser avoir le dessus et se montrer aussi tranchante qu’il l’était.

Mais soudain un murmure arriva à ses oreilles. Il pensait qu’ils s’étaient tout dits. Cette phrase eu le mérite de réduire à néant tout ce que la jeune femme venait de prendre comme résolution. Interdite, elle s’immobilisa. Ils s’étaient tout dits ? Vraiment ? Alors…tout allait se terminer comme ça ? Il allait la laisser s’en aller à l’aube et ils ne se reverraient jamais…son plan avait bel et bien fonctionné. Il allait passer cette porte, il allait retrouver Lena qui passerait la nuit à le consoler et…au petit matin leur histoire ne serait plus qu’un douloureux souvenir… !

C’était fou de voir comme la colère pouvait vite faire place aux remords…une fraction de seconde avait suffi… 8 petites mots….et tout était réglé… ! Rory resta immobile. Que pouvait-elle faire après tout ? Elle l’avait souhaité…elle l’avait planifié et, même si les choses étaient allées bien trop loin – ils s’étaient livré un combat sans merci… !

Il s’était alors relevé. Le cœur de la belle s’était emballé. Se levait-il pour la rejoindre ? Elle ne l’aurait pas supporté. Si leurs regards se croisaient, il en serait fini des bonnes résolutions, de cette guerre, de toute la rage…. ! Il y avait fort à parié que si Jess s’approchait…s’il la frôlait… si elle avait senti son souffle…entendu sa voix derrière elle…Oh seigneur…tout aurait volé en miette en un instant et la passion aurait repris ses droits sur ses deux pauvres êtres qui se mourraient d’amour l’un pour l’autre… !

Mais les pas du jeune homme s’étaient éloignés…en direction de la porte vraisemblablement. Alors il s’éloignait… ? Il y avait cru… ! Ses yeux se fermèrent alors que les mains de la belle remontaient à son cœur.

Il parla à nouveau…si elle se rendait compte qu’elle l’aimait… ? Mais elle l’aimait !! Quelle idée de vouloir croire le contraire ! N’avait-il pas eu toutes les preuves nécessaires de son amour infini pour lui ?? Des paroles pouvaient donc supprimer toute preuve tangible de tant de journées si agréables…en un seul instant ? Elle en avait le cœur brisé… !

Et à cet instant. Il prononça les mots qu’elle aurait dû être soulagée d’entendre… ! Il lui disait de l’oublier, de ne jamais revenir… ! Ce dernier coup de poignard eu raison d’elle. Rory prit appui d’une main sur la paroi car ses jambes faillirent lâcher sous l’impact de ce dernier coup… Son autre main quant à elle venait à ses lèvres, s’y plaquant violemment pour étouffer un sanglot déchirant. Immédiatement les larmes avaient coulées. Cependant elle se refusait à lui laisser entendre le moindre gémissement, à lui laisser voir le moindre soubresaut de son corps sous l’effet du chagrin. Elle avait atteint son but. Il allait s’en aller, il la haïssait. Désormais il allait s’en aller, il allait l’oublier…il allait vivre heureux à jamais… !

Elle resta immobile, silencieuse, attendant son départ…attendant simplement de pouvoir s’effondrer lamentablement sur le sol une fois que la porte aurait claqué derrière lui.

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Dim 29 Juin - 23:38

Un pas. Un pas comme il en faisait des centaines par jour. Un pas. Un pas comme il en faisait depuis qu’il avait appris à marcher. Un pas. Un pas et elle disparaîtrait de sa vie pour toujours.
Ce n’était pas bien difficile de marcher. Lever la jambe, le pied, assez haut pour ne pas trébucher, garder son équilibre, n’importe quel enfant, même le plus idiot, en était capable. Et pourtant, en cet instant, Jess n’y parvenait pas. Il ne lui suffisait que d’un pas pour se soustraire à la vue de Rory, un seul et unique pas pour échapper à toute cette souffrance, à toute cette méchanceté… Mais pour tomber dans un abîme dont il ne connaissait encore l’étendue.
Son cerveau avait beau crier à ses jambes de s’enfuir, tantôt en essayant de les raisonner : il n’y avait plus rien à attendre de cette confrontation, tantôt en se faisant autoritaire, rien n’y faisait. Le jeune homme restait irrémédiablement debout au même endroit, totalement immobile.
Retourné vers elle, la main sur la poignée, faisant doucement trembler la porte à peine entrebâillée, il faisait son possible pour ne pas la regarder. Le seul souvenir de sa présence suffisait à écraser son cœur en une douleur atroce… La regarder ne pouvait que contribuer à créer un trou encore plus béant dans sa poitrine. Cependant, il n’y tint plus. Ses forces s’amenuisaient à une vitesse impressionnante, c’était avec l’énergie du désespoir qu’il se battait, et continuerait à se battre s’il le fallait, contre Rory… Il ne lui en restait pas assez pour se battre contre lui-même. Il aurait la plus grande des difficultés à résister à la moindre pulsion, il le savait. Fort heureusement, les circonstances étaient plutôt en sa faveur. En effet, comme toujours et malgré tout ce qu’il venait d’entendre il n’avait qu’une envie, la serrer entre ses bras jusqu’à y étouffer les mots blessants qu’ils venaient de se lancer, l’embrasser pour l’empêcher d’ouvrir une seule fois encore la bouche, la caresser pour que la douceur du corps remplace la dureté de l’esprit, mais il avait sa fierté et le sens logique. Ils étaient en train de se disputer, ce n’était pas vraiment le moment pour ce genre de preuves d’affection. Cette constatation se rajoutait à son sentiment personnel, il était hors de question qu’il s’approche au delà de la distance raisonnable, elle venait de le jeter, de lui dire, même, que leur relation n’était qu’une grossière erreur. Il ne pourrait faire un pas vers elle.
Il avait fini par la regarder donc. La souffrance qu’il en éprouva aurait pu le faire crier. Il se contenta de plisser les yeux avant de les fermer pour quelques secondes. Sa vue était plus brulante que celle du soleil. Il n’en manqua pas moins un point qui eut le mérite de le plongé dans la réflexion : elle venait de porter la main à sa poitrine. Avait-elle donc mal, elle aussi, à un point que lui seul pouvait comprendre, pour ressentir la même douleur ? Ce n’était pas possible… Il avait déjà du mal à croire qu’elle veuille partir et ne plus jamais le voir, il ne pouvait pas envisager qu’en prime elle ne désire pas ce départ. Plus les secondes passaient et moins il comprenait. Il n’arrivait pas à saisir pourquoi elle semblait tant déterminée à lui faire du mal, mais ne pouvait encore moins imaginer pourquoi elle s’infligeait cela à elle-même, si tant elle qu’elle souffrait effectivement. Il ne comprenait pas le but de cette manœuvre. Il n’entendait pas qu’elle puisse à nouveau le faire tant souffrir, après ce qu’elle lui avait fait subir la dernière fois. Il ne pouvait pas concevoir les motifs qui l’obligeaient à agir de la sorte alors qu’elle avait semblé l’aimer tant, alors que lui avait tout fait pour lui prouver l’intensité terrible de son amour. À de nombreuses reprises il avait, ou aurait, mérité qu’elle s’en aille, car il n’avait pas toujours agi comme il le fallait avec la jeune femme. Il avait déjà mérité qu’elle lui dise des mots comme elle le faisait à présent. Pourtant, elle ne l’avait jamais fait. À présent qu’il se pensait un homme nouveau, maintenant qu’il avait cru être digne d’elle et apte à faire son bonheur… Il entrevoyait comme il s’était fourvoyé. Une fois de plus, une fois de trop, leur relation était un échec. Il n’était pas fait pour elle et devrait bien s’en faire une raison.

Lorsqu’il rouvrit les yeux ce fut pour lui demander de ne jamais revenir. La réaction que cela suscita chez son interlocutrice le laissa sans voix. Elle sembla se plier littéralement sous le poids de la douleur. Son premier réflexe fut de se précipiter vers elle, avant de se raviser. Il avait néanmoins fermé la porte et fait une pas ou deux dans la pièce. Ainsi, donc, il ne partait pas.
Le fait était que l’envie d’avoir des réponses se faisait de plus en plus pressante. Il avait du mal à concevoir comment ce qu’elle n’avait de cesse de claironner depuis tout à l’heure pouvait lui faire tant de mal lorsque c’était lui qui les formulait. Ce fut donc tout naturellement qu’il reprit la parole, le plus bas possible.


« Rory… Pourquoi tu nous fais ça ? »

Plus d’animosité aucune dans sa voix. Elle reflétait simplement sa douleur et son incompréhension qu’il trouvait particulièrement légitime. Il s’agissait presque d’une supplique, comme s’il tentait de lui faire comprendre à quel point cela n’avait pas de sens, dans l’espoir qu’elle fasse cesser immédiatement cette comédie.


« Pourquoi tu veux à ce point nous faire souffrir ? »

Maintenant ses yeux étaient rivés sur elle, ils ne la quitteraient plus. Il avait besoin d’une réponse, réponse qu’il n’avait pas pensé à demander avant à cause de son emportement. Mais à l’instant il voyait à quel point il aurait pu faire les choses différemment, à quel point il aurait pu tenter de discuter, de marchander même, quitte à s’humilier, à s’avilir une fois de plus devant elle.
Comme à chaque fois que ce n’était pas le moment, à chaque fois que la pression lui devenait insoutenable, son vieil outil de défense refit son apparition.


« Et après c’est moi qu’on dit autodestructeur. »

Il aurait rêvé qu’elle sourit, la moindre petite esquisse du début d’un sourire lui aurait suffit. Il voulait sentir son cœur une dernière fois faiblir devant ces lèvres dont la beauté était amplifiée par le sourire. Il avait besoin, aussi, de rétablir avec elle un contact, de quelque nature qu’il soit, pour lui prouver qu’ils étaient encore sur la même longueur d’onde. Il était prêt à passer l’éponge, une fois de plus. Il se détestait.

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Lun 30 Juin - 10:54

Il avait actionné la poignée…Rory en était presque soulagée malgré la douleur que ce geste lui occasionnait. Cependant il se ravisa. Rory se figea, les larmes coulant silencieusement sur son visage. Pourquoi ?? Pourquoi ne s’en allait-il pas ? Il la torturait à rester ici… ! Elle ne pourrait pas s’effondrer s’il restait. Jamais elle ne lui montrerait qu’elle regrettait ses paroles à un point peu imaginable. Cela revenait à gâcher tout son plan et ce n’était pas son intention. Elle avait été résolue à prendre cette décision et elle s’y tiendrait. Elle allait continuer…elle ne lui montrerait rien car elle le devait…elle le lui devait.

Soudain la voix de son amant retenti, et bien que toujours aussi grave, elle semblait nuancée d’une pointe de douleur qui finit de serrer le cœur de la belle. Elle le faisait tant souffrir qu’elle se faisait du mal à elle et s’il ressentait la même douleur qu’elle, alors il devait lui aussi souffrir le martyr. Elle en était désolée. Sa première main se crispa contre le mur qui lui servait d’appui, de béquille pouvait-on même dire. La seconde se serra un peu plus couvrant le moindre gémissement qui aurait pu franchir ses lèvres. Intérieurement, elle ne cessait de s’excuser…extérieurement, elle restait forte et bien que ses larmes coulent, elle restait, de dos tel qu’il la voyait, d’une froideur et d’une impassibilité sans nom.

Il lui demandait pourquoi ? Elle ne faisait cela que pour lui. Mais comment le lui expliquer car connaissant Jess il aurait immédiatement tout nié en bloc affirmant qu’elle ne faisait rien d’autre que son bonheur et qu’ils avaient ensemble le plus beau des avenirs… ! Ainsi comment lui faire entendre raison ? C’était là une mission des plus impossibles.

Il enchaîna, lui demandant pourquoi elle tenait tant à les faire souffrir… ! A cette question elle n’avait aucune réponse, cependant quelque chose attira son attention…l’emploi du pronom « nous »…il avait donc remarqué qu’elle souffrait autant que lui… ? Tous ses efforts étaient réduits à néant malgré toutes ses précautions ? Non ce n’était pas possible !! Le plan ne pouvait pas échouer si près du but, il devait bien y avoir encore un moyen. D’un geste rapide elle essuya ses larmes et se redressa. Ses yeux étaient encore rouge, et sa voix serait certainement tremblante et secouée par les sanglots, mais elle ne pouvait pas abandonner si près du but. Elle prit le visage le plus dur qu’elle pouvait trouver et prit une profonde inspiration avant de se retourner au moment où le jeune homme parlait à nouveau.

Seulement voilà, elle s’était crue plus forte qu’elle ne l’était vraiment. Face à l’homme qu’elle aimait, face à la tristesse… à la douleur qu’elle pouvait lire tant dans ses yeux que sur son visage, elle ne garda pas cet air sévère bien longtemps et très vite son visage perdit toute crédibilité. Cependant elle se força à parler…


-Je suis désolée si tu souffres…ce n’est pas mon cas !

Mensonge éhonté que tant ses sanglots que la tristesse faisant échos à celle de son compagnon trahissait forcément. Mais elle n’en démordrait pas. Elle se devait de tenir,…pour lui. Et si elle devait souffrir, elle le ferait pour lui,… pour lui elle endurerait le pire…mais il fallait qu’il retrouve une vie stable et heureuse et ce n’était pas avec elle qu’il trouverait cela.

Inconsciemment, son regard se promena alors sur son amant. Elle fut un instant meurtrie par son regard avant de le quitter presque aussitôt. Elle continua à descendre sur ses lèvres…toujours aussi parfaites….qu’elle aurait aimé retrouver de ce pas, sous n’importe quel prétexte…un baiser d’adieu serait le sien… ! Ensuite son regard dériva sur les contours de son visage…puis ses épaules solides…ses bras musclés qui l’avaient tant de fois enveloppées…ses mains douces et fortes à la fois qui lui avaient procuré tant de plaisir….

Mais comment pouvait-elle être assez forte pour dire adieu à tout cela ? Plus jamais elle ne pourrait se perdre dans l’émeraude de ses yeux ? Plus jamais ils n’échangeraient de baiser passionné ? Plus jamais ils ne se prendraient dans les bras ?? Tout se terminait à cet instant ???

Toujours sans s’en rendre bien compte, sa tête se baissa alors jusqu’à ce que son regard ne se fige sur le sol. C’est presque en direct d’un monde parallèle qu’elle reprit la parole.

-Il faudra essayer d’être fort, il n’y a pas d’autres choix.

Entendre sa voix lui provoqua un véritable électrochoc. Elle se figea, tendue. Avec un peu de chance, Jess le prendrait comme un conseil pour lui, car après tout, elle avait dit *fort* et non *forte*… De ce fait elle avait encore une chance de sauver les apparences.

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Mar 1 Juil - 12:50

Jess, toujours aussi immobile, attendait une réponse qui ne venait pas. Il eut alors tout le loisir de se plonger à nouveau dans la réflexion. Bien malin aurait été celui en mesure de leur dire comment finirait cette histoire. Pour sa part il n’en savait rien. Malgré tout, malgré lui, le jeune homme ne pouvait pas abandonner l’espoir d’une fin heureuse. Si elle était sincère ils pourraient discuter tranquillement, et s’ils discutaient il pourrait tenter de lui faire entendre raison. Cependant, Rory avait l’air sûre d’elle, malgré une douleur qu’elle avait du mal à cacher. Un peu comme s’il s’agissait d’une mission divine elle semblait prête à remplir ce qu’elle considérait comme son devoir sans ciller, nonobstant sa souffrance. Plus que jamais l’issue était incertaine, et cette fois ce n’était pas à lui que revenait la décision finale. Cela lui faisait, plus que tout autre chose, peur. Jusqu’à présent, depuis l’arrivée de Rory, il avait été conscient que rien n’était gagné. Pour être celui à qui revenait le choix décisif il ne pouvait ignorer la précarité de leur situation. Mais jusque là lui seul avait tenu les rennes, leur avenir à tous n’avait dépendu que de lui. En quelques fractions de secondes la donne avait changé. Il n’était maintenant plus maître de rien, son bon vouloir, ses réflexions, n’avaient plus le moindre poids. Rory seule avait entre ses frêles mains leur destin… Et elle semblait prête à le torpiller.

La suite des événements ne fit que confirmer sa pensée.
Elle souffrait, elle ne trompait à présent plus personne, lui encore moins que quiconque. Il la connaissait assez pour comprendre qu’elle faisait cela à l’encontre de ses sentiments personnels, mais pas assez, visiblement, pour comprendre le pourquoi de ce comportement. Ce qu’elle répondit ne l’aida d’ailleurs pas à faire la lumière sur ce mystère. Elle ne répondait nullement à ses questions, elle se contentait d’essayer d’être, une fois de plus, blessante. Néanmoins, maintenant qu’il avait compris le stratagème et bien saisi qu’elle n’en pensait mot – ce qui était d’autant plus flagrant à l’instant, quand son être entier criait exactement le contraire de ce que laissaient entendre ses mots – il ne pensa pas à s’en énerver. Il était vexé qu’elle se comporte de la sorte avec lui, blessé qu’elle ne veuille pas partager avec lui le fond de sa pensée, mais la colère avait disparu de son être. Fronçant les sourcils, la mine grave, sans jamais la quitter des yeux, il revint s’asseoir sur le lit, se rapprochant ainsi sensiblement de Rory. De son point de vue le message était clair : il ne partirait pas tant qu’il n’aurait pas d’explications censées. Il avait toute la nuit s’il le fallait.
Ce qu’il n’avait pas prévu c’était ce qu’il ressentirait à se tenir à nouveau devant elle. Comme souvent son corps se partageait en deux camps. D’un côté se trouvait la douleur sournoise, couplée à un reste d’orgueil, c’était eux qui l’empêchait de s’avancer encore, de la prendre dans ses bras pour chasser sa peine ; de l’autre se trouvait l’amour et la passion, eux ne comprenaient pas bien ce qui leur arrivait, ils ne savaient qu’une chose : qu’importe les événements, ils voulaient que la jeune femme les rejoigne et qu’ils fassent taire leur souffrance au profit de sentiments plus nobles. Ces derniers auraient rêvés de voir Rory et Jess passer la nuit enlacés, se couvrant de baisers et d’amour… Peut-être pour la dernière fois.

Perdu dans la contemplation de la femme de sa vie, il n’avait pas remarqué qu’elle en arrivait au même point que lui, qu’elle s’était elle aussi perdue dans l’admiration de celui qui lui faisait face et qu’elle ne comprenait pas comment elle arriverait à se passer de lui.
Ce qu’il ne maqua pas, en revanche, furent les nouvelles paroles qu’elle lui adressa. Pour lui, « fort » ne pouvait s’écrire que d’une façon, avec un s. Il ne pouvait en effet s’agir que d’un conseil, d’une ligne de conduite même, qui devait être appliqué par les deux jeunes gens. Après une période de réflexion et de mutisme conséquente sa première réaction fut d’hausser les épaules. Il y parviendrait peut-être, avec le temps… Mais il n’avait nulle envie de recommencer le cheminement si long et si douloureux par lequel il avait dû passer à Philadelphie.
Forts, de nature, ils l’étaient tous les deux. Ils avaient du caractère, raison pour laquelle ils faisaient souvent ensemble des étincelles. Ils étaient assez forts pour parvenir à s’en sortir, avec le temps… Il n’y avait là-dessus aucun doute. Sauf que Jess avait de moins en moins envie de s’en sortir. Dans un premier temps parce qu’il n’avait aucune envie que Rory l’abandonne. Ensuite parce qu’il commençait à se sentir las, las de se battre en permanence, las d’aller systématiquement à contre-courant, las de se battre contre lui-même, contre ses envies, ses désirs, ses aspirations, las de se battre contre les autres, contre leurs jugements, leur morale. Il se fit alors une promesse intérieure : ce combat contre Rory pour éviter son départ serait le dernier qu’il mènerait… Jusqu’au prochain. Car malheureusement il se connaissait assez pour savoir qu’il ne pourrait pas tout laisser couler indéfiniment.
Finalement, de cette partie de la phrase, celle qui occupait toutes ses pensées, il ne dit rien. Qu’aurait-il pu avouer ? Qu’il était en bout de course ? Qu’elle ne s’imaginait pas à quel point ce serait une épreuve quasiment insurmontable ? Cela ne les mènerait à rien, mais, surtout, cela aurait été se dévoiler plus que de raison.


« Si. Des choix il y en aurait d’autre. Si y a bien une chose que j’ai apprise, c’est bien qu’on n’est jamais obligé de s’enfuir… »

Intérieurement, il espérait que cet argument ferait mouche. Il venait de faire l’analogie entre le comportement qu’avait la jeune femme présentement et celui que lui-même avait eu à plusieurs reprises, lorsqu’il était plus jeune. Il espérait qu’elle se souviendrait, qu’elle se rappellerait la douleur qui était sienne lorsqu’il était parti à Los Angeles, qu’elle se remémorerait la souffrance que l’on ressentait d’être celui qui reste, que lui reviendraient en mémoire toutes les malédictions qu’elle lui avait lancé pour l’avoir abandonné de la sorte. En grandissant, lorsqu’il s’était rendu compte qu’il devait changer de comportement c’était une des premières choses qu’il s’était acharné à changer en lui. Il avait fini par comprendre que la fuite en avant ne menait à rien, qu’elle gâchait sa vie et celle de son entourage, que rester pour affronter ses problèmes valait bien mieux que de les fuir… Et jamais il n’aurait pu penser que Rory en arrive à agir de la sorte.

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Mar 1 Juil - 14:55

Elle eu un rire nerveux face à la réponse de l’homme qui faisait battre son cœur. Vivement elle nia alors que son regard quittait celui de son compagnon dans lequel elle s'était bien trop longtemps perdue.

-Ah oui ? Et quel autre choix vois-tu ??

Se disant elle lui tournait à nouveau le dos. Il en avait bien trop vu…et il était surtout bien trop proche d’elle. Cela la déstabilisait.

-Continuer ce ménage à trois ? Tu veux peut-être me présenter et m’imposer à Lena comme ta maîtresse officielle ???

Le ton de sa voix était dur, mais c’était pour bien lui faire comprendre. Elle n’avait pas de choix. Elle devait s’en aller. Il le fallait pour leur bonheur à tous les trois. Ils devaient sortir de cette situation, avancer ! Sans compter que Jess ne semblait pas se rendre compte de la douleur que c’était pour Rory de vivre de la sorte. Elle était entière, elle était d’accord pour partager ce qu’elle pouvait mais…l’amour, elle ne le partageait qu’à deux…pas trois ! Elle était littéralement poignardée à chaque coup d’œil vers le couple, elle mourrait à petit feu à chaque fois qu’elle les constatait proche…elle souffrait le martyr quand il partait la retrouver. Continuer de la sorte ?? Non c’était impossible. Et naturellement elle ne voulait plus être sa maîtresse…elle voulait être la seule et l’unique… !

Mais là encore elle savait que ce n’était pas réalisable car comme elle l’avait constaté, Jess était heureux avec Lena…et ce n’était pas toujours le cas avec la belle brune… !

-Tu me demandes de te faire confiance, de patienter encore… mais ne crois-tu pas que je ai assez attendu ??

Mais elle se reprit bien vite. Elle perdait pieds !!! Elle ne devait pas lui parler de la sorte !!! Elle devait au contraire le repousser. Ainsi très vite elle reprit la parole, avant même de lui laisser le temps de réagir.

-Il est trop tard de toute façon et cette discussion est close. Je suis désolée si je te fais du mal mais c’est comme ça. Je m’en vais, dès demain.

A nouveau cette voix sèche… ! Étant dos à lui, elle pouvait permettre à nouveau à son visage de trahir ses émotions. Il ne fut pas long à réagir. Elle ferma donc les yeux, le visage tiré par la douleur… mais aussi par la fatigue…car elle aussi était lasse. Elle n’en pouvait plus de se battre, de lutter encore et encore. Tout cela devait cesser et dans les plus brefs délais. Elle était peut-être lâche de fuir, oui, on pouvait le voir ainsi mais…mais c’était la seule solution, la seule échappatoire qu’elle voyait pour se sortir de toute cette douleur.

Attention il ne fallait pas douter de son amour pour Jess, non, elle l’aimait…à un point peu imaginable. Tout lui en lui plaisait. Son physique, sa personnalité…ses traits d’esprits et les pics ironiques qu’il lui lançait parfois…sa façon de s’exprimer…sa façon de se taire aussi car il était ce genre de personne qui faisait autant passer par un seul regard que par milles mots. Elle aimait ses attentions envers elle…elle aimait que spontanément il se lève pour venir la prendre dans ses bras et la serrer à l’en étouffer…elle aimait qu’il la surprenne en l’embrassant alors que rien ne laissait présager ce doux échange – qui parfois virait à la passion.

En bref c’était une torture sans nom de le laisser à une autre…mais elle le faisait pour lui. Elle aurait aimé le lui dire…mais…jamais il n’aurait compris…


_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum