Kill me now [PV]

Page 1 sur 8 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Dim 18 Mai - 23:16


Rory & Jess
« Bien en sa maison qui de ses voisin(e)s est aimé »
Proverbe français


Cette journée aurait pu être une journée comme les autres. Elle l’était certainement pour la plupart des habitants du monde. Une journée banale qui commençait, une journée remplies des banalités les plus banales. Et il y avait les autres. Ceux pour qui cette journée n’avait rien d’ordinaire. Il y avait d’abord les joyeux, qui fêtaient un anniversaire, une naissance, un mariage, un baptême. Et il y avait les autres. Ceux pour qui cette journée s’annonçait des plus funeste. Eux perdaient un proche, d’autres se feraient virés, auraient un accident de voiture. Et il y avait ceux qui s’étaient lancés dans une aventure étrange, qui se retrouvaient dans une situation qu’ils auraient tout fait pour éviter. Ceux-là s’étaient peut-être mariés à Las Vegas avec un travesti, ou ils accueillaient sous leur toit la femme de leur rêve alors qu’ils étaient en couple avec une autre.
Pour certains, donc, la journée ne s’annonçait pas des plus radieuse. C’était le cas d’un jeune new-yorkais, la vingtaine bien tassée, qui s’était réveillé ce matin en sachant très bien que cette journée ne serait pas semblable aux autres. Il s’agissait de la journée fatidique, celle qu’il avait tant redoutée… Et il lui était impossible de faire marche arrière. Alors il s’était levé, bien décidé à l’affronter, puisqu’il n’avait pas d’autre choix.
Pourtant, la matinée avait été des plus calme, des plus banale, une matinée identique à celles qui l’avaient précédées… Ou presque. Il avait pris sa douche comme tous les matins, s’était habillé, coiffé. Il aurait vraiment pu croire qu’il s’agissait d’une journée normale. Jusqu’à ce qu’il franchisse le seuil de la porte de sa chambre. La maison était dans une effervescence peu commune, c’était littéralement le branle-bas de combat.

Elles n’étaient que deux, mais bon Dieu, elles étaient partout en même temps ! Dans la cuisine à préparer, déjà, le repas du soir – Jess était persuadé que, pour une fois, ils pouvaient s’asseoir sur le repas de midi – dans le salon à déplacer tour à tour le moindre objet, qui revenait quelques secondes après à sa place initiale, dans la chambre d’ami à faire le lit, apporter des fleurs, parfumer, refaire le lit, dans les salles de bain qui avaient, selon leurs dires, besoin de décapages complets… Son bureau seul échappait à cette folie ménagère. Elles balayaient, nettoyaient, ponçaient, faisaient briller… Partout les fenêtres étaient ouvertes « pour aérer ». Cette agitation lui donnait le tournis.
S’ils avaient reçu le très honorable Obama, ou M. de Blasio, la maison n’aurait pas été plus chamboulée. Il aurait dû se douter que cela arriverait. Elle retournait déjà le salon quand on recevait pour dîner, il était logique qu’elle révolutionne l’appartement entier pour une invitée durable. C’est à peine s’il avait le droit de marcher pour éviter de salir le parquet. Lena était allée jusqu’à lui dire de « rentabiliser ses pas ». Il fallait qu’il quitte cette maison de fous dès qu’il le pouvait.

Il déjeuna néanmoins, et consentit à contrecœur de rester pour partager avec sa tyrannique compagne le repas de midi, bien qu’il reste convaincu qu’ils n’auraient rien à manger.
Elle était adorable, mais force était de constater qu’elle n’était pas non plus toujours des plus facile à vivre. Et dire que chez lui, quand il était jeune, Liz lavait à peine les assiettes quand ils recevaient. C’était amusant de voir les différences entre la vie qu’il avait eu et celle qu’il avait à présent. Il n’y avait tout bonnement rien de commun, du quartier aux moyens financiers en passant par l’éducation, les seuls points communs étaient lui et New York. Mais même la ville semblait différente vue d’ici, plus sérieuse, plus stressée, plus puissante – la puissance de l’argent. Bien loin de la vie de bohème qui avait été sienne, loin de l’effervescence heureuse des classes populaires, loin de la culture underground… Finalement loin de tout ce qu’il était, ou avait été.

Il échappa donc à la panique générale en s’isolant à nouveau dans son bureau. Il passa de bonnes heures au téléphone avec Philadelphie, le reste avec New York. Plus le temps passait et plus il se laissait submerger par le travail. Deux librairies demandaient deux fois plus de travail, il s’en doutait bien. Mais déjà cela dépassait l’entendement. Il se demandait encore comment il trouvait le temps de faire autre chose de ses journées. Il fallait avouer qu’il allait se coucher tard – la nuit était le seul moment où profiter sérieusement de la vie, puisque le travail ne comptait plus – et se levait tôt. Il était jeune, il lèverait le pied quand il n’en pourrait plus, mais pour l’instant il jonglait plutôt pas mal entre ses nombreuses vies.
Nombreuses vies… C’était peu dire. Il avait deux métiers, deux groupes d’amis, plus ou moins deux femmes. Mon Dieu… Il menait une double vie. Deux vies qui n’étaient pas censées se croiser, Philadelphie ne se déplacerait pas à New York et inversement, sa vie d’enfant de la culture marginale fuyait sa vie de petit capitaliste. Et pourtant. La séparation n’était pas si nette. Car un dernier point devenait plus sensible, la femme de sa vie et de ses rêves, celle qu’il aimait depuis toujours, faisait une irruption fracassante dans sa vie avec une petite nouvelle, qu’il n’aimait que depuis quelques mois. Et c’était deux mondes opposés qui se rencontraient, pire, qui devraient cohabiter. D’un côté un amour passionnel, fusionnel, vieux comme le monde, de l’autre un amour calme et libre, des plus récent. D’un côté une fille brillante, adorable avec qui il partageait pensées et valeurs, de l’autre une femme intelligente, d’un amour indéfectible, avec qui il ne partageait pas grand-chose. Et voilà bien ce qui rendait sa journée si particulière, aujourd’hui avait lieu la rencontre des Titans. Au détail près qu’il s’agissait plus d’une bataille entre Athéna et Aphrodite qu’entre des titanides.
La matinée s’était donc déroulée sans beaucoup d’encombres. Il avait fait ce qu’il avait à faire, avec le plus de célérité possible. En effet, il voulait finir le plus vite possible. Cet après-midi il avait d’autres engagements, qu’il comptait bien tenir, et il aurait désiré sincèrement ne plus avoir rien à faire lorsqu’il rentrerait. Le fait est qu’il devait aller chercher Rory, son Élizabeth Bennet, et qu’il comptait bien passer avec elle le temps plus que nécessaire. Il allait bien devoir la ramener ici, puisque tel était le but de sa visite, et là justement le nœud du problème : il redoutait de laisser ensemble les deux femmes, ne serait-ce qu’une seule minute. Il se devait pour cela de finir son travail.

L’heure sonna enfin. Un peu trop précipitamment il sauta de sa chaise, attrapa sa veste de costume – il avait opté aujourd’hui pour un tee-shirt qui contrastait admirablement avec ladite veste – et quitta l’appartement, sans avoir oublié de saluer Lena.
Cette fois, il descendit au parking. Il détestait par dessus tout conduire à New York, c’était une bataille de tous les instants et ça n’avançait pas aussi vite que le métro. Qu’est-ce que l’on ne ferait pas pour les beaux yeux de certaines demoiselles…
À dire vrai, ce n’était pas sa voiture qu’il prit – il n’était pas réellement sûr qu’elle puisse tenir le coup, elle avait tendance à surchauffer quand il ne roulait pas tambour battant. Il dut donc opter pour la sublime, et excessivement chère, voiture de sa compagne. Une berline, une magnifique Jaguar noire aux reflets cerises, celle qu’elle ne conduisait jamais – elle était bien trop compliquée, soi-disant, trop grosse, elle ne la prenait que lorsqu’elle payait un chauffeur pour la conduire. Elle lui préférait volontiers son cabriolet, une Chevrolet rouge métallisée. De son côté, Jess trouvait le cabriolet bien plus voyant que la berline, qui avait déjà le mérite de ne pas trop passer inaperçu, surtout en dehors de Manhattan.
Il monta donc à l’intérieur et se prépara pour les trois quarts d’heure de trajet qui l’attendaient. Géographiquement, Brooklyn n’était pas bien loin de Manhattan. Seulement, les ponts menant de Manhattan à n’importe quel autre quartier de New York étaient embouteillés jour et nuit, le pont de Brooklyn n’y faisait pas exception. Musique à fond, il avala donc les kilomètres aussi rapidement que possible – l’avantage de ce genre de voiture restait sa puissance, qui lui permit de gagner quelques secondes par-ci, par-là.

Enfin, après les quarante-cinq minutes de trajet il eut le bonheur de voir se profiler l’appartement de miss Gilmore. Il lui fallut encore de bonnes minutes pour trouver une place et put enfin descendre de l’automobile.
Sans perdre une seconde il se dirigea vers une porte qu’il connaissait à présent plutôt bien, et qu’il voyait pour la dernière fois, la poussa, et pénétra dans le hall. Suite à quoi il gravit les quelques marches qui le séparaient du pallier de la belle. Geste plutôt habituel, il frappa, s’adossa, et attendit qu’elle veuille bien l’accueillir.

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Lun 19 Mai - 5:41

La nuit n’avait pas été des plus calmes pour la jeune Gilmore, elle avait été, bien au contraire, presque blanche tant cette journée l’avait inquiétée… C’était en effet le jour J, le jour qu’elle avait tant redouté, le jour où elle allait s’installer chez l’homme de sa vie…et sa femme. Certes ce n’était que pour une petite semaine mais…la cohabitation s’annonçait déjà très difficile… !

Depuis leur terrible séparation il y avait de cela moins d’une semaine, tant de choses s’étaient passées entre Rory et Jess, tant de tentations, tant d’amour ressenti…elle avait de plus en plus l’impression de perdre l’esprit lorsqu’elle y repensait. Il y avait d’abord eu la visite d’Emma, la nouvelle élue de Logan. Emma était l’opposé parfait de Rory, c’était ce qui l’avait frappé lorsqu’elle lui avait ouvert la porte. Elle avait des formes plus que généreuses, était grande et blonde avec une beauté à couper le souffle et…en parlant avec elle durant cette courte visite, Rory avait pu remarquer qu’elle n’avait pas plus d’intelligence qu’un poisson rouge – et encore s’était insulter les poissons rouges. Ainsi l’affaire n’avait pas deux issues, Logan l’avait choisi pour sa plastique irréprochable et…le connaissant, malheureusement pour la jeune femme, il s’en séparerait certainement bien vite au profit d’un peu plus d’intellect que de beauté.

Cette visite s’était essentiellement bien déroulée grâce à la présence de Jess à ses côtés. Pour la première fois, depuis la librairie, il s’était comporté, en public, comme le bel amant qu’il était en privé. Il n’avait cessé de coller sa belle, de l’enlacer, se permettant même ça et là quelques baisers discrets tant et si bien que Rory s’était sentie parfaitement à l’aise aux cotés de la nouvelle conquête de son ex. Et lorsque le sujet Logan était venu sur le tapis, Jess avait su répondre à la blonde avec les mots qui défendaient Rory à la perfection, ce qui avait particulièrement ému la jeune femme.

La jeune femme avait fini par s’en aller, avertissant qu’elle emménagerait le mardi suivant et que Logan ne serait pas long à la rejoindre. Elle mentionna également qu’il se réjouissait de revoir Rory, peut-être pour un café ici même… ! Si cette idée avait fait grimacer Rory, elle avait l’air d’avoir fortement déplu à Jess qui avait sensiblement resserré son étreinte autour du corps de son aimée.

Le reste de la semaine s’était rythmé autour de courtes visites ou rencontres dans des lieux plus ou moins publics…et cela avait amené tout naturellement la semaine à se terminer et le week-end à filer à grande vitesse. Ainsi nous étions lundi et Emma emménagerait demain. Rory avait trouvé une agence qui avait accepté de l’aider à déménager le plus gros – sa bibliothèque, sa télévision, ses collections de livres et dvd - et désormais l’appartement ne lui ressemblait plus du tout. Il était à nouveau totalement décoré comme Logan le lui avait loué.

Donc ce matin-là…après une nuit pleine de question, la jeune femme s’était levée, s’était préparée – pas de petit déjeuné, son estomac était bien trop noué – puis elle avait bu un bon café. Non le café n’était pas un petit déjeuné…toute personne connaissant la mère et la fille Gilmore le savait. Le café était une nécessité absolue au bon déroulement d’une journée. Elle avait ensuite lavé la tasse, était partie s’habiller. Elle avait opté pour quelque chose de basic étant donné les circonstances – son emménagement chez sa rivale et le fait qu’elle et Jess ne devaient en aucun cas révéler leurs sentiments aux yeux de Lena. Elle avait donc choisi un simple t-shirt, tout de même décolleté un minimum, d’un blanc immaculé. Elle y avait assorti une jupe bleue qui s’accordait parfaitement avec ses yeux. Rory avait ensuite coiffé ses cheveux, qu’elle laisserait pour aujourd’hui au naturel, et elle s’était maquillée un minimum : Un peu de mascara ferait l’affaire.

Puis elle s’était assise au bar, un livre à la main, ses valises trônant déjà devant la porte. Il ne lui restait plus qu’à attendre et…dieu que l’attente serait longue. Elle ne savait pas quand Jess était censé passer la chercher…ou plutôt si, mais elle l’avait oublié. Elle avait donc attendu anxieusement, essayant d’oublier la journée pour se concentrer dans son livre, s’y enfuir en quelques sortes.

Et au final le temps avait filé plus qu’elle ne l’aurait cru. Elle fut très vite tirée de ses pensées par un tambourinement à la porte. Jess !!! Elle sauta de son tabouret, emmenant son livre avec elle, et tout sourire se dirigea rapidement vers la porte qu’elle ouvrit avec empressement. Il était là. Le sourire en coin, le sourcil relevé, appuyé contre le montant de la porte comme à son habitude. Sans se soucier des voisins, elle le prit par la main et l’invita à l’intérieur d’un geste pressé. Elle avait bien trop attendu cet instant. Elle savait qu’il serait le dernier moment de complicité qu’ils auraient avant longtemps, devant à tout prix cacher la vérité à la femme qui partageait la vie de Jess. Une fois à l’intérieur, elle referma la porte pour se pendre au cou du bel apollon et l’embrasser le plus amoureusement du monde.


_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Mar 20 Mai - 23:25

Et voilà. Ils se retrouvaient. Enfin. Certes, cette semaine leur avait donné de nombreuses occasions de passer ensemble quelques heures. Mais cette rencontre avait un goût bien particulier. Au delà du bonheur immense qu’il avait à la revoir, bonheur qui ne cessait d’augmenter de visites en visites, il sentait aussi la mélancolie pointer le bout de son nez, l’amertume l’envahir petit à petit.
Il avait accueilli ses bras, son baiser, comme s’il s’agissait des derniers. À présent, il se disait qu’il aurait dû arriver plus tôt afin de passer avec elle le plus de temps possible, seul à seul. Il était conscient qu’il n’avait pas vraiment eu le choix, et que l’heure de son arrivée n’aurait substantiellement rien changé… Mais il ne pouvait que le regretter. Dès lors, dès qu’ils auraient quitté cet appartement qui avait été l’espace de quelques semaines leur cocon, ils se verraient tous les jours mais ne pourraient plus s’aimer. Ne leur restait plus qu’à rentabiliser au mieux chaque seconde de chaque minute comme leurs derniers instants d’intimité avant bien longtemps.
Il prolongea donc aussi longtemps que possible un baiser qui sonnait à la fois comme un baiser de bienvenue et d’adieu. Il profitait aussi d’un corps qu’il n’aurait plus le droit d’approcher, et qu’il ne devrait plus approcher, par sécurité. Il la serrait contre lui presque comme si on allait la lui retirer d’une seconde à l’autre. Il profitait du peu de temps qu’il lui restait pour l’étreindre, pour le caresser, pour le chérir, il profitait des minutes qu’il avait encore pour sentir son corps vivre contre et avec le sien. Pour ce faire, il avait donc posé ses mains sur la cambrure de reins de la jeune femme, l’attirant doucement à lui, plus près qu’elle ne l’était déjà. Mais déjà, l’une d’elle se donnait des airs d’explorateur et remontait lentement le long de son dos. Jusqu’au moment où, fatalement, l’air leur manqua. À regret il se détacha alors d’elle, du moins détacha ses lèvres de celles de sa compagne car le reste de son corps ne bougea pas du moindre millimètre.


« Quel accueil. »

Il lui sourit doucement. Partagé entre sa peine et sa joie, il s’était décidé à privilégier la joie, il se battrait bien assez avec l’autre plus tard.
Pour quelques secondes seulement il consentit à séparer son regard de celui de la demoiselle pour regarder l’appartement. Vide. Il était étrangement vide et tellement impersonnel. Il n’aimait pas vraiment l’idée de se séparer de cet appartement, ils y avaient vécus de bons moments avec Rory, de moins bons aussi, des moments qui faisaient partie d’eux. Mais c’était l’appartement de Logan, et pour cette raison il le lui rendait avec dédain.
Il n’avait pas fallu longtemps pour que sa haine envers cet individu refasse surface comme si elle n’avait jamais disparu. Il n’avait pour lui plus aucune jalousie, mais il continuait à le trouver infâme. Pourtant, il avait accueilli Emma sans animosité particulière, elle n’y était pour rien. En revanche, il s’en était servi pour essayer de faire passer un petit message personnel. Dieu sait qu’il avait hésité longtemps, entre peur et envie. Peur que les Huntzberger connaissent les de Solages, et que par un effet domino le spectacle auquel avait eu droit Emma arrive jusqu’aux oreilles de Lena… Puis il avait rationnalisé, les riches ne se connaissaient pas forcément tous entre eux, il fallait arrêter de voir le mal partout. Et c’est alors avec joie qu’il avait affiché son amour devant elle. D’abord parce qu’il avait besoin que, parfois, des tiers puissent être témoins d’un amour qu’il fallait par ailleurs caché. Ensuite parce qu’il espérait secrètement que si cela n’arrivait pas jusqu’à Lena que cela ne puisse échapper à Logan. Le message était, pour Jess, d’une limpidité étonnante : il était de nouveau dans la partie.
Bien malgré lui, il ne pouvait s’empêcher de se méfier du blondinet aux allures d’ange. Il ne le connaissait pas vraiment, pourtant il aurait presque parié qu’Emma n’était pas là que pour une visite de courtoisie. Il était persuadé que s’il avait tant insisté c’était qu’il voulait rendre Rory jalouse. Raison de plus pour afficher un bonheur parfait, l’arroseur était arrosé.

Jess en avait d’autant moins apprécié l’invitation de Logan de la revoir autour d’un café. Il n’en oubliait pas qu’il n’avait pas son mot à dire, parce qu’elle n’était pas sienne, et qu’elle avait bien le droit de voir qui elle voulait. Tant qu’il voyait Lena il ne pouvait rien dire, et même s’ils étaient ensemble il ne pourrait pas dire grand-chose. Alors, il ne dirait rien… Mais n’en penserait pas moins. Tous les hommes du monde, n’importe qui, mais pas lui. Il n’avait pas plus de respect pour lui que de confiance en ses méthodes. Il n’en toucha cependant pas le moindre mot à la principale concernée, et ne le ferait jamais. Jaloux, il l’avait toujours été. Mais il avait aussi une confiance aveugle. Lorsqu’il sortait avec une femme il demandait de la franchise mais n’interdisait rien. Rory avait pu le remarquer lorsqu’elle s’était de nouveau mise à fréquenter Dean alors même qu’il savait très bien que ce dernier était prêt à tout pour la reconquérir. Il avait été jaloux, lui avait dit à plusieurs reprises qu’il aurait aimé qu’elle ne lui cache pas la vérité, mais n’avait même jamais ne serait-ce qu’élevé la voix. Mais il n’avait fondamentalement rien contre Dean. Il n’en était pas de même envers Logan, dont il sentait toute la sottise et la cruauté.

Quoi qu’il en soit, les deux hommes n’étaient pas là, et n’étaient pas pour l’heure une source de préoccupation particulière. Il y en avait une, en revanche, qui avait droit à toutes son attention, attention qu’il lui donnait avec plaisir. Parce qu’elle était là, parce qu’il redoutait de devoir se séparer d’elle – physiquement, du moins.
Une fois encore, il l’embrassa. Il était tellement heureux de l’avoir encore à lui pour quelques instants qu’il aurait été prêt à la porter et à la faire tournoyer dans les airs. Dieu merci, il n’était pas vraiment de ce genre là. Il se contenterait de sourire et de tenter de mettre à profit le temps qu’il leur restait autant que faire se peut.
Par la suite, ce fut d’une série de petits baisers successifs sur ses lèvres qu’il la couvrit. Baisers entre lesquels il arriva à glisser un « salut » à peine murmuré, à peine articulé. Il aurait pu passer le temps qu’il lui restait à cette simple et souvent si banale activité, ayant bien le temps de profiter de sa conversation plus tard. Il n’en finit pas moins par arrêter, avant de l’étouffer sous le poids de l’amour et de l’urgence et se servit de ce répit pour plonger à nouveau dans la lagune de ses yeux.
Elle était moins maquillée que d’ordinaire – bien qu’elle ne le soit jamais que légèrement – peut-être moins apprêtée, mais non moins ravissante. Elle avait un charme naturel qui pouvait laisser pantois.


HJ : Je voulais continuer mais... Mon Dieu, déjà 1h30, je suis crevée... Alors désolée pour ce post sans réelle fin Razz

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Mer 21 Mai - 5:37

Leur étreinte ne se déferait pas avant leur départ, elle était prête à donner sa vie pour si peu. Il était si bon de le sentir tout contre elle…et en même temps si difficile de savoir que ce serait la dernière fois avant bien longtemps. Pour des raisons évidentes, ils allaient devoir passer la plus grande partie de la semaine à venir à jouer au chat et à la souris. Ils seraient obligés de se côtoyer pour les repas du matin et du soir, elle ne serait pas impolie au point de fuir les personnes qui l’hébergeait si gentiment…mais elle savait que pour résister à l’envie d’être près de lui – très très près… - elle devrait passer le plus de temps possible loin de lui. Il y avait déjà le travail, qu’elle reprenait dès le lendemain. Ce serait une grande aide, car ainsi, loin de lui, elle pourrait tenter de reprendre ses esprits. De plus, Rory avait mis un plan très simple en place afin d’éviter la route de Jess autant que possible : Rester dans la chambre que le couple lui prêtait une fois le repas terminé, prétextant toujours une montagne de travail. Ce ne serait qu’un petit mensonge qui permettrait aux amants d’éviter la tentation… !

Jess lui avait procuré les plus doux baisers avant de la saluer, elle lui avait répondu par un sourire divin. Il était superflu de parler dans ce genre de situation et Jess le savait aussi bien qu’elle. Leurs bouches s’étaient chargées de passer le bonjour l’une à l’autre à l’instant où elles s’étaient retrouvées et la parole n’avait pas été un seul instant nécessaire. Elle était donc remontée à ses lèvres pour effleurer ses lèvres, avant de murmurer ce même, léger, « salut » avant de l’embrasser à nouveau.

Les voir ensemble, cela semblait l’évidence même. Ils avaient un regard l’un pour l’autre qui ne pouvait tromper personne, des attitudes qui donnerait des indices sur la natures de leurs sentiments à la plus aveugle des personnes… !! C’était ce qui effrayait le plus la jeune femme. Elle allait emménager chez sa rivale et devoir cacher l’évidence même…comment allaient-ils pouvoir faire alors qu’un simple regard trahissait déjà tant ? D’accord la proximité physique, la réaction automatique qu’avaient leurs corps de se rapprocher encore et encore au moindre effleurement pourrait être évitée mais…leurs regards… ! Chaque fois que les yeux de Rory se posaient sur Jess, ils brillaient de milles étincelles…et si elle ne le voyait pas, son regard ne pouvait s’empêcher de le chercher…il lui était vital. Comment cacher cela à la femme qui partageait la vie de Jess ?

Passé l’amusement de ses salutations plus que chaleureuses, Rory pensa donc qu’il serait peut-être de bonne augure de parler de leur…stratégie…de cette semaine à venir… ! Seule elle ne pourrait rien…


-Tu vas tellement me manquer…

Elle soupira profondément, caressant son dos de bout des doigts. C’était incroyable à dire, ils allaient enfin vivre sous le même toit…et pourtant cela allait les séparer plus que jamais…c'était clairement ce que l'on pouvait appeler un paradoxe

-Elle ne se doute toujours de rien… ?

Effectivement c’était une des premières choses à savoir. Si Lena n’avait qu’un semblant de soupçon, ils seraient tous les deux très vite grillés ce qui avait le mérite de grandement stresser la journaliste. Elle ne savait pas, n’aimait pas mentir…et dans ce cas précis, elle devrait le faire durant toute une semaine… ! Mais avec la force qu’il lui donnait en cet instant, par cette simple étreinte, elle espérait qu’il lui serait plus facile d’y arriver…

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Mer 21 Mai - 11:34

La semaine serait rude. Les deux jeunes gens étaient au courant. Jess était, de son côté, de plus en plus persuadé qu’ils ne tromperaient personne. Ils pourraient agir aussi bien que possible, leurs regards ne pourraient que les trahir, car s’ils se regardaient dans leurs yeux transparaissaient la force de leurs sentiments, et s’ils ne se regardaient pas – ce qui semblait bien difficile – cela paraîtrait encore plus suspect. Le jeune homme savait à quel point il fallait agir avec le plus de naturel possible, pas au point de se sauter dans les bras l’un de l’autre, mais au point de n’empêcher personne de lire en eux. Ils ne pourraient pas l’éviter, il le savait… Pour sauver la barque il ne misait pas sur la négation de leurs sentiments, mais sur l’idée que Lena allait s’en faire. Elle les savait déjà très attachés l’un à l’autre, elle savait en détail ce qu’ils avaient vécus… Elle n’y verrait peut-être que la preuve de cet attachement. Et si elle y voyait plus, il priait pour qu’elle ne se doute pas du stade où en était leur relation. La jeune femme pourrait certainement comprendre qu’ils s’aiment, même si ce ne serait pas facile, mais Jess désirait, dans ce cas, lui montrer la vérité de la situation : il l’aimait elle aussi. L’important restait qu’elle ne croit pas tout perdu, comme Rory ne devait pas le croire.
Pourtant, au bout du compte, l’une serait déçue. Et l’avoir laissée espérer devenait alors malsain. Ce n’en deviendrait que pire. Mais il n’avait pas vraiment le choix, du moment qu’il n’arrivait pas à se décider. D’ailleurs, il avait préféré mettre ce genre de question de côté pour l’instant. Du moment où il avait été sûr que Rory viendrait s’installer chez eux il avait préféré ne plus se poser la question de savoir qui il aimait. Car s’il avait trouvé la réponse la situation aurait été invivable. D’abord pour lui, qui aurait dû vivre avec deux femmes en sachant très bien le cœur de qui, à terme, il devrait briser. Pour elle ensuite, car il ne savait pas s’il aurait pu cacher longtemps le résultat de ses réflexions. Et ils auraient tout de même été obligés de vivre ensemble pendant une semaine, de faire comme si de rien n’était et cela n’aurait pas été possible.
Il en arrivait à se demander pourquoi ils s’infligeaient cela en tout état de cause. Il pouvait certainement y avoir de bons côtés dans cette cohabitation – il ne rechignait pas vraiment de les avoir toutes les deux sous la main, de pouvoir les observer, et comprendre enfin, en les comparant, ce qu’il se passait à l’intérieur de lui – mais il y en avait tellement de mauvais. Il s’agissait là d’un suicide pur et simple. Un suicide pour sa relation avec Rory comme un suicide pour sa relation avec Lena, et peut-être bien un suicide pour la relation qui aurait pu s’installer entre les deux femmes. C’était tout bonnement insensé, et pourtant ils s’apprêtaient à le faire.

La voix de la jeune femme le sortit de toutes considérations, et c’est avec un sourire un peu triste qu’il y répondit.
Elle allait lui manquer aussi, cruellement. Ils allaient devoir passer une semaine sans la moindre seconde d’intimité, une semaine à se fuir et se chercher, une semaine sans pouvoir être eux-mêmes. Ils n’auraient plus le moindre endroit où se retrouver pour échapper au monde, leur bulle disparaîtrait pendant sept longs jours… Ils ne connaîtraient plus le bonheur d’être ensemble, quand le monde entier ne compte plus, quand les heures passent sans les atteindre. Ils avaient fini par s’y habituer – on s’habitue étrangement vite aux bonnes choses – et le retour à la réalité n’en serait que plus douloureux. Pour toute réponse, il la serra un peu plus fort contre lui et l’embrassa dans les cheveux, sur lesquels il reposa quelques instants sa tête.
Puis la jeune femme parla à nouveau, et il soupira. Il n’en avait pas la moindre idée. Elle ne les avait jamais vraiment vus ensemble, de son côté il lui parlait régulièrement de Rory mais ne trouvait là rien de bien exceptionnel. Quant à elle, elle semblait apprécier déjà la jeune journaliste, et n’avait jamais fait la moindre remarque désobligeante à leur sujet, entre eux cela n’avait pas l’air d’un sujet sensible… Mais Lena était d’une nature douce, très douce, trop douce. Il se pouvait que, derrière son enthousiasme, pourtant bien réel, elle n’en pense pas moins. Seulement, tant qu’elle pouvait tenir sans en parler elle préférait ne rien dire, pour éviter les conflits.


« Elle n’a pas l’air. Mais elle parle beaucoup pour ne rien dire. Alors je ne peux pas en être sûr. »

Il était désolé de ne pouvoir lui donner une réponse plus satisfaisante. Il était celui qui connaissait le mieux Lena – d’eux deux du moins. S’il ne pouvait pas savoir, il y avait peu de chance que Rory le puisse. Mais le fait était que Lena était une femme, et qu’en tant que telle elle était complexe. Ils n’étaient que rarement sur la même longueur d’onde, le plus souvent il ne la comprenait pas. Alors sur un sujet aussi délicat… Il n’avait pas la moindre chance de récupérer des informations en douce.
Finalement, peut-être que Rory, étant une femme elle aussi, et bien qu’elle ne la connaisse pas, s’en sortirait mieux qu’elle. Peut-être même que Lena serait même plus à même de lui exprimer à elle le fond de sa pensée, ce qui arrangerait tout le monde. Il ne pouvait que supplier le ciel qu’en pareil cas la journaliste ne fasse pas comme elle avait toujours fait face à Lena : fuir.

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Mer 21 Mai - 15:43

Rory profitait de chaque seconde entre les bras de son amant. De le sentir tout contre elle avait le mérite de faire frissonner tout son corps. Cependant elle ne semblait pas remarquer cette réaction chimique de son propre corps en présence de Jess. Elle était bien trop préoccupée par les propos de son ami. Lena n’avait donc jusque-là montré aucune réaction particulière face aux sorties du jeune homme presque chaque soir à destination de l’appartement de Rory ? C’était vraiment très étrange… il y avait deux possibilités. Soit, à l’exemple d’Emma, Lena n’avait pas vraiment inventé l’eau chaude…soit alors elle avait bien remarqué le petit manège de son fiancé et attendait le retour de l’amante sous son toit pour le lui faire payer… !

Cette pensée eu le don de faire monter en Rory une sérieuse bouffée d’angoisse. Elle se jetait carrément dans la gueule du loup… !!! Elle allait habiter sous le même toit que Lena…alors que c’était précisément la personne de qui elle et Jess tentaient de se cacher depuis des semaines. C’était totalement fou, totalement irréfléchi et plus elle y pensait, plus son angoisse augmentait… ! Tant et si bien que ses bras durent se défaire de Jess et qu’elle dû lui tourner le dos pour s’éloigner de quelques pas, une main dans replaçant ses cheveux.


-Je suis sûre qu’elle le sait…et tien, à l’instant je parie qu’elle recherche la meilleure manière de maquiller mon meurtre en accident… !

Naturellement elle disait cela sur le ton de l’humour car Lena était une perle… ! Elle était belle, certaines, mais elle était aussi douce, sophistiquée et…donc incapable de tuer qui que ce soit…pas même une mouche…sauf bien sûr en cas d’accident… !

Rory laissa échapper un profond soupire

-C’est une mauvaise idée, une terrible idée

Elle se retourna pour lui faire face

-Et…on a même pas de plan !! Je veux dire, comment on va faire ? Une technique de combat, un plan d’action, des directives de la CIA ??? On a rien… !!!!

Elle nia, totalement apeurée

-J’aurais dû refuser l’offre de Lena et partir directement à Stars Hollow !!!

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Mer 21 Mai - 23:41

Il sentit la panique s’emparer progressivement de sa jeune amie.
La situation était critique, préoccupante même, mais il ne voyait vraiment pas l’intérêt de se mettre dans un tel état. Il fallait rester calme, pour garder toute sa tête. D’autant qu’il ne voyait pas la situation horrible au point d’en perdre ainsi ses moyens. Il croyait encore assez en eux pour espérer une solution. Il croyait encore en une fin heureuse, même s’il était impossible que tout le monde le soit en l’espèce. Elle le rendait d’un optimisme inquiétant. Il avait envie d’y croire, de croire qu’ils auraient tous deux une seconde chance. Ils avaient gaspillés si sottement leur première, chacun leur tour ils avaient agi de la plus idiote des façons et avaient tout gâché. C’était là leur chance de se racheter, d’essayer proprement de construire quelque chose ensemble. Mais si tel était le cas, que faisait-il ? Ses pensées commençaient à se perdre, il pensait, ressentait, tout et son contraire. Car s’il s’agissait vraiment de leur seconde chance, il ne se serait pas embarrassé de Lena, il y a bien longtemps qu’elle ne ferait plus partie du paysage. Et voilà qu’il essayait, une fois encore, de défaire les nœuds que se créait seul son cerveau.
Le fait était qu’il y avait, en l’occurrence, bien plus urgent. Les problèmes se devaient tous d’être réglés en temps et en heure. Et ce n’était ni le moment ni le lieu de partir dans des considérations sur ses amours. Il n’en trouvait pas moins que Rory se fourvoyait elle aussi. Elle se trompait de problème, ce que savait ou ne savait pas Lena n’était pas, et de loin, le plus important. Ils devaient se concentrer sur ce qu’ils allaient faire, sur comment ils allaient le faire, pour éviter d’éveiller les soupçons. C’était là tout ce dont ils devaient, pour l’heure, se préoccuper. Le temps manquait cruellement, autant pour être rassasié l’un de l’autre que pour se perdre dans des études superflues.
Il n’en restait pas moins qu’elle avait raison sur le fond… Ils n’avaient pas le moindre début d’esquisse de plan. D’un autre côté, il n’y avait pas grand-chose à faire, si ce n’est rien faire justement. Il n’y avait pas vraiment besoin de discuter pour savoir qu’ils devraient faire attention l’un à l’autre, qu’ils n’avaient pas intérêt à se croire seuls au monde un quart de seconde. Ils n’avaient pas besoin de se dire ce qu’ils savaient déjà, ils devraient se voir le moins possible, mettre sans arrêt entre eux une distance de sécurité, ils devraient, en somme, éviter autant que possible les contacts de quelque nature qu’ils soient.
Avant de dire quoi que ce soit, il s’approcha d’elle et la prit par les épaules, espérant l’aider ainsi à se calmer. Car il en restait tout de même à sa première idée : si tragique que puisse être la situation il valait mieux ne pas paniquer. À nouveau il l’attira tout contre lui, mais cette fois-ci réellement dans l’espoir de la calmer et non pour le bonheur de pouvoir profiter encore d’elle. Caressant avec douceur son dos il entreprit de fournir des réponses, en commençant parce qu’il trouvait le plus préoccupant.


« Je suis désolé. J’avais promis de trouver une solution… J’ai échoué. »

Ce qu’il pouvait en avoir marre de s’excuser en permanence. Lui qui voulait tant agir de telle sorte à n’avoir jamais à le faire…
Il avait encore une fois agi de la plus égoïste des manières en lui promettant de trouver une solution dans le seul but qu’elle reste à New York. Car la vérité était qu’il n’avait aucune envie de la voir retourner à Stars Hollow. Au delà du fait qu’il était persuadé que tous les habitants en profiteraient pour le dévaloriser avec plus ou moins de tact, il savait ne pas pouvoir se passer d’elle la moindre semaine. Il était hors de question qu’il remette un pied dans cette ville et il n’aurait eu aucune raison de s’y trouver – il n’aurait pu légitimer son comporter ni aux yeux de Lena, ni aux yeux si indiscrets et inquisiteurs des habitants de cette bourgade. Il voyait d’ici leur réaction, et savait pertinemment que c’était aussi celle de Lorelaï puisqu’elle était très certainement au courant : ils continueraient d’avoir de lui la plus mauvaise des opinions, ne se gêneraient pas pour lui faire comprendre qu’il n’avait rien à faire là, et le jugeraient sans retenue pour son comportement envers Rory, mais aussi envers Lena. Sans compter qu’ils n’auraient eu aucun endroit où se voir en paix. Stars Hollow n’avait jamais été pour le jeune homme une solution envisageable. Et Rory payait une fois de plus son égoïsme. Malgré cela, il préférait la voir sous chez lui que dans sa ville natale. Il pourrait tout de même la voir, lui parler, voire même avoir parfois quelques moments en tête à tête – mais à cela il préférait ne pas penser… C’était à la fois totalement risqué et bien trop irrespectueux pour Lena que de la voir en cachette sous son toit.
Il lui sourit avec douceur et tendresse. Il devait, autant que possible, lui transmettre sa sérénité… Car s’il avait peur de la tournure que pourrait prendre ce petit séjour, il savait très bien à quel point ils n’avaient rien à craindre de Lena. Elle n’était pas idiote, ils ne pourraient certainement pas la berner bien longtemps – si tant est qu’elle ne soit pas déjà au courant. Mais elle n’était surtout pas méchante pour deux sous, il craignait tout le contraire de ce que pouvait craindre Rory, qu’elle accepte tout cela sans dire un mot, et avec le sourire, alors qu’elle souffrirait intérieurement. Elle était plutôt du genre à tout porter toute seule, et à pousser sa gentillesse jusqu’à essayer de les remettre ensemble si elle se mettait dans la tête que c’était ce qu’il leur fallait. Et si jamais elle était réellement blessée et en colère, elle n’était pas sournoise, ils verraient venir le coup à des kilomètres. Et Jess était tout à fait prêt à prendre l’entière responsabilité des événements sur son dos – autant pour préserver Rory que parce qu’il était effectivement seul fautif. La jeune journaliste n’avait donc, réellement, rien à craindre.


« C’est la pire idée de notre vie. »

Il sourit. C’était loin d’être le cas. Il avait fait tout un tas d’erreur, certaines qu’il regrettait bien plus que d’héberger Rory – comme s’enfuir de Stars Hollow comme un voleur avant de se rendre compte qu’il l’aimait bien trop pour pouvoir de séparer d’elle.

« Peut-être qu’elle sait, oui… Je préfèrerai que non, pour la protéger mais… Mais même si c’est le cas tu n’as pas à t’en faire. Elle vraiment n’est pas méchante. Je risque de passer un sale quart d’heure, et je la perdrai définitivement, mais toi tu n’as vraiment rien à craindre. Il ne lui viendrait jamais à l’esprit de t’en vouloir. Je la connais. »

S’il avait l’air plus ou moins détendu jusqu’à présent cette dernière tirade l’avait assombri. Ces paroles qui se voulaient rassurantes ne l’étaient que pour la jeune femme. Au contraire, pour lui, elles étaient terribles. Il ne supportait pas la gentillesse extrême de sa compagne, car il avait nettement l’impression d’en profiter. Et l’idée de la perdre et de la faire souffrir lui étaient aussi insupportables que de perdre ou de faire souffrir Rory. Cette histoire était inéluctablement inextricable.

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Jeu 22 Mai - 5:41

Les mots qu’il venait de prononcer avaient eu pour but de rassurer Rory…mais ils n’avaient pas accompli leur mission, bien au contraire. Ils avaient une telle force…ils étaient si emplis d’amour sans pourtant en parler…et surtout ils ne lui étaient pas destinés… ! Etant entre ses bras, Rory était donc assurée qu’il ne verrait pas sa réaction. Elle ferma les yeux, crispant ses mains délicates en poings haineux. Comment pouvait-elle faire cela…au nom de quel dieu se permettait-elle d’interférer dans un couple si parfait que Lena et Jess pouvaient l’être !!! Il l’aimait bon dieu ! Il était encore amoureux de la blonde alors…comment pouvait-elle permettre ce qui se passait entre eux deux !!! Cette relation…c’était malsain !!! Ils se détruisaient l’un l’autre sans même le voir. Lui en aimait une autre et souffrait d’être tiraillé entre amour et attirance… ! Elle n’aimait que lui et souffrait que ce ne fut pas au grand jour… !

Elle ne dit rien cependant, pourtant elle aurait dû parler, c’était à son tour mais, trop prise dans les méandres de son esprit, elle ‘y arrivait pas.

D’un autre côté, elle pensait à ses derniers jours en sa compagnie. Tout n’avait pas été rose mais…tout avait été plus beau et ce pour une seule raison…Jess avait été à ses côtés. Il avait été là pour la consoler quand Logan lui avait appris qu’il la mettait dehors, il avait été là quand Logan l’avait rappelé…et il avait été à ses côtés pour accueillir Emma et rester forte. Et durant ses instants si parfaits, Rory avait été certaine qu’il était plus que jamais l’homme avec qui elle voulait passer le restant de sa vie. Jamais elle n’avait autant douté qu’en cet instant car l’évidence avait été si forte. Jess et elle étaient faits pour vivre à jamais ensemble. Jess était tout ce qu’elle avait toujours recherché. Il l’avait été dès leur adolescence à Stars Hollow et il le serait jusqu’à son dernier souffle. C’était en elle, au plus profond de son être, la seule vérité possible.

Mais en cet instant… ! « Je la perdrai définitivement »…cela semblait sonner comme le plus déchirant des regrets… ! Et force était de constater qu’il était bien douloureux pour Rory d’accepter cette idée…. ! Certes elle avait toujours su qu’il aimait encore Lena…Il vivait avec elle, elle était sa fiancée… ! Mais elle réalisait à l’instant qu’il avait véritablement peur de la perdre…et de ce fait…elle prenait conscience du choix du beau brun par la même occasion. Il ne renoncerait jamais à Lena.

Ciel qu’il allait être difficile après cela de faire bonne figure durant cette semaine… ! Mais au moins un problème était réglé… ! La tentation de se retrouver près de Jess, de pouvoir sentir ses bras autour d’elle, de risquer une crise cardiaque à chaque frôlement de leurs corps allait disparaitre. Elle l’aimait… elle l’aimait comme elle n’avait jamais aimé…elle l’aimait au point de se sacrifier sans en dire un mot au profit d’une autre…pour le seul bonheur de son compagnon.

Décrispant ses poings, elle rouvrit les yeux, prenant une profonde inspiration avant de se décoller légèrement de lui pour lui offrir un sourire qu’elle aurait aimé sincère. La tempête s’était apaisée en elle, Jess avait finalement su trouver les mots pour la calmer, même si ils n’avaient pas fait passer le meilleur des messages. Elle se hissa sur la pointe de ses pieds et embrassa doucement sa joue avant de retrouver le sol.


-Bon…donne-moi quelques secondes et…on pourra y aller.

Elle lui offrit un nouveau sourire, celui-ci plus sincère avant de se défaire de lui pour aller chercher ses valises et se diriger vers son manteau. Un dernier regard à l’appartement… ! Il avait été le théâtre de tant d’évènements en si peu de temps. C’était à cette fenêtre qu’elle avait réalisé qu’elle l’aimait toujours et…à ce bar qu’ils s’étaient disputés pour la première fois… ! C’était sur ce plan de travail qu’ils avaient mangé tout en se cherchant amoureusement…c’était sur ce canapé qu’ils s’étaient réconcilié tant de fois. Au final, seul la chambre resterait vide de tous souvenirs. Elle en sourit tristement. Ce lieu allait lui manquer…il était devenu son refuge, le lieu de leurs amours coupables… ! En fermant la porte, elle dirait à jamais au revoir à cette vie de pêchés… Elle aimait Jess du plus profond de son âme et c’était cet amour qui lui en donnerait la force.

Elle se tourna vers son amant qui s’approchait, le visage serin. Il était si beau…


-Tu es prêt ?

Et c’était pour cet homme si beau, si parfait tant extérieurement qu’intérieurement qu’elle allait renoncer à son propre bonheur…ou plutôt pas exactement…elle serait heureuse en un sens…heureuse de le voir heureux. Et si son bonheur à lui passait par la présence de Lena, alors que pouvait-elle y faire ?

Elle savait qu’elle allait vivre la plus horrible, la plus difficile, la plus pénible des semaines de toute sa vie. Elle allait avoir à les regarder s’aimer jour après jour….pendant de longues journées…mais malgré tout, elle souriait…car il en serait ainsi pour son bonheur à lui. La battante qu'elle était baissait donc les armes. Après tout, s'ils étaient vraiment fait l'un pour l'autre, ils se retrouveraient tôt ou tard...en attendant, elle avait déjà bien pu profiter de leur amour, et...à présent elle ne penserait qu'au bien-être de l'amour de sa vie.

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Jeu 22 Mai - 12:11

Il avait peur de les perdre et de les faire souffrir, presque autant l’une que l’autre. Les faire souffrir, il n’y pouvait rien, l’une d’elle serait profondément blessée, c’était inévitable. En revanche, il n’était peut-être pas forcé de les perdre, il lui restait peut-être une chance sur mille, mais il lui restait, quelque part, une probabilité. La probabilité que l’une d’elle puisse ravaler sa fierté et rester son amie. Il ne pourrait lui donner, à terme, rien d’autre que cette amitié, alors qu’elle rêverait certainement de plus – ce qui la ferait très certainement souffrir – mais en bon égoïste qu’il était il voyait là la meilleure des solutions. La question en devenait alors simple : laquelle des deux serait prête à rester son amie. Il ne pouvait l’être avec Rory, ils avaient bien vu ce que ça avait donné lorsqu’ils avaient essayés, alors… Il coupa net ses réflexions sans oser en prononcer la conclusion. Il était purement idiot de réfléchir de la sorte, et d’en choisir une dans le seul but de garder les deux. En outre, il s’était promis de faire une pause dans ce genre d’analyse tant qu’ils seraient condamnés à vivre tous trois sous le même toit. Il aurait bien le temps de s’y remettre par la suite, les idées peut-être plus claires, d’ailleurs, d’avoir laissé les choses se tasser.
Il était étonnant de voir qu’il y avait un tas de critères objectifs sur lesquels se baser : leur amour, leur attachement, la force qu’elles mettaient à combattre. Mais tout cela ne valait rien, car son amour seul comptait… Et l’amour n’est pas objectif. Dans le cas contraire son choix n’en aurait d’ailleurs pas été plus facile, Lena était prête à se sacrifier corps et âme pour lui, mais Rory lui montrait chaque jour un peu plus tout ce qu’elle était prête à endurer. Plus le temps passait et plus il ressentait la difficulté de sortir de cette situation. Et plus il ressentait l’urgence aussi. Il fallait s’en sortir avec que l’un d’eux craque, ou avant que tout s’enlise, car souvent le provisoire devenait définitif.

Quoi qu’il en soit, la jeune femme attira son attention. Elle s’était raidie, il l’aurait parié… Et cela n’annonçait rien de bon. Il fut alors bien en peine de trouver ce qu’il avait pu dire de si contrariant, jusqu’au moment où cela lui paraisse limpide : il avait profondément manqué de délicatesse. Rory n’était pas sans savoir que s’il l’aimait il n’en aimait pas moins Lena, mais elle n’avait certainement pas besoin de l’entendre. Il était même cruel d’oser parler ainsi de son amour pour une autre devant elle.
Et, soudainement, il se sentit bien seul. Il n’avait personne à qui réellement parler de ce qu’il pensait, de ce qui lui arrivait. Personne sur qui se reposer un peu, personne pour l’aider à y voir plus clair. Il était désespérément seul. Il avait des amis, mais des amis à qui il ne pouvait pas décemment raconter être pris entre deux feux. Il ne fallait même pas penser à pouvoir parler à Lena. Rory aurait été la seule à pouvoir comprendre, la seule à savoir l’écouter… Mais il ne pouvait tout lui raconter, pour la préserver. Elle savait à quel point le choix était, pour lui, cornélien, elle savait qu’il les aimait toutes les deux… Mais il n’avait pas le droit de lui dire clairement, car savoir et entendre n’avait définitivement pas les mêmes conséquences.

Elle l’abandonna finalement, sans qu’il n’ait eu le temps de dire quoi que ce soit.
Pour dire vrai, le temps il l’aurait eu s’il avait voulu… Mais il ne savait clairement pas quoi dire pour rattraper le coup. Son vœu le plus cher aurait été de pouvoir exprimer à quel point il l’aimait, elle aussi. Cependant, il ne le pouvait toujours pas. Il savait qu’il devait parler, que c’était la base, et blablabla. Il savait qu’il pouvait la perdre à nouveau à force de ne pas savoir lui montrer ses sentiments, mais une fois encore cela était bien au-dessus de ses forces. Il la laissa donc s’éloigner à regret, sans pour autant perdre son sourire.
À son tour, le jeune homme approcha de la porte. Il n’avait pas la moindre envie de partir. Il sentait que cela clôturait un passage de leur vie, sans arriver à s’expliquer pourquoi, mais par dessus tout, il savait qu’il s’agissait là des derniers instants auxquels il aurait droit en tête à tête avec elle… Et ceci lui était purement insupportable.
À sa question il hocha simplement la tête. Il était prêt. Plus ou moins. Il fallait bien le faire, et remettre les choses à plus tard ne changerait pas grand-chose, alors autant se jeter à l’eau. Cependant, c’est d’elle qu’il s’approcha à nouveau, pour leur donner l’occasion de profiter quelques instants encore des bras l’un de l’autre. Il plongea ses yeux amoureux dans les siens un petit moment avant de l’embrasser à nouveau. Elle l’appelait irrémédiablement à lui sans même s’en rendre compte, il se sentait sans arrêt attiré à elle comme à un aimant. Une fois sortis d’ici, il savait à quel point il ne devrait jamais relâcher sa vigilance, sans quoi il se retrouverait auprès d’elle sans même en avoir conscience. Son séjour ne s’annonçait pas de tout repos.
Mais pour l’heure, le plus important était d’essayer de lui faire passer par ses lèvres, par ses yeux, par son corps tout entier, le message qu’il n’avait su lui délivrer oralement : il l’aimait.

Suite à quoi, Jess attrapa la valise en soupirant, avant de déposer un nouveau baiser sur ses lèvres. Quand il faut y aller…
Ils sortirent donc, plus ou moins à regret, et descendirent les escaliers qui les menèrent vers l’extérieur. Le soleil, une fois encore, brillait de toutes ses forces sur la tête des pauvres new-yorkais. Il était toujours épatant de voir à quel point il pouvait faire chaud en été et froid en hiver. Mais peu à peu le ciel, déjà, se couvrait. Les orages provoqués par la chaleur étaient ici chose fréquente et insoutenable, le temps n’en devenant par la suite que plus lourd, presque irrespirable.
À distance raisonnable de la voiture il la déverrouilla et plaça la valise dans le coffre, non sans attendre une réaction de la jeune femme sur le standing du carrosse qu’il lui avait apporté. Finalement, alors qu’il s’apprêtait à ouvrir la porte côté passager, pour y faire monter sa jeune compagne il ne put retenir un : « C’est pas à moi. » Autant mettre définitivement les choses au clair. Oui, il vivait dans un luxe qu’il avait bien du mal à assumer, mais rien de ce qu’elle pouvait voir ne lui appartenait réellement. Il vivait plus ou moins au crochet de Lena – ce qu’il n’appréciait pas vraiment. Cependant, même s’il en avait légèrement honte il préférait que miss Gilmore soit au courant, il voulait se laver les mains de tout ce luxe auquel il n’était pas vraiment habitué.
À son tour, il monta dans la voiture.


Spoiler:
HJ : Par soucis de réalisme, voilà la voiture, mais en noire reflet cerise :


Et même l'intérieur Razz:

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Jeu 22 Mai - 14:59

Hj : Wouaouw ça c’est de la voiture.
____

Il lui avait pris les valises des mains et s’était dirigé vers la sortie, non sans lui avoir volé un dernier baiser. Cela par contre, elle ne pourrait pas y renoncer…premièrement parce qu’elle n’y tentait pas…et ensuite, parce que cela aurait bien trop révélé la nouvelle façon de penser de la belle jeune femme aux yeux de Jess. Elle l’avait ensuite suivi, avant de verrouiller la porte et de cacher la clé sous le paillasson, comme Logan le lui avait demandé. Une page se tournait… !

Elle avait ensuite suivi Jess jusqu’à ce qu’il s’arrête pour ranger les valises de Rory dans un coffre…et pas n’importe lequel…Rory avait ouvert de grands yeux d’étonnement face à la voiture qu’il venait d’ouvrir. Elle se doutait cependant de qui en était la propriétaire…Lena évidement. Ce que Jess lui confirma, presque embarrassé en lui ouvrant la portière.

Ce qui était fou avec les voitures des personnes aisées…c’était de voir à quel point elles paraissaient toujours neuves et impeccables…l’habitacle était d’un chic. Une fois assise, Rory n’osa rien toucher de plus que le cuire sur lequel elle reposait. Non pas qu’elle n’en ait pas eu l’habitude… ! Entre ses grands-parents et Logan, elle avait été habituée à un standing minimum concernant les voitures – Logan lui avait même un jour prêté limousine et chauffeur pour rentrer à Stars Hollow et consoler Lorelai – Mais cette voiture là…c’était…comme sa propriétaire…Elle se sentait intimidée.

Le temps qu’elle se perde dans ses réflexions, Jess était installé à ses côtés et démarrais la voiture. La radio s’était allumée laissant ainsi à un inconnu déblatérer tout un tas d’informations qui pour l’instant n’atteignaient pas la conscience de Rory. A vrai dire, actuellement, elle se demandait surtout que lui dire… !

A présent qu’elle avait réalisé l’amour que Jess avait pour Lena, elle se sentait presque gênée de se tenir ainsi, à ses côtés et plus encore qu’il ne l’emmène chez eux. Et…qui connaissait Rory, savait que lorsque la jeune femme était mal à l’aise…son flot de parole se mettait alors en marche pour ne plus d’arrêter… !


-Ça sent l’orage, tu ne trouves pas ? L’orage…c’est bien…la nature en as besoin…

Il y avait mieux comme sujet…mais…elle était lancée…et plus quit à n’avoir rien à dire, autant prendre le premier sujet qui arriverait !

-Et à ce propos, tu savais que la composition du mot orage est très intéressante à étudier !!! En fait, le suffixe age  veut dire ancien français et ore, signifie « vent » ! Oh !! Et la foudre !!! Savais-tu qu’elle frappait plus en Amérique et en Afrique que partout ailleurs dans le monde !!!

Son regard était rivé sur l’extérieur, son corps légèrement tourné vers la porte…elle avait hâte de sortir de cette voiture. A vrai dire elle avait hâte que toute cette folie se termine. Elle n’était même pas encore arrivée chez Lena qu’elle n’en pouvait déjà plus… !

-Et tu savais que même un orage des plus bénins comportait de la foudre ?? J’ai vu un reportage à ce sujet il n’y a pas longtemps !!! Ils y disaient en fait que…les avions et les planeurs, même s’ils étaient touchés n’étaient que rarement accidentés car, en fait, la carcasse de l’avion produit l’effet de la cage de Faraday !!!

Elle ne s’arrêtait plus, son flot de parole était impressionnant et à ce rythme-là, Jess avait déjà certainement compris à quel point elle stressait intérieurement. Ce qu’il ne devait pas comprendre en revanche, c’était pourquoi. Et elle, le savait-elle vraiment ? Elle avait réalisé quelque chose de difficile aujourd’hui. Elle avait décidé de…lâcher prise ? Non qu’elle ne l’aime pas, bien au contraire, c’était pour lui qu’elle avait pris cette décision. Mais il ne devait pas le savoir…sans quoi il serait certainement furieux…furieux qu’elle baisse les bras.

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Jeu 22 Mai - 15:59

HJ : Ah ben oui, tant qu’à faire Razz Je peux pas l’avoir pour moi, alors je l’offre généreusement à mes pauvres petits personnages ^_^


L’ambiance était presque lourde. Personne ne disait mot, et, pour une fois, il sentait à quel point ce n’était pas agréable. Avec Rory, il avait plutôt l’habitude des longs silences, mais en général il n’y avait rien en cela de dérangeant. Ils se connaissaient assez pour ne plus avoir peur de ne rien avoir à dire, pour ne plus avoir peur de l’ennui de l’autre. Mais cette fois il sentait sur ses épaules la lourdeur du mutisme. Il ne le comprenait pas vraiment, mais ne le sentait pas moins. Si cela continuait de la sorte le trajet, qui durerait quand même une bonne heure – il était encore plus dur de rentrer à Manhattan que d’en sortir – serait interminable. Le calvaire commençait donc bien avant d’arriver chez eux.
Il soupira mais ne dit rien, essayant tant bien que mal de se concentrer sur la route. Il n’avait passe envisagé à quel point il pouvait être déplaisant d’avoir Rory Gilmore sur le siège passager. Et là, ce n’était pas de sa faute, ça ne concernait pas leur manque apparent de paroles, ni l’ambiance. C’était seulement que… Il y avait bien longtemps qu’ils n’étaient pas montés ensemble dans une voiture qu’il conduisait. Cela remontait à des années… Il ne pensait pas encore la blessure si profonde. Et pourtant, à présent qu’il était là, le volant à la main, à présent qu’il la voyait à ses côtés… Le décor n’était plus le même, la voiture non plus. Ils n’étaient pas à Stars Hollow, il ne faisait pas nuit, et il ne conduisait pas une voiture assemblée par un boy scout. Pourtant, toujours revenaient à son esprit les mêmes images. Il n’était pas vraiment responsable de l’accident, mais ne s’en était pas moins senti coupable. C’était très certainement idiot, mais il avait l’impression d’avoir à ses côtés la chose la plus fragile au monde. Il savait pertinemment qu’il y avait peu de chance que le même incident se produise deux fois, qu’elle ou une autre ne changeait substantiellement pas leur chance d’avoir un accident, mais ça ne l’empêchait pas d’avoir peur. Lui qui faisait d’ordinaire peu attention à la route roulait, cette fois, avec la plus grande prudence.

Heureusement, Rory eut la bonne idée de se mettre à parler ce qui, petit à petit, participa à sa décontraction. Dès les premiers mots il n’avait pu que se douter de ce qui était en train de se passer. Et il avait eu raison, peu à peu le flot de ses paroles commençaient à s’intensifier, elle parlait pour ne rien dire et exprimait à peu près toutes les idées qui lui passaient par la tête. Il n’y avait qu’une explication à cela : elle était stressée. D’ailleurs, il n’écoutait pas vraiment ce qu’elle disait, sachant à quel point cela avait un intérêt relatif. En revanche, il l’observait, de plus en plus intensément, jusqu’à ne garder qu’un œil distrait sur la route. Elle était tellement adorable quand elle agissait de la sorte, plus que jamais il rêvait de la prendre dans ses bras, de la couvrir de baisers. Si elle était déjà dans cet état, il n’imaginait pas comment elle serait quand ils arriveraient enfin à destination. Si elle ne se calmait pas immédiatement et continuait à monter en pression tout le long du trajet elle serait morte avant d’arriver.
Alors, passant la voiture en automatique – lorsqu’il avait le choix le jeune homme préférait nettement passer les vitesses – il put libérer sa main droite qui vint naturellement se poser sur la jambe de la demoiselle. Elle ne l’avait pas regardé une seule fois depuis qu’ils étaient entrés dans la berline, et il espérait que ce simple contact la ramènerait près de lui, qu’il puisse tenter par un sourire de lui transmettre sa sérénité, avant qu’à son tour elle déclare forfait.
En attendant, il ne regardait plus qu’elle, ou presque. Heureusement, la circulation, malgré le nombre de voitures, restait, pour l’heure, encore fluide, ce qui lui permettait de ne lui accorder qu’une attention modérée. Et plus il l’observait, moins il comprenait son état. Pouvait-elle être perturbée à ce point de vivre avec eux ? Il s’en voulait plus à chaque seconde de lui imposer cela… Doucement, il sentait la pression monter. Elle commençait à lui transmettre un stress dont il ne connaissait pourtant pas la réelle origine. Lâchant quelques secondes le volant il chercha ses cigarettes qu’il posa sur le tableau de bord. Il s’interdisait de fumer – pas dans la voiture, pas avec Rory juste à ses côtés – mais il était bon de savoir qu’elles étaient à portée de main.
Jetant un nouveau rapide regard à la route il soupira.


« Tout va bien se passer, ne t’inquiète pas. »

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Jeu 22 Mai - 16:33

Deux évènements successifs vinrent mettre fin à toutes ces paroles sans aucun sens. Premièrement, la main du jeune homme s’était posée sur le haut de sa jambe, elle avait été surprise, elle avait d’ailleurs légèrement sursauté et retourné son regard vers lui. Ce simple geste lui avait fait tant de bien et leurs regards s’étaient retrouvés l’espace d’un instant. C’était fou à dire, mais…à cet instant précis, elle aurait tant aimé se retrouver dans ses bras… ! Elle posa sa main sur la sienne en lieu et place d’un câlin. Elle lui sourit tendrement et…alors qu’elle allait poursuivre sur un autre sujet que les orages, il la coupait à nouveau, mais cette fois-ci, par des paroles qui vinrent réellement la toucher.

Il n’en savait rien, pas plus qu’elle, mais le simple fait de l’entendre de sa bouche l’avait grandement rassurée. Prenant une profonde inspiration à son tour, elle acquiesça, caressant légèrement la main du jeune homme qui était sur sa cuisse, reportant à nouveau son regard sur l’extérieur. Après tout, il avait raison. Rory s’était emballée sans aucune raison, tout cela n’était dû qu’à ses idées. Elle savait qu’il pourrait l’aider, il l’avait toujours fait… ! Mais pour se faire, elle devait communiquer. Jess n’était pas télépathe… ! Il ne pouvait pas savoir ce qui la rendait si nerveuse… !


-Excuse-moi, tu as raison c'est stupide je ne sais pas pourquoi je me suis mise dans un état pareil…c’est juste que…je sais que maintenant tout va être différent et,…ça m’effraie… !

Rory n’avait pas l’intention de tout lui dire, elle ne parlerait pas de ce qu’elle venait de réaliser quelques instants auparavant. Elle ne parlerait pas de son choix de s’effacer au profit de son bonheur…elle avait juste besoin de lui dire à quel point tout cela lui faisait peur.

-J’avais juste besoin de savoir que tout ira bien…Et tu viens juste de me le confirmer...alors…merci.

Elle retourna son regard vers lui, un peu hésitants. Elle venait d’avoir une idée…mais ce n’était pas forcément la meilleure qu’elle ait pu avoir… Elle aurait aimé qu’ils se retrouvent, une toute unique et dernière fois avant d’atteindre le foyer de Lena…Tout absorbée par ses préoccupations, elle n’avait pas pleinement réalisé qu’ils n’avaient pu se dire au revoir convenablement et qu’elle allait devoir passer une semaine entière en se comportant comme une parfaite étrangère vis-à-vis de lui…

-Tu…crois qu’on pourrait faire une pause en chemin… ?

Une pause, s’était une idée idiote étant donné qu’ils venaient à peine de partir. Mais s’il ressentait la même urgence qu’elle, il comprendrait vite que cela n’avait rien à voir avec une fatigue quelconque… c’était juste l’envie de leurs corps se retrouvant une toute dernière fois avant des jours d’abstinence… ! Elle avait besoin de le sentir une toute dernière fois rien qu’à elle avant de s’effacer complètement. Instinctivement, sa main se resserra sur la sienne, alors que son regard était toujours fixé sur le paysage qui défilait.

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Jeu 22 Mai - 17:18

En quelque sorte, il venait de lui faire une nouvelle promesse, celle que tout se passe bien. Pourtant, il n’en savait rien. Il avait simplement envie d’y croire. Il avait envie de croire en la bonté légendaire de Lena, il avait envie de croire en son éducation et en celle de Rory, il avait envie de croire que la cohabitation, si chacun y mettait un peu du sien, pourrait être bien plus agréable qu’il n’y paraissait. Il y avait envie d’y croire parce qu’il aimait, parce qu’ils les aimait. Il avait de ce fait confiance en elles, il pensait être à même d’éviter autant que possible les pots cassés et, chose étrange, se sentiment lui donnait même foi en l’avenir. Ils étaient tous en bien mauvaise posture, et pourtant il ne pouvait plus s’empêcher d’y croire. Qui connaissait Jess savait bien que c’était plutôt rare. Il n’était certainement pas le plus grand optimiste que la terre ait eu en son sein, bien au contraire. Mais avec Rory, parfois, il voyait le monde différemment. Il s’était accroché à elle comme une moule à son rocher, en dépit de tous les événements fâcheux. C’est bien qu’il y avait cru. Et cet espoir était rené avec son amour.
Ce qui ne l’empêchait pas d’être anxieux. Il évitait à présent les promesses comme la peste. Il ne savait pas les tenir, une fois sur deux il décevait… Et il en avait plus que marre de décevoir tout le monde en permanence. Une fois n’est pas coutume, il redevenait ce pauvre petit adolescent un peu perdu. On ne change jamais vraiment, on peut tenter, mais les peurs les plus ancrées ne peuvent disparaître. La déception de son entourage restait sa plus grande angoisse. D’autant qu’elle amènerait, en l’occurrence, sa sœur, la peine. Il ne voulait pas la voir triste comme il refusait de la décevoir. Et pourtant, malgré son désir de faire les choses plus proprement il n’arrêtait ni de la blesser ni de la dépiter.

Enfin, elle s’expliqua. Et le jeune homme ne put qu’acquiescer. Il la comprenait pour être dans la même situation. Lui non plus ne voulait pas du changement, dans quelque sens qu’il soit. S’il avait été certain que les choses ne se finissent pas mal il aurait pu même passer des années dans la même situation que jusqu’à présent, si cela n’était pas aussi douloureux. Mais il avait fini par apprendre que les changements faisaient partie de la vie. On ne pouvait rien contre eux. Ce changement là était aussi inéluctable que celui qui adviendrait quand il aurait fait un choix. Il y avait toujours une suite d’événement qui intervenait dans le seul but de changer notre petit confort en situation périlleuse, jusqu’à une nouvelle stabilité. Tant bien que mal le jeune homme essayait de s’en accommoder. Ce qui ne l’empêchait pas d’être être tout aussi effrayé qu’elle.
Il lui sourit doucement – décidément, la route n’était plus vraiment sa principale priorité. Il était heureux d’avoir pu l’aider à reprendre ses esprits, il était heureux d’avoir pu la calmer, même si cela impliquait une nouvelle promesse, mais ce qui le touchait le plus était de voir à quel point elle avait confiance en lui.

C’est alors qu’elle lui proposa de leur accorder une petite pause. Ils venaient de partir, et un œil extérieur n’aurait certainement pas bien compris en quoi ils avaient déjà besoin de s’arrêter… Mais Jess ne fut pas long à saisir ce qu’elle en attendait réellement. Une fois encore, il ne pouvait qu’être pleinement d’accord. Ils venaient peut-être à peine de partir, mais il sentait déjà l’envie de l’avoir contre lui grandir en lui. Il avait besoin d’une dernière étreinte, d’un au revoir digne de ce nom. Pour être plus exact, il voulait une multitude d’au revoir. Il rêvait réellement de pouvoir étancher sa soif d’elle, avant qu’ils soient obligés de se tenir à l’écart l’un de l’autre des jours durant.
Il déplorait même de devoir passer une heure entière à ses côtés sans rien pouvoir tenter pour la simple et bonne raison qu’il devait conduire. Finalement, il aurait dû appeler Henry, leur chauffeur, ils auraient alors eu une heure entière pour se dire adieu.

« On pourrait en faire des dizaines. »

Il lui sourit. C’était avec humour qu’il avait dit cela… Mais ce n’était pas totalement faux. Il était prêt à s’arrêter dès que l’occasion se présenterait, dans le seul but de pouvoir passer encore quelques instants précieux en sa compagnie. Après tout, ils avaient le temps. Ils pourraient bien mettre deux heures à rentrer, qui s’en formaliserait ? Rien ne les attendait, ils n’avaient aucune obligation. Ou plutôt, si, il y avait Lena, mais du moment qu’ils arrivaient pour le dîner elle ne penserait même pas à se demander ce qu’ils avaient bien pu faire. Le trafic était plutôt dense, elle ne savait pas temps qu’ils avaient passés chez Rory… Ils auraient pu mettre trois heures à rentrer qu’elle n’aurait pas trouvé cela étrange. Peut-être parce que, venant de Jess, elle en avait plus que l’habitude. Il lui aurait dit qu’il avait décidé de faire un détour par Los Angeles qu’elle n’aurait rien trouvé d’autre à rétorquer que d’être bien présent pour le dîner. Un jour, sa bienveillance extrême la perdrait… Peut-être était-ce, d’ailleurs, déjà le cas.

La main toujours posée sur la jambe de son âme sœur, à la caresser avec délicatesse, il n’en réussit pas moins à bifurquer, afin de se retrouver dans une rue bien moins passante où ils auraient donc plus de chance de pouvoir s’arrêter.
Sans jamais bouger sa main il se gara avec habileté – il aurait aimé que tous ceux qui l’accusaient de ne pas savoir conduire puisse le voir en cet instant. En vérité, il ne conduisait vraiment pas mal… Il semblait juste peu prudent en règle générale. Mais il savait ce qu’il faisait.
Quoi qu’il en soit, ils étaient maintenant arrêtés. Et Dieu sait qu’il aurait aimé apparaître moins affamé mais il ne put s’empêcher, à peine le moteur éteint, de s’approcher lentement d’elle pour l’embrasser une fois encore.

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Jeu 22 Mai - 17:48

hj : je suis amoureuse de ton post.<3
______

Des dizaines de pauses, elle ne s’en plaindrait pas, mais Lena par contre risquerait de les attendre…car s’ils devaient s’arrêter à chaque fois que l’envie de se rapprocher physiquement les prenait…ils n’arriveraient pas avant des jours… ! Ce qui aurait plutôt arrangé Rory après tout…ainsi fini la corvée de devoir partager le toit du couple… ! En passant des jours sur la route avec lui, elle aurait changé le négatif en du plus que positif.

Mais ce n’était clairement qu’une chimère…car sachant ce qu’elle savait à présent, elle aurait pu parier que Jess avait besoin de retrouver Lena dès le soir même…Il aurait besoin de l’embrasser, de la prendre dans ses bras et…de lui prouver tout son amour une fois leur lit conjugal retrouvé… ! Elle frissonna à cet idée alors que Jess bifurquait dans une rue plus petite, ce qui mis définitivement un terme à ses pensées destructrices

Était-ce un raccourci ? Il se garait à présent et coupait le moteur. Rory retourna immédiatement son doux regard sur lui. Ici ? Maintenant ? Elle n’aurait pas pensé qu’il en ait autant envie qu’elle au point de s’arrêter si vite…mais elle ne pouvait le lui reprocher, en ayant tellement besoin elle aussi.

Ils étaient à présent arrêté et elle n’attendu pas qu’il avance plus pour venir à sa rencontre. Une fois de plus leurs bouches se retrouvaient avec cette tendre passion qui les animait. La main de Rory avait glissé le long de sa nuque pour mieux le rapprocher d’elle, faisant de son côté de son mieux pour en faire de même. Tant d’amour passaient par tous ses gestes, tous ses regards, tous ses baisers…il était impossible au jeune homme de ne pas comprendre le message… ! Elle l’aimait et…elle serait prête à tout sacrifier pour lui. Elle allait d’ailleurs le faire dès ce soir, dès qu’il aurait retrouvé sa femme.

Mais pour l’heure…pour l’heure elle ne devait pas y penser, elle voulait profiter de chaque seconde qui comme à leur habitude partiraient en fumée en si peu de temps… !!! Entre deux baisers un peu plus enflammés, elle lui avoua son amour si fort avant d’étouffer à nouveau ses pensées contre les lèvres de son amant.

En un sens, cela n’était pas plus mal qu’ils se retrouvent dans une voiture plutôt qu’ailleurs…là au moins les choses ne pourraient pas déraper…ou du moins, c’est ce qu’elle se disait pour garder les idées clair.

Mais très vite l’air vint à manquer et elle dû se détacher de ses lèvres, relevant la tête sous l’effet du plaisir qu’il pouvait lui procurer.


-Si toutes les pauses sont ainsi…j’en veux bien des milliers…

Sa respiration soulevait sa poitrine à un rythme plus accéléré qu’à l’ordinaire. Mais déjà elle relevait à ses lèvres, mourir par manque d’air entre les bras de l’homme qui faisait battre son cœur à tout rompre…quelle meilleure fin de vie pouvait-on rêver ?

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Jeu 22 Mai - 20:33

HJ : Merci  Embarassed 


Son cœur aurait pu s’arrêter sous l’effet de la passion, sous l’effet du bonheur, sous l’effet de l’amour. Il venait de prendre conscience qu’il n’arriverait jamais à passer une semaine entière sans avoir droit à ce petit coin de paradis. Il n’avait certainement pas d’autres choix, mais il ne le supporterait pas. Leur jeu en deviendrait dangereux. Il ne devait pas la voir, l’inverse était impossible. S’il la voyait, ne serait-ce que quelques minutes par jour la torture serait bien trop importante. Jusqu’au jour où ça déraperait sans même qu’il s’en rende compte. Avant d’en avoir conscience il serait dans ses bras, sans plus se soucier de ce qu’il y aurait autour d’eux, ce qui était déjà en soi une mauvaise idée. Mais plus que tout, il craignait de ne plus avoir, à ce moment la moindre limite. Les choses pourraient alors incontrôlables. S’il n’avait pas au moins quelques minutes par jour pour eux rien ne pourrait plus les stopper à leur retrouvaille, il commençait à le comprendre. D’autant qu’il serait bien dans l’obligation de la croiser tous les jours, au moins pour les repas. Ils ne pouvaient pas se voir, mais ils le devaient, autant pour leur bien que pour celui de Lena, finalement – bien qu’il puisse avouer à quel point c’était pousser loin le raisonnement. Sous cet angle, la situation était bien plus critique qu’il ne l’avait jamais cru… Et il n’y voyait pas la moindre issue.
Mais il n’était pas l’heure de penser à cela. Il aurait bien tout le temps de se morfondre quand ils seraient tous réunis, quand il verrait à quel point il était coincé. Il pourrait pleurer sur son sort tous les jours les longues heures qu’il passait chaque jour enfermé dans son bureau.
Pour l’instant, il se devait de vivre le moment présent car il filerait bien vite entre ses doigts. D’ailleurs, petit à petit, ses baisers l’empêchaient de réfléchir clairement. Comme à chaque fois l’amour et la passion prenaient le pas sur son cerveau. Son cœur s’emballait autant que son souffle. Il ressentait à la perfection les sentiments qu’elle voulait lui faire passer, et y répondait du mieux qu’il le pouvait. Car lui aussi l’aimait, avec une telle force qu’il craignait de ne pas le supporter, avec tant d’intensité qu’il en avait presque peur. Autant que possible, il tenta de l’approcher de lui en glissant une main sur sa taille. La voiture n’était certainement pas l’endroit le plus confortable du monde, ni le plus pratique, mais à défaut d’autre chose il s’en contenterait avec plaisir. C’est alors qu’elle lui murmura ce qui, pour lui, était l’évidence même, et que pourtant il ne pourrait jamais être lassé d’entendre. Des mots auxquels il ne pouvait pas répondre, des mots qui auraient pu arrêter son cœur de bonheur, comme de tristesse. Elle l’aimait de tout son cœur, elle l’aimait avec une force inimaginable, et il l’aimait autant. Pourtant, ils en souffraient, elle souffrait de savoir qu’elle n’était pas la seule qu’il aimât et il souffrait de ne pouvoir lui en donner plus. Mais toute cette souffrance s’envolait lorsqu’il sentait son amour, lorsqu’il avait l’impression de pouvoir, à son tour, lui montrer ses sentiments. Plus que jamais, il aurait aimé pouvoir lui dire les mots qu’elle aurait tant aimé entendre. Cependant, il ne le pouvait pas, tant parce que sa bouche était occupée à bien autre chose que parce qu’il avait beau tenter, espérer chaque fois être en mesure de le faire, ses mots se perdaient entre son cerveau et ses lèvres. Contre toute attente, et seulement après s’être persuadé en son fort intérieur que ces mots n’avaient pas tant d’importance que cela, il arriva à articuler deux petits mots : moi aussi. Ce n’était pas grand-chose, ça n’avait en soi rien de beau ni de romantique… Mais c’était dit avec une telle conviction, et tellement inhabituel qu’il s’en troubla lui-même quelques instants. Il avait l’impression, parfois, en sa compagnie, d’être au bord du précipice, il avait l’impression qu’elle le poussait à se surpasser sans cesse. D’ailleurs, elle y arrivait plutôt bien, en général, il avait fait pour elle ce qu’il n’aurait fait pour nul autre, pas même pour lui.

Enfin, ils se détachaient plus durablement l’un de l’autre, le temps nécessaire pour remplir leur poumon d’un peu de l’air qui leur manquait cruellement.
La jeune femme en profita pour parler, ce qui lui teinta son sourire d’une pointe d’amusement.

« Marché conclu. »

C’est tout ce qu’il eut le temps de répondre avant de retrouver à nouveau ses lèvres. Ils allaient en mourir, un jour, à n’en pas douter. Mais ils en avaient autant besoin l’un que l’autre, en ces circonstances plus que jamais. Il tenta, une fois encore, de s’approcher d’elle, jusqu’à se retrouver presque à genoux entre leurs sièges.

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Jeu 22 Mai - 21:06

Son contact lui brûlait la peau, sa voix, ses lèvres…tout en lui accélerait le cœur de Rory au point qu’il aurait pu exploser. Et pourtant, tant l’un que l’autre faisait tout ce qui était en son pouvoir pour se rapprocher encore et encore du corps de l’autre… ! Heureusement pour leur salut, le frein à main, le levier de vitesse et le vide-poche se chargeaient de les séparer sensiblement malgré tous les efforts. Ils auraient été tellement mieux sur la banquette arrière… !

Si quelqu’un passait par là, il n’avait qu’à profiter du spectacle, Rory n’en avait vraiment rien à faire à vrai dire…tout ce qui comptait en cet instant était l’homme qui la couvrait d’amour tant avec ses lèvres qu’avec ses mains si parfaites et personne, pas même le plus horrible des voyeurs ne semblait pourvoir les inquiéter…enfin…il y avait bien une autorité qui pourrait les arrêter…la police. Ce qu’ils faisaient avait un nom… et pour ce genre d’acte dit « indécents », un couple avait récemment eu le plaisir de recevoir une amande de 1400 dollars… !

Mais comment penser à ce genre de chose pour l’instant ? Comment penser que ce qu’ils faisaient était mal quand cela leur donnait tant de bien ? Son ventre se tordait de douleur tant elle souffrait de le vouloir à ce point. Ses lèvres quittaient à nouveau celles de Jess. Elle était plus essoufflée que jamais, son corps se cambrait sous l’effet du désir et ses yeux…ils auraient pu enflammer n’importe quoi en ce monde. Pourtant elle gardait les pieds sur terre, l’esprit clair. Elle était certaine qu’elle pourrait tenir, qu’elle tiendrait pour eux car elle savait pertinemment qu’il pourrait le regretter si les choses dérapaient.

Elle ne pouvait pourtant pas retenir ses mains qui, elles, avaient hâte de se reposer sur ce corps qu’elle aimait tant.

Elle n’était plu aussi sagement assise qu’elle l’avait été plus tôt à présent. Si Jess était presque à présent entre les deux sièges, elle se chargeait de combler l’espace qui les séparait, elle aussi à genoux sur l’assise du fauteuil, son corps entièrement offert aux mains de celui qu’elle aimait.

Leurs lèvres ne se touchaient plus, mais elle n’allait pas abandonner sa bouche pour autant, son pouce vint sournoisement effleurer ses lèvres de son amant, alors que ses lèvres se pressaient l’une contre l’autre tant l’envie était de plus en plus dévorante.

Il ne l’aidait pas non plus, ce qui l’avait mise dans cet état ? Deux simples mots : « moi aussi »… ! Il les avait prononcé à la suite de son « je t’aime tant »…et savoir qu’il l’aimait…qu’il le lui avouait enfin…c’était tellement fort… ! Mais encore une fois, elle devait garder les pieds sur terre pour eux, pour lui.


-On devrait arrêter…tant qu’on le peut encore…

Mais elle venait à peine de dire ses mots qu’elle retrouvait déjà les lèvres de son amant. Il la rendait folle, ils se rendaient fou l’un l’autre. Et cela ne laissait rien présager de beau pour cette fameuse semaine à venir…

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Jeu 22 Mai - 22:39

Une seconde. Il ne leur fallait qu’une seconde. Et voilà l’état dans lequel ils arrivaient à se mettre.
C’est péniblement qu’ils respiraient à présent. Alors que tout en eux brûlait, de la cave au grenier, il n’y avait plus une parcelle de leur peau qui ne désire ardemment retrouver sa semblable. L’endroit n’était définitivement pas des plus approprié, c’était avec difficulté qu’ils arrivaient à se toucher. Et pourtant, cela n’empêchait pas la passion d’envahir progressivement leur être entier. Il aurait aimé la sentir plus près de lui, son corps entier ne désirait rien de plus. Pour cette fois il semblait malgré tout sauvés… Ou presque. L’esprit du jeune homme commençait sérieusement à divaguer, et à trouver mille et unes solutions pour rendre la situation plus confortable, mais plus dangereuse aussi.
Plus que son propre désir voir dans quel état se retrouvait sa compagne faisait parcourir son corps de mille frissons. Sa peau devenait presque brûlante sous l’effet de l’envie, son regard suffisait à lui faire perdre la raison, sans parler de ses mains, dont la moindre caresse était supplice et félicité.

Il la regardait à présent, tentant tant bien que mal de respirer, plus ou moins debout face à elle. Elle était sublime, comme toujours, mais l’envie la rendait plus rayonnante encore, elle illuminait son teint, embrasait son regard et ne la rendait que plus désirable. Il aurait vendu son âme, il aurait donné tout ce qu’il avait pour enfin avoir le bonheur, l’honneur immense, de devenir, une bonne fois pour toute, son amant. Cependant, il n’en avait pas plus le droit que d’habitude, et il avait assez confiance pour être persuadé que ça ne dégénèrerait pas plus que ça ne l’avait déjà fait. La constatation de sa beauté eu néanmoins l’effet de l’empêcher de rester ainsi, si loin d’elle. Il s’approcha de nouveau autant que l’espace réduit le leur permettait pour déposer délicatement quelques baisers dans le cou de la jeune femme. C’est à ce moment qu’elle parla. Elle avait très certainement raison, ils auraient dû s’arrêter tant qu’il était encore temps.

D’ailleurs, sa remarque lui fit relever la tête, mais ce ne fut que pour mieux retrouver ses lèvres. Il en soupira de bonheur. Plus le temps passait et plus elle lui devenait indispensable. De jours en jours, de semaines en semaines, il avait encore plus besoin d’elle… Et son désir avait grandi de pair avec son besoin. Déjà, il ne pensait plus qu’à elle, ne rêvait plus que d’elle, ne vivait plus qu’à travers elle. Et s’il ne pouvait s’empêcher de la vouloir à ses côtés lorsqu’elle était à des dizaines de kilomètres qu’en serait-il lorsqu’elle serait au bout du couloir ? Comment pourrait-il résister à cette envie ? Il ne s’agissait même plus de savoir comment se comporter lorsqu’ils se retrouveraient dans la même pièce. Finalement, le problème était bien plus compliqué que cela, il allait déjà la voir très régulièrement – presque tous les soirs – lorsqu’ils étaient séparés par l’East River, rien ne l’empêcherait plus de passer des heures entières en sa compagnie alors qu’il n’avait même plus besoin de quitter son appartement. Car outre le fait qu’il ne puisse lui résister physiquement, il avait aussi un besoin permanent de lui parler, de tout et de rien, pour le simple plaisir de s’entretenir avec elle. Il ne traversait pas la moitié de la ville dès que lui prenait l’envie de la voir car il ne serait, sinon, jamais rentré chez lui, mais quand il ne fallait plus que quelques secondes pour la retrouver… Cette entreprise était impossible. Il n’y arriverait jamais. Jamais il ne pourrait résister à ses envies les plus profondes de la sorte. Il se retrouvait avec les deux femmes qu’il aimait à sa totale disposition – ou presque… Il ne pourrait décemment résister ni à l’une, ni à l’autre, et de cette sorte leur ferait du mal à toutes deux. C’était un suicide, pur et simple, et dans les règles de l’art.

Quoi qu’il en soit, une fois de plus, il repoussa avec férocité toutes ces pensées. Après tout, il était bien trop tard pour faire demi-tour. Advienne que pourra.
Péniblement, il se sépara de ses lèvres, juste le temps de murmurer quelques paroles, alors que l’un de ses doigts jouait avec l’extrémité du tee-shirt de la demoiselle, caressant parfois sa peau au passage.


« On repart ? »

Bien entendu, ils commençaient à en avoir l’habitude, si ses mots disaient une chose son corps s’empressait de faire l’inverse. C’est ainsi qu’il l’embrassa à nouveau, y mettant une fois encore un savant mélange d’amour, de passion et de tendresse.

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Ven 23 Mai - 5:39

Encore une fois ils étaient tellement sur la même longueur d’onde, désiraient tellement la même chose l’un que l’autre…s’en était effrayant et magique à la fois. Comme si leurs âmes étaient les mêmes. Ils étaient véritablement des âmes sœurs. Les mots de Jess contrastaient grandement avec ses paroles. Et alors qu’il revenait à ses lèvres, elle ne put qu’étouffer un rire amusé. Repartir maintenant ? Après une bonne douche froide seulement alors… ! Mais bien entendu il n’y avait pas possibilité de prendre une douche dans une voiture hélas… ! Elle prolongea amoureusement son baiser alors que ses mains, à l’exemple de celles de Jess, cherchaient désespérément à soulever le tissu qui les séparait de sa peau.

Il savait tout aussi bien qu’elle qu’ils ne seraient pas capables de reprendre la route dans un tel état. Il aurait d’abord fallu qu’ils se calment l’un et l’autre, qu’ils retrouvent leurs esprits, qu’ils fassent taire l’envie de l’autre.

Elle quitta ses lèvres non sans quelques rapides baisers administrés le plus délicatement du monde à ses lèvres. Son regard était toujours aussi brûlant mais, s’il voulait vraiment repartir, elle se devait d’être celle qui le lui permettrait. Après tout, elle se l’était promis. Elle ne vivait désormais que pour le rendre heureux et répondre à ses moindres désirs et ce même si ses pensées à elles lui envoyaient un bien autre message.

Dans son esprit, la jeune femme le voyait passer sur la banquette arrière, l’attirant à sa suite. La proximité forcée qui s’en suivait aurait été un tel délice… ! L’un sur l’autre, leurs corps brûlant d’amour, ils auraient passé là quelques secondes des plus exquises…S’offrant ainsi mutuellement le plus délectable des au revoir.

Mais il ne fallait pas…et…elle n’oubliait pas que Jess aimait toujours Lena. Permettre au beau brun d’agir de la sorte aurait signé leur fin à tous deux…il lui en aurait tellement voulu par la suite de ne pas l’avoir arrêté…et pire que tout, il s’en serait voulu à lui d’avoir cédé à la tentation.

Cependant les pensées de la jeune femme avait enflammé un peu plus tout son être… ! Elle aurait tant aimé… ! Elle ferma les yeux pour se reprendre, alors que ses lèvres venaient une dernière fois embrasser celles que le destin avait choisi pour être siennes à jamais.


_____

Hj : i’m laaaaaaaaaaate !!! Je suis désolée c’est court et je ne sais pas si j’ai bien réussi à trouver les mots que je voulais employer…j’ai mis trop de temps au mp du coup … je me suis mise en retard et je n’ai pas eu les 30 min qui m’auraient permis de faire quelque chose de bien…navrée vraiment mais…i’m laaaaaaaaaaaaate !!!

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Ven 23 Mai - 8:30

Il aurait pu passer des heures dans cette voiture, si tant est qu’ils aient trouvés une position plus confortable. Le jeune homme n’était pas né de la dernière pluie, des positions plus confortables il en voyait quelques unes.
En effet, ce n’était pas la première fois qu’il se retrouvait dans une telle situation. Avec Shane, surtout, il avait bien dû s’en accommoder, n’ayant pas franchement d’autres solutions. Il n’en restait pas moins que cette situation là était, par de nombreux points, inédites. En grande partie parce qu’il savait à quel point il ne devait pas céder à la tentation. C’était, en général, chose difficile pour un homme que de garder les pieds sur terre, ça le devenait d’autant plus quand on n’en avait pas l’habitude et que l’on se retrouvait face à la femme dont on avait toujours rêvé. Rory était la femme qui avait hanté ses jours et ses nuits pendant de longues années, dès leur première rencontre, la femme avec laquelle il avait tant espéré en arriver à ce stade. Mais elle était aussi la seule à lui avoir résisté – la seule à avoir assez de principes pour le faire. Le jeune homme n’avait donc pas vraiment l’habitude de se tenir correctement, et les expériences successives avec sa compagne ne lui avaient pas apprises à rester calme, bien au contraire. Chaque fois la tentation se faisait plus grande, et la promesse de leurs corps, enfin réunis, plus extasiante.

Il est clair qu’il n’était pas vraiment en état de conduire, mais pas vraiment dans l’optique de se calmer non plus. Il détestait devoir passer avec elle le peu de temps qu’il leur restait simplement assis à ses côtés, il voulait profiter encore d’elle un maximum. Pourtant, il le faudrait, sinon ils n’arriveraient jamais jusqu’à chez lui, jusqu’à leur nouveau chez eux.
Malgré tout, si sa raison lui dictait de repartir, pour éviter que les choses ne dérapent trop autant que parce qu’ils n’étaient pas arrivés s’ils faisaient souvent des pauses aussi longues – et il savait très bien que s’il s’écoutait ils en feraient une toutes les deux minutes. L’avantage, c’est qu’il était seul maître à bord. Enfin… Pas vraiment, la demoiselle avait bien son mot à dire. Mais il avait le volant, et par voie de conséquence, le pouvoir.
Le fait est qu’il n’était pas prêt à quitter la belle, malgré ses propos. Plus il passait de temps en sa compagnie, moins il était en mesure d’écouter la voie de la raison. Il prolongea alors le baiser qu’elle lui offrait avec plus de force qu’il ne l’aurait voulu. Mais il restait tout de même un autre problème, s’il n’y arrivait pas à temps ils risquaient de nouveau de se blesser, et les adieux ne seraient alors pas agréable. Mais même cette pensée ne put pas le stopper. Après tout, plus que jamais, ils étaient au courant qu’ils ne pourraient pas aller bien plus loin.



HJ : Je suis désolée mais I’m laaaaaaaaaaaate Razz Très très en retard même Wink

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Ven 23 Mai - 10:55

Ils étaient aussi proches l’un de l’autre que leur environnement le permettait de l’être. La main de la belle avait pu se frayer un chemin jusqu’à la peau brûlante de son compagnon – ou peut-être était-ce la sienne qui le brûlait ? Il lui avait rendu son baiser avec tant de force qu’elle en avait été étourdie. Il n’y avait que lui pour la mettre dans des états pareils, lui faisant de surcroit oublier la différence entre le bien et le mal…entre le permis et l’interdis.

Leurs lèvres ses séparaient une nouvelle fois cependant et c’est l’instant que Rory avait choisir pour, avec le peu de volonté qu’il lui restait, mettre son compagnon en garde quant à la tournure des évènements. Mais il semblait tout aussi résolu qu’elle à s’en arrêter là…ils n’avaient pas la moindre envie de se quitter ainsi…tous deux désireux de prouver à l’autre l’étendue de ses sentiments.

Alors une nouvelle idée apparu dans l’esprit enfiévré de la belle. Quit à ne pas s’arrêter, ils pouvaient continuer…mais…plus lentement, plus tendrement comme Jess l’avait désiré à la base. Elle tenta de le lui faire comprendre en modifiant considérablement son comportement. Ses mains se retirèrent de la peau du jeune homme et ses lèvres l’embrassèrent tendrement. Et si leurs corps étaient toujours à la limite de se retrouver l’un sur l’autre, au moins, cette nouvelle attitude leur permettrait de calmer le jeu tout en profitant l’un de l’autre… ! Mais mon dieu que c’était difficile… ! Elle avait dû mettre toute son énergie à agir de la sorte alors qu’elle sentait le plaisir de son compagnon faire échos au sien.


-Doucement…ce n’est pas ce que tu voulais ?

Elle avait profité d’une brève séparation de leurs bouches pour murmurer ses mots bien qu’à bout de souffle. Puis la belle avait remonté sa main jusqu’à la poser sur la joue de son compagnon avant de lui offrir un sourire teinté de la peine qu’elle avait à interrompre cet instant pourtant tant désiré…

__________
Hj : mdr copieuse d’excuses. Mais celle là tu pourras pas la copier : mes élèves vont pas tarder….en fait ils arrivent à l’instant ou j’écris ses mots donc……lol

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Ven 23 Mai - 19:18

Soudain, ses lèvres s’étaient faites plus douces, ses mains plus tendres. Elle était douée, il n’y avait rien à redire à ce sujet. Elle n’imaginait pas à quel point elle pouvait faire des hommes ce qu’elle voulait. Elle n’était ni mauvaise ni manipulatrice, mais l’inverse n’aurait rien changé : elle avait le monde à ses pieds. Et heureusement pour lui, elle n’en avait jamais abusé. Jess était intimement persuadé qu’elle n’en savait tout bonnement rien, et pourtant il conscient aussi du nombre de personnes prêt à se sacrifier pour ses beaux yeux, de tous ceux, et toutes celles, prêts à se damner pour le moindre sourire de la jeune femme, et qui en donneraient plus encore pour le plaisir de ses lèvres. Même sans cela, d’ailleurs, il savait à quel point chacun était capable de se plier en quatre pour la demoiselle, pour son bonheur, et parfois simplement car elle attirait de façon innée la sympathie. Il l’avait bien vu à Stars Hollow, la suite le lui avait confirmé : personne ne pouvait lui résister.
Pour lui, ce n’était pas une question de sentiment. Il l’aimait, de tout son cœur, de toute son âme – et le fait qu’il en aime une autre n’y changeait rien – mais cela ne faussait nullement son jugement. Somme toute, lui n’était pas différent des autres, il ne la vénérait pas, comme la plupart des gens de son entourage, il n’avait pas peur d’elle non plus – certains, parfois, ont peur de l’intelligence, lui y répondait plutôt – mais il n’en était pas moins soumis à elle. Il n’exagérait pas en disant qu’elle pouvait faire de lui exactement ce qu’elle voulait, raison pour laquelle c’était elle qui les sortait de situations critiques, raison pour laquelle il s’aligna directement sur sa tendresse nouvelle. C’était affreusement difficile, une fois encore il la désirait plus que tout autre au monde, il ne rêvait plus que du goût du fruit défendu… Mais il s’y tint, parce qu’elle en avait décidé ainsi, mais aussi parce que, pour ne pas changer, elle avait totalement raison. Il était plus que nécessaire qu’ils se calment, sans quoi ils passeraient les quinze prochaines heures dans cette voiture, mais il leur était totalement impossible de ne pas profiter du temps qu’il leur restait, du si peu de temps, du temps qui filait si vite. Ils se devaient de se prouver, encore et encore, à quel point ils s’aimaient, comme pour être sûrs que l’autre n’aurait pas, en une semaine, le temps de l’oublier.

Puis elle parla, le souffle court, en un murmure. Sous l’effet de l’amusement il baissa légèrement la tête, qu’il secoua d’ailleurs doucement, un doux sourire rieur sur les lèvres, les sourcils haussés, n’en cessant pas pour autant de la fixer de ses yeux pénétrants. Effectivement, c’est ce qu’il avait dit… Ce qui ne l’empêchait pas de retomber, une fois sur deux, dans ses vieux travers. Il savait pourtant à quel point ils se faciliteraient la tâche en acceptant et respectant définitivement cette règle simple. Mais même cela, qu’il souhaitait pourtant du fond du cœur, il ne pouvait s’y tenir face à tant de perfection.
Quoi qu’il en soit, il n’en tarda pas à revenir à ses lèvres, avec plus de tendresse, essayant avec plus ou moins de succès de réfréner sa passion dévorante. Leur respiration se mêlait toujours l’une à l’autre avec tant de force, car même dans ces conditions il leur faudrait un temps fou avant de pouvoir être clairement calmés. Malgré tout il sentait en elle le même désir ardent qu’il sentait en lui, il savait à quel point elle le désirait, tout autant qu’il la désirait. Il était d’ailleurs déconcertant de voir à quel point il avait envie d’elle. Il n’aurait jamais sincèrement pu penser que cela fut possible. Il savait bien la force que l’on pouvait avoir pour aimer quelqu’un, la hargne même. Mais la passion, il ne l’aurait jamais cru. Tout comme le reste des sentiments intenses qu’il ressentait, il ne les expliquait pas, il y croyait à peine, et croyait pouvoir en mourir. Ces sentiments balayaient tout sur leur passage, au point de se sentir vide quand elle n’était pas là.

Doucement, il tenta de s’approcher un peu plus d’elle, sans succès. Ses mains, quant à elles, avaient choisies à leur tour la voie de la sagesse, l’une d’elle glissait à présent dans ses cheveux, alors que l’autre était plus calmement posée sur sa taille.

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Ven 23 Mai - 20:06

La situation semblait s’être calmée, en apparence… ! A présent la fureur de leur amour semblait avoir fait place à de câlines attentions qu’auraient eu deux adolescents qui se découvraient à peine l’un pour l’autre… ! Et pourtant…eux seuls connaissaient la vérité, ce qui se cachait sous ces airs de sagesse…. ! Car en eux, la passion était toujours aussi forte et dévorante !!! Et si l’un comme l’autre faisaient des efforts surhumains pour se contenir…leurs regards ne mentaient pas !!!

Il avait tenté un rapprochement avant de se retrouver à nouveau bloqué et, intérieurement, Rory remerciait les concepteurs de cette voiture de l’avoir faite ainsi…car s’il s’était encore rapproché, elle aurait bien pu prononcer tous les beaux discours sur ce qu’il était plus sage de faire,…elle n’en aurait pas moins perdu l’esprit définitivement. Car s’était à présent tout ce dont elle rêver. Elle voulait…elle désirait que leurs corps se pressent à nouveau l’un comme l’autre avec l’énergie du désespoir de ne pouvoir aller plus loin. Elle brûlait de pouvoir ressentir leurs corps se mouvoir sous les pulsions de leurs désirs mutuels… ! Elle aurait donné son empire pour leurs lèvres se scellant d’un amour fiévreux…Elle le voulait.

Elle le voulait tant et si bien qu’elle regrettait déjà amèrement cette tendresse qu’elle venait de réinstaller entre eux… ! Parfois elle se détestait. Parfois elle aurait juste aimé faire ce qui n’était pas permis…elle aurait aimé franchir les interdits et que toute conséquence négative disparaisse de la surface du monde… ! Mais ce n’était clairement pas le cas, et si les mots qu’elles voulaient prononcer étaient plus proches du « au diable la tendresse »…elle savait qu’elle ne devait pas…car il n’était pas à elle, il était à Lena. Et elle s’était jurée de faire le bonheur de Jess, ce qui ne passait certainement pas par une pluie de regrets une fois les limites franchies… !

Jess, en parlant de lui, semblait bien plus fort qu’elle. Si son regard brillait encore d’envie, il semblait bien plus serin que Rory. Il semblait pouvoir profiter de l’instant sans être rongé de douleur de ne pas pouvoir ses plus intimes pensées. Elle l’enviait… ! Et il y en avait une autre qu’elle enviait…Lena. La belle blonde, dès ce soir, serait entre les bras de Jess, lovée contre son corps nu, tous deux aux anges de l’amour qu’ils venaient une fois de plus de se prouver… ! Oui Lena avait un avantage sur sa rivale, elle avait droit aux caresses les plus intimes, aux baisers les plus brûlants et aux mots les plus doux… ! Et cela, Rory n’était pas sûre de pouvoir y gouter un jour… !

Enfin…elle aurait pu…il y avait bien longtemps de cela… ! Elle l’avait cherché partout avant de le retrouver dans le noir, dans cette chambre… ! Elle avait voulu savoir ce qui s’était passé pour qu’il s’isole ici…sa réponse : un baiser. Elle avait essayé d’insister…sa réponse : un nouveau baiser, un peu plus long et agréable que le précédent…puis…sans savoir pourquoi, Ils s’étaient retrouvés tous deux allongés sur ce fameux lit dans l’obscurité et…tout se déroulait de la façon la plus agréable possible ! Elle était entre ses bras, elle pouvait encore ressentir son étreinte, le poids de son corps sur le sien…et ses baisers…ma fois elle n’avait pas besoin d’essayer de s’en rappeler car c’était actuellement la seule chose qu’ils s’autorisaient ! Puis, tout à coup, tout s’était arrêté. Soudain, sous le coup de la panique…elle s’était esquivée et…le reste était un mauvais souvenir…mais le fait est que si les choses avaient tourné autrement…

Sans bien le réaliser, son baiser se fit plus amoureux que tendre, alors qu’un gémissement s’étouffait contre les lèvres de son compagnon.

Il fallait qu’ils s’arrêtent sans quoi ils seraient perdus. Rory bien que le sachant n’en avait pas la moindre envie de s’arrêter… ! C’était un choix tellement déchirant… ! Comment pouvait-elle être assez forte pour le faire ? A présent elle ne voyait qu’une solution, le repousser et lui ordonner de démarrer et de foutre le camp d’ici !!!! Tout ceci flirtait trop avec le danger. Et conduire serait le seul moyen de les séparer efficacement… ! Mais elle n’en avait pas envie…pas la moindre envie ! Tout ce qu’elle voulait, c’était lui.


_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Ven 23 Mai - 21:37

La vie était parfois étrange.
Il y avait des années il aurait fait n’importe quoi pour se retrouver avec elle dans ce genre de situation, il aurait fait n’importe quoi pour la faire flancher, il avait tenté, d’ailleurs, en douceur – parce qu’il savait à quel point c’était avec elle le seul moyen d’y arriver. Il aurait donné cher pour qu’elle le regarde comme elle le regardait à présent, qu’elle le caresse comme elle le caressait, qu’elle le désire comme elle le désirait. Ensuite, les choses étaient devenues plus élémentaires encore. Il aurait donné sa vie pour son amour. Quand on a tout perdu on se raccroche au principal et on oublie l’accessoire. Il aurait pu mourir s’il avait senti qu’elle l’aimait comme elle le lui montrait à présent, il espérait qu’elle lui donne tout ce que, maintenant, il refusait poliment.
Car la situation s’était étonnamment retournée. Son amour, son désir, il les accueillait. Mais c’était à lui de se conduire plus ou moins comme une jeune adolescente, à lui de tenter, tant bien que mal, de l’éconduire en douceur, malgré que l’envie n’ait pas tardée à refaire surface. C’était à elle d’espérer qu’il cède un jour, lorsque lui priait pour le contraire. Avec difficulté, il lui avait plus ou moins rendu son amour – ce qu’elle n’avait jamais été capable de faire auparavant – mais elle en attendait plus, en demandait plus, ce qu’il pouvait aisément comprendre. Et c’était à lui de lui avouer son amour pour une autre. Et c’était à elle de tout tenter pour le récupérer.
Ils n’avaient jamais été ensemble au même moment au même endroit, pas depuis qu’il l’avait quittée pour Los Angeles. Il avait fini par se demander si ce n’était pas une punition divine pour ce qu’il avait pu lui faire subir à cet instant. Le fait qu’ils n’avaient plus, depuis ces derniers instants qu’il avait passé avec elle à Stars Hollow avant de faire ses valises, vraiment synchronisés, et encore… Même à cette époque cela sentait le début de la fin. Du moins, il l’avait senti de la sorte. Il l’avait déçue, une fois de plus, une fois de trop. Ils s’étaient évités des jours durant, parce qu’ils n’avaient pas su être au même rendez-vous au même moment. Depuis ce temps là, c’était devenu leur habitude. Ils se revoyaient par intermittence, se rendaient compte que ce n’était jamais le bon moment, puis disparaissaient pour quelques années, pour quelques mois, jusqu’à la fois prochaine. Tour à tour ils n’avaient plus été prêts à recevoir l’amour de l’autre. Et Jess se demandait bien si un jour le destin finirait par arrêter de se jouer d’eux.
Il devait étouffer ce genre de pensées dans l’œuf, avant qu’elles ne s’emparent de lui et transforment cet instant en puits de tristesse. Il lui arrivait parfois de songer à la vie qu’ils auraient pu avoir si une fois, une fois seulement, ils avaient été capables de s’atteindre réellement. Il avait songé maintes fois à la tournure qu’auraient pris les événements s’ils avaient su se retrouver une fois pour toute sur le chemin de la vie, au lieu d’enchaîner les rendez-vous ratés. À chaque fois il tombait alors dans une contemplation sans fin, il pouvait passer des heures sans bouger, à réfléchir simplement à l’injustice de la vie.
Et il n’avait clairement pas l’intention de passer cet instant à pleurer sur leur sort. En premier lieu parce qu’il avait bien mieux à faire, en l’occurrence s’occuper de celle qui avait été le leitmotiv de sa vie, de ses seize ans à aujourd’hui. En second lieu parce qu’il ne comptait vraiment pas se permettre un jour de lui montrer ainsi ses faiblesses. Il était, de nature, un jeune homme sensible, ce qui l’avait souvent tiré vers le bas. Rory l’avait vu, à n’en pas douter, dès leur première rencontre. Elle avait su voir que les airs qu’il se donnait n’étaient là que dans le but de protéger cette sensibilité à fleur de peau. Il n’avait donc pas besoin d’en rajouter un peu plus. Elle le savait autodestructeur, elle le savait profondément blessé, mélancolique, elle connaissait sa propension à seriner toujours sa tristesse. Et s’il ne l’était certainement plus autant, il n’en restait pas moins profondément vulnérable. Ce n’était certainement pas le genre de choses que l’on montrait, pas quand on avait été élevé comme il l’avait été – et il ne parlait pas là de l’éducation quasi-inexistante de Liz – pas quand on était un homme, et encore moins à une femme. Elle le savait, il n’en dirait et n’en montrerait pas plus… En outre, il préférait ne pas ressasser avec elle le passé. Avancer, à ses côtés, c’était tout ce qui comptait.

Il ne lui fallut donc pas plus d’une demi-seconde pour se ressaisir. Son baiser s’était fait plus tendre, comme empreint de nostalgie, à mesure que celui de sa compagne se faisait plus amoureux. Même lorsqu’il n’était plus qu’à moitié présent il avait le plaisir de constater que leurs corps savaient se répondre à la perfection.
Son plus grand bonheur et son plus grand malheur avait toujours tenu en un mot : Rory. Il l’avait toujours aimé avec une force dont il s’étonnait lui-même. Et c’est cet amour, entier, puissant, brut, qui venait de prendre plus que jamais le contrôle de son être. Il n’agissait probablement jamais comme il aurait dû le faire, il ne le lui montrait sûrement jamais de la meilleur façon qu’il soit mais, bon Dieu, qu’est-ce qu’il pouvait être amoureux de cette femme si forte et si fragile, si douce et si entêtée, si aimable et aimante. Il n’arrivait plus à penser à autre chose. S’ils n’arrêtaient pas, s’il ne se concentrait pas sur autre chose dans la seconde, ils étaient perdus.
Pourtant, il n’en arrêta rien pour autant, cherchant plus que jamais à partager ses sentiments, à se rapprocher d’elle dans un sens plus sensible. Il ne voulait qu’être plus proche d’elle qu’il ne l’avait jamais été. Il perdait sévèrement la tête.

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Rory Gilmore le Ven 23 Mai - 22:28

Alors qu’elle se torturait à résister à ses désirs, tentant tant bien que mal de les étouffer dans l’œuf, Rory eu la surprise de voir que son amant recherchait encore à se rapprocher…l’attirant sensiblement à lui par la main qui se trouvait sur sa taille. Ce qu’elle aurait aimé accepter cette invitation et, oubliant le monde qui les entourait, venir prendre place au dessus de lui, à nouveau dominatrice pour lui prouver tout l’amour qu’elle ressentait. Elle aurait aussi aimé lui dire qu’il n’y avait pas de quoi culpabiliser de tant s’aimer…car après tout, leur amour était pure… ! Elle aurait aimé trouver les mots pour rassurer Jess mais…en cet instant elle n’avait pas vraiment le cœur à parler, ni même à faire quoi que ce soit d’autre d’ailleurs que ce que son corps lui criait de faire.

Sous l’effet de ce nouveau baiser, elle se cambra, le désir était trop fort et Rory n’avait plus qu’une infime zone de résistance…

…Mais pourtant ce fut cette dernière parcelle de raison qui reprit le dessus, séparant leurs lèvres un peu sèchement. Mais que faisait-elle ? Elle allait tout gâcher une fois de plus… ! C’est pour cette raison, peut être, que son corps lui accorda une pluie de derniers baisers avant qu’une des mains de la jeune femme ne vienne prendre place sur le torse musclé du jeune homme…pour le repousser. Elle n’arrivait pas à croire faire une chose pareille, et pourtant…elle en avait la preuve devant ses yeux. … Ses yeux justement, elle dû les fermer pour pouvoir rester forte.


-Jess…

Elle aurait aimé lui crier son amour, elle aurait pu lui dire toute la passion qui la dévorait et les idées que son esprit avait enflammées en elle…mais elle ne le fit pas.

Elle soupira, les yeux toujours clos, une main toujours sur le torse de son ami, pour lui défendre d’approcher plus près.


-On y va…d’accord ?

Elle était définitivement son pire bourreau. Elle venait elle-même de repousser le seul homme qui la faisait vibrer, qui la rendait vivante…le seul homme qu’elle aimait. Et ce…une fois de plus….par pure altruisme…, ne pensant qu’à Jess et se refusant de le voir souffrir.

Elle avait eu le temps d’y réfléchir et la voiture à conduire, le chemin à suivre, la radio peut être même…tout cela les distrairait…et ainsi, peut être, les tensions disparaitraient…. !

Ce n’avait pourtant pas été une voix très assurée qu’elle avait utilisée pour lui suggérer de repartir…elle n’avait pas été très convaincante et, pour cause, elle n’en avait pas la moindre envie. Tout ce qu’elle voyait en cet instant, c’était la chemise de Jess qu’elle aurait aimé défaire de ses mains habiles…suite à quoi le t-shirt de la belle aurait probablement grandement gêné…et voilà comment ils en seraient arrivés à se retrouver chaire contre chaire, dans la plus exquise des positions…et…Ohla,….la température montait à nouveau… !

Non ce n’était pas l’aider… ! Vraiment pas… ! Mais elle ne savait plus que faire… ! Le visage déchiré de douleur, elle se défit de lui avant de sortir du véhicule. De l’aire, voilà ce dont elle avait besoin pour se calmer…
.

_________________
avatar
Rory Gilmore
Modérateur
Modérateur

Messages : 408
Date d'inscription : 15/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/esm_hay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Jess Mariano le Sam 24 Mai - 0:16

Il n’y avait qu’une seule chose qu’il ne voulait pas, une chose qu’il refusait catégoriquement : qu’ils se déchirent. Ce n’était pas le lieu, pas le moment. Pas alors qu’ils allaient passer des jours à se comporter comme des étrangers, pas alors qu’il ressentait plus que jamais l’étendue de son amour.
Et pourtant… Il le savait. Il savait très bien que cela allait finir de la sorte. Il savait pertinemment qu’à trop se laisser aller l’un d’eux finirait par en être blessé. Et il avait écarté cette issue de son esprit dans le seul but d’avoir droit à une part de bonheur. Il était à la fois purement égoïste et bien cruel. Il s’en voulait à un point indicible.
À Rory, en revanche, il n’en voulait pas. Elle avait été, une fois encore, la voix de la raison. Le rôle devait être d’autant plus difficile à assumer pour elle qu’elle ne le faisait que dans son intérêt à lui… Comment ne pas comprendre, alors, qu’elle en souffre ? Oui… Mais pas maintenant. Par pitié. Elle pourrait lui en vouloir le reste de sa vie si elle le désirait… Mais pas maintenant. Pas alors qu’ils devaient reprendre la route… Pas alors qu’ils auraient à peine le temps de se réconcilier. Il ne pouvait pas vivre une semaine sans avoir le droit à cette proximité à laquelle il s’était habitué, il ne pourrait même pas survivre s’il savait l’avoir blessée, s’il savait qu’il n’avait pas eu le temps de se racheter à ses yeux.

Pourtant, tout avait plus ou moins bien commencé. Elle l’avait repoussé. Ce n’était jamais très agréable, mais il commençait à en avoir l’habitude. Elle l’empêchait d’approcher, comme s’il était dangereux, comme si la seule manière de le raisonner était de le maintenir éloigné. Comme s’il n’était bon qu’à céder à ses instincts, de sorte que les mots ne seraient jamais suffisants. Malgré cela, il n’avait pas la moindre envie de réagir avec violence. Il fallait parer au plus pressé, il le savait. La forme n’avait pas d’importance, seul le fond en avait. Et le fond était bien simple : ils devaient s’arrêter, car c’était maintenant ou jamais. Il détestait arriver à ce point de rupture. Il aurait tant aimé avoir la force de résister avant d’en arriver là. Mais comme d’habitude il avait été faible. Il fallait avouer, pour sa défense, qu’il ne savait jamais bien de quel pied danser dans ces cas-là. Il ne voyait pas aussi clairement qu’elle le point de non-retour qu’ils ne devaient absolument pas franchir, et cherchait pourtant à s’en rapprocher pour profiter d’elle au maximum. Mais, plus que tout, il n’avait pas envie de la blesser, et ne savait donc jamais comment réagir. Le fait est que sa tactique n’était pas bonne puisqu’il la peinait quand même. Il avait peur de la faire autant souffrir s’il se détachait d’elle avant qu’elle l’ait décidé. Bref, sa tête devenait une fois de plus un chaos innommable.
Il sentait à quel point elle n’avait aucune envie de faire ce qu’elle préconisait pourtant. Et il continuait de s’en vouloir de la mettre dans une telle situation. La suite ne fit qu’empirer les choses.

Vivement elle se releva et s’enfuit de la voiture. De son côté, sous le coup de l’hébétude, il retomba plus ou moins assis sur son siège. C’est alors qu’il se rendit compte à quel point il avait mal, physiquement cette fois. Ses jambes n’avaient pas vraiment appréciées de rester si longtemps dans une position si peu confortable, sans parler de son ventre qui lui faisait clairement payer de ne pas avoir sauté sur l’occasion.
Il soupira. Il devait rester calme, sinon ils n’arriveraient plus à rien. Pourtant, ce n’était pas l’envie qui lui manquait d’exploser. Une fois n’est pas coutume sa colère n’était dirigée que contre lui, et contre les événements aussi qui l’obligeaient à agir dans l’urgence. Une urgence qui commençait à le faire doucement paniquer, une urgence qui lui donnait l’impression qu’il n’avait plus le temps de rien avec elle.
Très bien. Il n’avait plus le temps ? Il le prenait. Aussi rapidement qu’elle, il sortit de la voiture, côté route. Cela ne l’empêcha pas de s’y adosser, le temps d’allumer une cigarette, le temps de… Rien. Il avait juste le besoin de se poser là avant d’aller la voir, tout simplement. Le peu de voitures qui passait le frôlait. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il ne fallait pas avoir peur pour vivre à New York. Ici, personne n’avait peur de rien, chacun traçait sa route sans faire attention à ce qui les entourait. Chacun ici s’occupait de ses affaires, c’était vivifiant.
Enfin, il bougea, et consentit à rejoindre le trottoir. La vérité était qu’il n’avait pas la moindre idée ni de quoi faire, ni de quoi dire. Il s’approcha alors simplement, tira une dernière bouffée sur sa cigarette avant de la jeter – à moitié consumée – et se planta devant elle comme un enfant qui aurait fait une grosse bêtise. Doucement, il passa une nouvelle fois son bras autour de la taille de la demoiselle et l’attira à lui.


« Je suis désolé. »

Il y avait longtemps…

_________________
Ernest only has lovely things to say about you...


Spoiler:
avatar
Jess Mariano
Admin
Admin

Messages : 447
Date d'inscription : 30/03/2014
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning-series.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kill me now [PV]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 8 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum